Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Utilisez-vous les réseaux sociaux pour parler aux non-agricoles ?

Facebook, Twitter... Êtes-vous présent sur les réseaux sociaux et vous adressez-vous aux non-agricoles par ce biais ?

 

OUI

Thomas Graindorge - en Gaec dans l'Orne

Nous faisons de la transformation à la ferme. Notre site internet présente la ferme et les produits. Et la page Facebook sert à communiquer avec nos clients et elle permet aussi d'atteindre des gens qui ne sont pas déjà clients. Nous y répondons à des questions sur le métier. J'utilise principalement Twitter, pour parler de l'agriculture en général à titre personnel. Je suis membre de l'association Franceagritwittos qui a vocation à ne pas laisser le champ libre aux personnes très critiques sur l'agriculture. Franceagritwittos est un réseau : entre twittos, on se rencontre, on échange. Notre action est de parler du métier et de répondre aux critiques et aux erreurs. Même si on n'arrive pas à convaincre la personne, le message sera public et lu par d'autres qui se posent des questions. L'association aurait besoin de plus de monde. Il ne s'agit pas que nous soyons tous aussi actifs qu'AgriSkippy, Agrikol... Déjà, liker et relayer des messages que nous trouvons bien augmente leur poids. Tous les détracteurs de l'agriculture sont sur Twitter, et les politiques aussi ; on peut les interpeller directement. Je n'ai pas vécu d'attaques directes. Les critiques visent l'élevage en général ; il faut donc prendre du recul par rapport aux attaques, rester calme et expliquer.

NON

Benoît Charlot, éleveur dans l'Yonne

 

 

 

Les réseaux sociaux m'intéressent pour les échanges sur des sujets techniques. Je suis inscrit à un groupe Facebook sur l'élevage et à un autre sur les TCS et le semis direct. Sur ma zone, nous ne sommes plus que trois éleveurs dans un rayon de 10 km. Il n'y a qu'un groupe d'échange d'éleveurs, mais à 25 km. Les conseillers de la coopérative ne sont plus calés en cultures fourragères. J'ai trouvé des informations sur les méteils grâce au groupe TCS Facebook. J'y ai passé du temps, car il faut trier l'information. Je ne communique plus avec les non-agricoles sur les réseaux sociaux. J'ai déjà répondu à des commentaires "végans", mais c'est une perte de temps car le dialogue avec eux n'est pas possible. Parfois, j'ai apporté des précisions à des consommateurs qui se posaient des questions, mais c'est du temps à passer. Je préfère dialoguer directement, par exemple avec les quelques clients qui viennent m'acheter du lait à la ferme. À l'avenir, je ferai peut-être une page Facebook pour montrer notre quotidien.

NON

Jean-Marc Burette, éleveur dans le Pas-de-Calais

 

 

 

Je n'utilise pas les réseaux sociaux mais je communique beaucoup sur le métier avec des personnes qui ne travaillent pas dans l'agriculture : mes voisins, les élus communaux et des passants pour l'essentiel. Je suis des formations à la prise de parole depuis plusieurs années pour expliquer le métier et savoir répondre à des critiques. Je ne suis pas à l’aise avec le côté anonyme des réseaux. Je préfère le contact, rester dans mon élément et avoir les gens face à moi. Je fais de la communication de proximité. Par exemple, avec ma famille, nous avons installé un panneau avec un dessin de vache et un jeu des cinq différences avec les vaches qu'ils voient dans le pré (corne, couleur, cloche...) et une explication qui va avec. J'ai pris le temps d'échanger avec des passants qui regardaient le panneau. J'ai écrit un article dans la gazette du village qui explique le fonctionnement d'une ferme aujourd'hui, notamment pourquoi on fertilise et on traite, etc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les incendies vont accentuer le déclin de la production laitière australienne.  © beau/stock.adobe.com
Lait : la production australienne mal en point

Les incendies que l'Australie subit depuis novembre 2019 ont particulièrement frappé le Sud-Est du pays…

 © J.-C.Gutner - archives
Prix du lait : Des accords tarifaires prometteurs

Trois grandes annonces d'accord tarifaire entre un transformateur laitier et un distributeur ont été…

logo Sodiaal
Label Bas Carbone : Sodiaal annonce 95 fermes laitières engagées en 2020
En 2020, ces exploitations de la coopérative Sodiaal font partie d'un projet pilote de labellisation de la réduction de leur…
Les éleveurs néerlandais se sont dans l’ensemble montrés intéressés. Le bassin présente notamment des exploitations de taille conséquente en adéquation avec leur vision de l’élevage. © ACLCCP
Redynamiser l’installation en Poitou-Charentes
L’Association centrale des laiteries coopératives des Charentes et du Poitou cherche par tous les moyens à maintenir ses…
Rien que dans le Maine-et-Loire, 5 500 sangliers ont été prélevés en 2018, 6 600 en 2019. Il y a eu 194 dossiers d’indemnisation en 2018 et il y en avait déjà 223 en novembre 2019. © D. Granger
Dégâts de cultures : Tous d'accord pour réguler les populations de sangliers !
Face aux dégâts agricoles croissants, agriculteurs, forestiers et chasseurs s’accordent désormais sur la nécessité de réduire le…
carte des prix du lait de décembre 2019 dans le monde
Prix du lait en décembre 2019 : la hausse se poursuit
En Europe, la tendance à la hausse se poursuit, mais timidement. Les quelques annonces pour janvier sont à la stabilité des prix…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière