Aller au contenu principal

Votre expérience du topping est-elle concluante ?

Topping or not topping ? Certains adeptes du pâturage tournant dynamique pratiquent parfois une fauche avant pâture. Cela les aide à gérer l’épiaison et les refus, et à maintenir une bonne dynamique de pousse de l’herbe.

 © DR
© DR
 

Ronan Chauvin, éleveur en Mayenne

 

OUI

J’ai essayé l’an dernier quand l’herbe commençait à devenir plus dure et je suis plutôt content. Le topping coûte plus cher que de faire pâturer l’herbe sur pied, mais c’est pratique car au bout d’un moment les refus des paddocks deviennent ingérables. Après un topping, on repart sur de bonnes bases. Je préfère faucher avant le passage des vaches que de broyer, pour éviter de passer sur les bouses. Je gagne du temps pour le nettoyage de la faucheuse ! Il est important que la surface du paddock soit bien adaptée au nombre de vaches (1 are/VL/j) sinon c’est difficile d’estimer la surface à faucher. Avec le topping, l’ingestion est plus rapide et les vaches ne trient pas. Je ne fauche pas ras, je laisse au moins 10 cm. Cela évite les bouses séchées, l’herbe est plus appétente (sans la gaine) et elle repousse plus vite. Par contre, le topping prend du temps et consomme du gasoil. J’y passe trois quarts d’heure pour 65 ares. Il faut le faire seulement quand c’est nécessaire. J’ai essayé aussi d’en faire à l’automne, mais il a plu après la coupe et tout a détrempé. Les vaches ont eu du mal à consommer l’herbe.

Romain Marrec, éleveur dans le Finistère

OUI

Je pratique le topping depuis trois ans. L’objectif est de remettre les hauteurs d’herbe à niveau et casser l’amertume des refus au bout de 3-4 cycles. Je repars au tour suivant avec quelque chose d’homogène et une bonne dynamique de pousse. Et puis, avec la faucheuse, la coupe est nette, alors qu’avec le broyeur, les lames sont moins affûtées et elles effilochent les feuilles. Quand je me suis lancé dans le pâturage tournant dynamique, le topping m’a aussi permis de rattraper des erreurs de conduite. Maintenant, je gère mieux le pâturage en amont et un seul topping par parcelle suffit, généralement courant août. En général, je fauche la veille en fin d’après-midi, l’herbe reste fraîche mais sèche un peu, juste ce qu’il faut. Les vaches consomment tout le lendemain. Il ne reste plus rien, la parcelle est propre comme après une récolte d’herbe. Le seul bémol, c’est qu’il faut avoir une faucheuse à soi ou en copropriété.

 

 

 

Kevin Morisset, éleveur en Mayenne

NON MAIS

Je me suis lancé sans bien maîtriser la technique. Je pense qu’il faut se faire accompagner ou bien se renseigner, sinon on risque de gaspiller de l’herbe. J’ai fait un premier essai l’an dernier avec un bilan mitigé. Ca a été dur de faire consommer l’herbe au sol. J’avais fauché un paddock de 90 ares de RGA-TB pour 75 vaches. Elles ont commencé par faire le tour de la parcelle plusieurs fois, un peu dubitatives… et à la fin de la journée, seulement la moitié de l’herbe a été consommée. J’ai fauché au moment de la traite du soir et les vaches sont sorties sur la parcelle quasiment tout de suite derrière. Or, il faut laisser un petit temps de séchage. Et en plus, sur cette parcelle, le temps de retour n’avait pas été pas suffisant avec des bouses peu dégradées. L’échec fait partie de l’apprentissage ! En fin de saison, j’ai fait d’autres tentatives qui se sont révélées plus probantes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Portail réussir
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière