Aller au contenu principal

Prix du lait
Unell/Lactalis : accord sur la formule de prix

Un accord sur les modalités de prise en compte des coûts de production dans la formule de prix du lait a été trouvé le 6 septembre dernier dans le cadre d’une médiation. Au final, les coûts de production entrent pour 25% dans le prix issu de la formule.

logo Lactalis
© Agriculteur normand

« Cet accord, qui concerne près de 4000 producteurs regroupés en neuf OP est l’un des tout premiers à intégrer un niveau de coût de production de façon explicite dans la formule de calcul », souligne le médiateur dans un communiqué du 11 septembre.  La prise en compte des prix de revient concerne la part destinée au marché intérieur (PGC France) qui représente 50% du prix du lait. « Le reste de la formule de prix reste inchangé avec 20% de PGC export et 30% de produits industriels », précise l’Unell dans un communiqué du même jour.

Une clause de revoyure pour rester dans le marché

Le prix de revient entre pour moitié dans la valeur retenue pour les PGC France, soit au final  25% dans le prix issu de la formule. L’autre moitié correspond aux évolutions de l’indice Insee PVI (prix de vente industriels) qui reflète les évolutions du marché. A la demande de Lactalis, une clause de revoyure est prévue « pour s’assurer d’être en cohérence avec les hausses obtenues auprès de la grande distribution et le prix français national », commente Fabien Choiseau, directeur approvisionnement du groupe. Deux voyants d’alerte sont définis et la clause se déclenche s’ils s’allument simultanément. Le premier voyant est un seuil correspondant à un écart important (non communiqué) entre la valeur PGC calculée par la formule et la valeur issue de l’évolution de l’indice PVI. Le deuxième est un écart supérieur à + ou - 2 euros entre le prix total issu de la formule et le prix France Agrimer conventionnel (12 mois glissants).

Une formule testée pendant six mois

Ces modalités entrent en vigueur au 1er septembre et feront l’objet d’une évaluation au bout de six mois. Pour 2019, le prix de revient retenu est de 355€/1000 litres. Il sera réévalué chaque année avant le début des négociations commerciales annuelles à partir d’un ensemble d’indicateurs nationaux dont ceux publiés par le Cniel. « Cet accord pose les principes qui permettront de ramener de la valeur sur la part du lait destinée au marché intérieur, souligne l’Unell tout en constatant que « la baisse conjoncturelle des valorisations à l’export et des produits industriels masque à date l’effet positif de la revalorisation des PGC France sur le prix final

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
 © J.-M. Nicol
Pas de chaleurs visibles sur mes vaches : que se passe-t-il ?
Les vaches ne parviennent-elles pas à exprimer leur comportement sexuel ou bien oublient-elles vraiment de venir en chaleur ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière