Aller au contenu principal
Font Size

Utilisez-vous des tests de gestation dans le lait ?

Dosage de protéines spécifiques de la gestation dans le lait ou le sang, progestérone, échographies... Plusieurs méthodes sont proposées pour réaliser des diagnostics de gestation.

 

Guillaume Hoflack - en Gaec dans le Calvados

Oui

Guillaume Oflack, en Gaec dans le Calvados © DR

Notre objectif est d’avoir des résultats une fois par mois, et d’être plus assidus dans le suivi de repro du troupeau (110 Prim’Holstein) notamment au printemps. Nous avons beaucoup de vêlages de septembre à janvier et donc d’inséminations au début du printemps. Or, à cette période, nous avons une grosse charge de travail avec les cultures (250 ha de SAU). Nous avons donc décidé darrêter les échographies pour les vaches et d’utiliser les tests dans le lait. Quand le peseur vient pour le contrôle laitier, il a la liste des vaches à analyser 28 jours après une insémination. Il s’occupe de tout. Nous avons les résultats 48 heures après. Nous faisons une seconde analyse 50 jours avant la date prévue du vêlage pour éviter de tarir des vaches vides. Cela coûte 8 euros par vache et par an. Nous sommes confiants dans la fiabilité du test même si nous ne l’utilisons que depuis janvier. Avec les échographies, il y a toujours un petit risque de provoquer un avortement. Nous continuons à en faire sur nos génisses. Cela permet de réformer celles qui ont une anomalie au niveau de l’appareil génital.

 

 

 

 

 

 

Brice Orhan - en Gaec dans le Morbihan

Non

Nous préférons faire du suivi repro avec notre vétérinaire. Avant, il passait toutes les trois semaines. Mais, pour diminuer l’intervalle vêlage-vêlage de notre troupeau (95 Prim’Holstein à 10 100 kg - IVV de 387 jours) et atteindre un rang moyen de lactation de 5 mois, nous sommes passés récemment à une visite tous les quinze jours. Nous faisons une première échographie à partir de 27 jours de gestation puis des échographies de contrôle vers 55 jours et avant le tarissement. Faire des tests dans le lait représenterait un doublon inutile et coûteux. Et ce test ne dit pas pourquoi la vache est vide. Or, c’est essentiel pour intervenir rapidement. Les échographies permettent aussi de détecter les jumeaux. Dans ce cas, j’adapte le suivi et la préparation des vaches concernées. Quand le vétérinaire vient, il va au-delà du suivi repro. C’est un moment d’échanges sur les résultats du contrôle laitier ou d’éventuels problèmes de mammites.

 

Guillaume Merlin - éleveur dans le Pas-de-Calais

Non

J'utilise le test de gestation réalisé à partir d’une prise de sang proposé par Gènes Diffusion (6 euros par diagnostic). C’est beaucoup plus souple et simple à faire. Je le fais quand je veux dès que mes vaches (200 Prim’Holstein) et génisses ont été inséminées depuis au moins 32 jours. Cette souplesse est très importante pour moi qui suis installé en individuel. Malgré mes deux salariés, faute de main-d’œuvre familiale, nous sommes surchargés de travail. Le test dans le lait m’oblige à être disponible quand le contrôleur laitier vient. J’ai arrêté les échographies pour les mêmes raisons. Ce n’est pas toujours simple de programmer à l’avance les visites quand on a des cultures. Le suivi repro me prenait une matinée par mois. L’inconvénient de ce test (comme avec le lait) est qu’en cas d’avortement le taux des protéines reste élevé. Mais je contrôle les retours en chaleurs avec des colliers.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière