Aller au contenu principal

Votre expérience du topping est-elle concluante ?

Topping or not topping ? Certains adeptes du pâturage tournant dynamique pratiquent parfois une fauche avant pâture. Cela les aide à gérer l’épiaison et les refus, et à maintenir une bonne dynamique de pousse de l’herbe.

 © DR
© DR
 

Ronan Chauvin, éleveur en Mayenne

 

OUI

J’ai essayé l’an dernier quand l’herbe commençait à devenir plus dure et je suis plutôt content. Le topping coûte plus cher que de faire pâturer l’herbe sur pied, mais c’est pratique car au bout d’un moment les refus des paddocks deviennent ingérables. Après un topping, on repart sur de bonnes bases. Je préfère faucher avant le passage des vaches que de broyer, pour éviter de passer sur les bouses. Je gagne du temps pour le nettoyage de la faucheuse ! Il est important que la surface du paddock soit bien adaptée au nombre de vaches (1 are/VL/j) sinon c’est difficile d’estimer la surface à faucher. Avec le topping, l’ingestion est plus rapide et les vaches ne trient pas. Je ne fauche pas ras, je laisse au moins 10 cm. Cela évite les bouses séchées, l’herbe est plus appétente (sans la gaine) et elle repousse plus vite. Par contre, le topping prend du temps et consomme du gasoil. J’y passe trois quarts d’heure pour 65 ares. Il faut le faire seulement quand c’est nécessaire. J’ai essayé aussi d’en faire à l’automne, mais il a plu après la coupe et tout a détrempé. Les vaches ont eu du mal à consommer l’herbe.

Romain Marrec, éleveur dans le Finistère

OUI

Je pratique le topping depuis trois ans. L’objectif est de remettre les hauteurs d’herbe à niveau et casser l’amertume des refus au bout de 3-4 cycles. Je repars au tour suivant avec quelque chose d’homogène et une bonne dynamique de pousse. Et puis, avec la faucheuse, la coupe est nette, alors qu’avec le broyeur, les lames sont moins affûtées et elles effilochent les feuilles. Quand je me suis lancé dans le pâturage tournant dynamique, le topping m’a aussi permis de rattraper des erreurs de conduite. Maintenant, je gère mieux le pâturage en amont et un seul topping par parcelle suffit, généralement courant août. En général, je fauche la veille en fin d’après-midi, l’herbe reste fraîche mais sèche un peu, juste ce qu’il faut. Les vaches consomment tout le lendemain. Il ne reste plus rien, la parcelle est propre comme après une récolte d’herbe. Le seul bémol, c’est qu’il faut avoir une faucheuse à soi ou en copropriété.

 

 

 

Kevin Morisset, éleveur en Mayenne

NON MAIS

Je me suis lancé sans bien maîtriser la technique. Je pense qu’il faut se faire accompagner ou bien se renseigner, sinon on risque de gaspiller de l’herbe. J’ai fait un premier essai l’an dernier avec un bilan mitigé. Ca a été dur de faire consommer l’herbe au sol. J’avais fauché un paddock de 90 ares de RGA-TB pour 75 vaches. Elles ont commencé par faire le tour de la parcelle plusieurs fois, un peu dubitatives… et à la fin de la journée, seulement la moitié de l’herbe a été consommée. J’ai fauché au moment de la traite du soir et les vaches sont sorties sur la parcelle quasiment tout de suite derrière. Or, il faut laisser un petit temps de séchage. Et en plus, sur cette parcelle, le temps de retour n’avait pas été pas suffisant avec des bouses peu dégradées. L’échec fait partie de l’apprentissage ! En fin de saison, j’ai fait d’autres tentatives qui se sont révélées plus probantes.

 

Lire aussi : "Nous optimisons le pâturage avec le topping"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Une enquête auprès de 456 éleveurs laitiers français ayant construit un bâtiment depuis moins de dix ans a été menée au printemps…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière