Aller au contenu principal

Yohann Barbe, nouveau président de la FNPL : « Nous ne devons plus perdre ni litre de lait, ni actif pour le produire »

Yohann Barbe, éleveur dans les Vosges, a été élu président de la FNPL le 9 avril. Il livre sa feuille de route à Réussir Lait et Agra. Au menu : renouvellement des générations, organisations de producteurs, relations commerciales, Egalim et export. Le point commun : le prix du lait.

Yohann Barbe, président de la FNPL élu le 8 avril 2024
Yohann Barbe, président de la FNPL élu le 8 avril 2024
© ©️Jmvignau/FNPL

Vous venez d’être élu président de la FNPL à la suite de Thierry Roquefeuil, quelles sont les priorités de votre mandat ? 

Il y aura une continuité, Thierry a préparé sa retraite. Ce qui va nous guider lors de cette mandature, c’est la fin de la concentration des exploitations laitières. Nous ne devons plus perdre, ni litre de lait, ni actif pour le produire. Le point essentiel sera le renouvellement des générations, rendre la filière attractive pour les jeunes et moins jeunes et enrailler et garantir la souveraineté alimentaire.

Lire aussi : Le secteur laitier au sommet d’une vague démographique de grande ampleur

Que faire pour attirer de nouveaux porteurs de projet dans la filière laitière ?

Nous allons travailler sur un indicateur de prix de revient qui prend en compte les besoins de transmission et d’installation. 

Lorsque vous vous installez les charges sont bien plus élevées : il leur faut une rémunération qui garantisse leurs coûts de production et le remboursement de leurs prêts sur les quinze prochaines années.  En fin de carrière, il faut aussi donner un nouveau souffle. A 55 ans, si la salle de traite est vieillissante, on n’investit pas puis cela se dégrade et elle n’est plus transmissible. 

Enfin, dans le calcul des indicateurs, nous voudrions remplacer les deux Smics par le salaire médian français. 

Lors du salon de l’Agriculture, Emmanuel Macron a annoncé des « prix plancher » pour les produits agricoles et une proposition de loi des écologistes en ce sens a été adoptée en première lecture à l’Assemblée. Quelle est votre position sur le sujet ?

Le terme de « prix plancher » ne nous convient pas. Nous voulons des « prix indicateurs ». Ce que nous reprochons aux « prix plancher » proposés par Marie Pochon [députée écologiste, ndlr], c’est qu’ils seront le fruit d’une négociation et non pas d’indicateurs. Or, le fruit d’une négociation, c’est toujours dangereux. 

Il faut appliquer des indicateurs décidés au sein de l’organisation de producteurs ou de la coopérative qui créent indirectement le prix plancher, un seuil en deçà duquel on ne peut pas aller.

Ces indicateurs doivent évoluer dans le temps et être reconnus par l’interprofession. Bon nombre d’industriels calculent leurs propres indicateurs [de coûts de production, ndlr]. Il faut aussi retirer l’indicateur de prix de vente industriel (PVI) des formules. Les producteurs ne peuvent pas supporter le manque de compétitivité des industriels.

Au sujet des indicateurs, y a-t-il eu des avancées pour trouver un accord interprofessionnel sur la valorisation beurre-poudre ?

La FNPL siffle la fin de la partie. Nous ne pouvons plus attendre. Nous allons demander une rencontre avec l’interprofession et s’ils ne sont pas d’accord pour publier rapidement un indicateur, nous demanderons à l’institut [de l’élevage, Idele, ndlr] d’en calculer un. 

Nous voulons également porter le sujet de la « valorisation export » au niveau interprofessionnel. Aujourd’hui, il n’y a pas d’indicateur sur les produits de grande consommation vendus à l’export. On utilise le prix du lait allemand, italien ou un mix… Les producteurs ne récupèrent pas la vraie valorisation de leur production sur les marchés étrangers. Alors que les fromages français sont au moins aussi bien valorisés dans les supermarchés allemands que dans l’Hexagone.

Faut-il encore faire évoluer le cadre des relations commerciales ?

Nous voulons la pleine et entière application des lois Egalim. C’est une des solutions pour rémunérer les producteurs de lait bio.

Nous serons force de proposition sur une potentielle loi Egalim 4. Il faudrait retravailler l’option 3 en créant une obligation de transparence sur le prix des matières premières agricoles principales (MPA), qui représentent plus de 50% de la valeur de la MPA. Il faut aussi qu’Egalim s’applique de la même façon dans les coopératives que dans les entreprises privées.

Surtout, nous demandons une date butoir pour les négociations entre les organisations de producteurs et les transformateurs. A l’heure où on parle de prix en marche avant, des industriels vont négocier avec la grande distribution avant de négocier avec les OP. Nous sommes encore dans l’ancien monde où les producteurs reçoivent ce qu’il reste.  

Les organisations de producteurs peuvent-elles encore monter en puissance ? 

Chaque passage chez le médiateur, c’est un consensus mou à la clé. La date butoir obligera les entreprises à trouver des accords car elles ne pourront pas envoyer leurs conditions générales de vente à la grande distribution. Les OP sont responsables, on ne peut pas leur reprocher de ne pas trouver un accord !

Lire aussi Prix du lait : la publication des indicateurs de coûts de production avancée à septembre

Comment financer les organisations de producteurs ? 

Dans certains cas, l’entreprise met à disposition un salarié ou paye une cotisation, cela peut fonctionner mais quid de l’indépendance ? 

La première mission des OP est de massifier l’offre et de négocier le prix du lait. Certaines OP veulent avoir des missions plus larges. C’est très bien, mais à elles de trouver une source de financement. Pour le socle de base, nous devons trouver une voie commune. Je ne dis pas qui paye mais on doit trouver ce mode de financement.

Quelle est la place de la FNPL au sein de la FNSEA ?

Nous continuerons de travailler avec la FNSEA et les associations spécialisées animales (FNB, FNO …) pour porter la voix de l’élevage au sein de la FNSEA et vice-versa. Nous ne serons pas d’accord sur tous les sujets, mais il faut faire avancer nos idées en les partageant et en les travaillant au sein de la FNSEA. Je garde d'ailleurs ma place de porte-parole de la FNSEA, au titre des AS animales.

Propos recueillis par Juliette Guérit (Agra) et Alizée Juanchich (Réussir Lait)

 

 

 

 

Le bureau de la FNPL pour la mandature 2024-2027

  • Président : Yohann Barbe (Vosges)
  • Secrétaire général : Stéphane Joandel (Loire)
  • Secrétaires généraux adjoints : Michel Casabonne (Pyrénées-Atlantiques) et Benoît Gavelle (Eure)
  • Premier Vice-Président : Ludovic Blin (Manche)
  • Vice-Présidente en charge de la place des femmes en élevage : Marie-Andrée Luherne (Morbihan)
  •  Vice-Présidents : Samuel Bulot (Côte-d’Or), Gilles Durlin (Pas-de-Calais), Frédéric David (Ille-et-Vilaine)
  • Trésorier : François Moreau (Nord)
  • Trésorier adjoint : Alexis Descamps (Loir-et-Cher)
  • Membres : Christophe Maginot (Meuse), Agnès Texier (Vendée), Patrice Riauté (Sarthe), Damien Paris (Doubs)

 

 

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
 Chauffeur-Ramasseur de lait
Lactalis veut réduire sa collecte de lait en France

La dernière médiation avec l’Unell le laissait présager, Lactalis l’a officialisé lors de la présentation de ses résultats…

Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Guillaume Dousset, éleveur à Frossay en Loire-Atlantique
« Nos bœufs prim’Holstein croisés hereford sont finis un an avant nos autres bœufs »

En Loire-Atlantique, les parcelles de marais de Guillaume et Maxime Dousset sont valorisées avec des bœufs croisés prim’…

Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Soins vétérinaires : « Nous avons opté pour un forfait de 37 euros par vêlage pour le suivi de nos vaches »

Certains éleveurs contractualisent les soins de leur troupeau avec leur vétérinaire. Le forfait permet un suivi régulier des…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière