Aller au contenu principal

Au pâturage, les vaches apportent beaucoup aux brebis

Le pâturage mixte entre bovins et ovins semble être une pratique très positive pour les moutons qui grandissent mieux avec moins de parasites.

En mélangeant bovins et ovins au pâturage, ces derniers présentent des GMQ plus intéressants et des infestations parasitaires beaucoup moins importantes que dans un troupeau monospécifique. © F. Joly
En mélangeant bovins et ovins au pâturage, ces derniers présentent des GMQ plus intéressants et des infestations parasitaires beaucoup moins importantes que dans un troupeau monospécifique.
© F. Joly

La littérature scientifique fait état de plusieurs études sur le pâturage mixte qui pointent le même constat : la mixité est profitable pour les ovins. Les bovins, eux, n’affichent aucun changement de comportement de croissance en pâturage mixte ou spécifique. Deux leviers peuvent expliquer les meilleures croissances observées chez les ovins dans ces circonstances la diminution de la pression parasitaire et la complémentarité dans la gestion de la ressource herbagère. En effet, pour cette dernière, les bovins ayant moins tendance à trier que les ovins, ils broutent de façon homogène la végétation d’une prairie, laissant les jeunes pousses vertes et riches au ras du sol disponibles pour les ovins. Le projet MeMiPat conduit par l’Inrae de Clermont-Ferrand a pour objectif de quantifier le gain de croissance des ovins en pâturage mixte. Il doit également évaluer dans quelles mesures les leviers parasitisme et complémentarité du pâturage influent sur cette croissance.

Évaluer la qualité de l’herbe et le parasitisme

Conduite sur deux ans et toujours en cours, l’expérimentation porte sur trois types de troupeaux : un témoin spécifiquement ovin, deux mixtes avec des ratios ovins-bovins différents (moitié-moitié et 20 % d’UGB ovine - 80 % d’UGB bovin). Ces troupeaux sont répliqués deux fois pour prétendre à une bonne représentativité. Les troupeaux pâturent sur trois parcelles similaires de prairies permanentes fertilisées, de 2,7 ha chacune sur les hauteurs du Puy-de-Dôme entre mi-mai et fin octobre. Après l’étude des résultats de la campagne 2019, l’équipe de recherche n’a pas pu mettre en avant une différence flagrante dans la qualité d’herbe consommée entre les trois troupeaux, contrairement à la partie sur le parasitisme, qui présente d’intéressants résultats. « Le GMQ des agnelles était quasiment deux fois meilleur dans les troupeaux mixtes que dans le troupeau spécifique ovin, s’enthousiasme Frédéric Joly, chargé de recherches à Inrae. L’infestation en strongles était vraiment plus faible dans les troupeaux mixtes ».

Avec la sécheresse, les ovins en mixte sont plus résilients

Le niveau de pression parasitaire, évalué par coprologie, est néanmoins à prendre avec précaution puisque 2019 a été une année très sèche, défavorisant l’implantation des parasites et le maintien des larves. Quel que soit le troupeau, les brebis n’ont pas eu besoin de recevoir un traitement antiparasitaire. « Malgré le biais de la sécheresse, le résultat est quand même intéressant, insiste Frédéric Joly. On peut dire, d’après ceux-ci, que la mixité au pâturage fait baisser la pression parasitaire et permet aux ovins d’avoir une meilleure efficacité alimentaire car des animaux peu infestés ont des besoins énergétiques moindres. Cela améliore donc leur résilience et leur résistance face au manque de fourrage, comme cela a été le cas l’été dernier. » Cette étude s’inscrit dans une volonté plus large de trouver des alternatives agroécologiques aux traitements antiparasitaires car des résistances commencent à apparaître chez les strongles.

La facilitation au pâturage varie selon la prairie

Dans le projet MeMiPat, les trois types de troupeaux testés ont pâturé sur des prairies naturelles fertilisées. Or cette fertilisation influence beaucoup la composition floristique de la prairie. Comme le rappelle Frédéric Joly, « avec la fertilisation, les graminées vont prendre le dessus et il n’y aura que peu de légumineuses. » Cela peut donc jouer sur la complémentarité entre le pâturage des bovins et des ovins, tout comme le climat et le type de sol. « Il serait intéressant de reproduire l’essai dans une zone plus méditerranéenne », envisage le chercheur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Les achats d'aliments concentrés représentent généralement une part importante des coûts de production.
Face à l’inflation, une aide publique pour l’alimentation animale
La guerre en Ukraine a entraîné une flambée du coût des matières premières agricoles, déjà à un haut niveau avant ce conflit.…
Les animations, concours et présentations du ring ovin du Salon de l'agriculture sont à suivre en direct puis en replay sur la chaîne YouTube du SIA.
Retrouvez le ring ovin du salon de l'agriculture en replay
Le Salon de l'agriculture de Paris retransmettait les présentations, concours et animations du ring ovin en direct puis en replay.
Faites vous-même votre aménagement en 3D.
Votre bergerie en 3D
« Des dizaines de plans de bergerie et de parcs de contention sur la page Web EquipInnovin » « Si vous souhaitez construire…
Le choix du chien de conduite doit s'effectuer suivant plusieurs critères. Les qualités au travail des deux parents est un incontournable.
Les cinq questions à se poser avant d’acheter un border collie
L’Association française du border collie a été créée en 1979 dans le but d’assurer la promotion et la sélection du border collie…
L'élevage ovin permet le maintien de surfaces enherbées qui stockent plus de la moitié des gaz à effet de serre émis par la production d'agneaux.
Faut-il arrêter l’élevage d’ovins pour sauver la planète ?
    Sindy Throude, chargée de mission élevage ovin et environnement à l’Institut de l’Élevage. © DR  « L’arrêt de l’élevage…
« J’ai appris à marcher au milieu des brebis de la ferme familiale »
Installé avec ses parents il y a quatre ans, Clément Rouquié a pris la suite de son grand-père sur l’exploitation familiale…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre