Aller au contenu principal

Empreinte carbone : une opération à l’échelle régionale avec l’AOPen Dairy

Dans les Hauts-de-France, trois OP ont mutualisé leurs moyens et portent un projet de crédits carbone pour créer de la valeur ajoutée pour les producteurs.  

Un second appel à projet pour s’engager dans la démarche bas-carbone vient d’être lancé. Avis aux intéressés !
© E. Bignon

Créée il y a trois ans, l’AOPen Dairy - association d’organisations de producteurs rassemblant l’OP livrant à Danone Bailleul (59), l’OP livrant l’usine Lactalis de Cuincy (62), et l’OP Fauquet livrant – fédère des producteurs des Hauts-de-France autour d’une démarche bas carbone. Une centaine d’élevages est engagée pour réduire leur empreinte carbone d’ici cinq ans. Et, depuis six mois, l’AOPen Dairy accompagne 41 d’entre eux pour vendre des crédits carbone sur le marché volontaire. « À la table des négociations du prix du lait, les industriels nous répétaient : 'la valeur ne se partage pas, elle se créée. Si vous voulez de la valeur, créez-la !' », relate Gilles Durlin, président de l’AOPen Dairy. C’est bien cela que l’association fait aujourd’hui en portant le projet des crédits carbone. « Parmi les valeurs qui font le prix du lait, certaines reviennent à l’aval (R & D, packaging…), mais d’autres sont inhérentes à l’amont comme la qualité du lait, le bien-être animal, l’environnement, la biodiversité…, poursuit Gilles Durlin. Si des producteurs s’engagent à faire mieux sur ces volets, ils doivent être rétribués pour leurs efforts. L’objectif n’est pas simplement de diminuer les émissions, mais d’obtenir une valorisation pour le faire. » La mutualisation au sein de différentes OP est un atout dans la mise en œuvre de ce projet qui a reçu l’appui financier du conseil régional des Hauts-de-France.

« En moyenne, les éleveurs engagés devraient bénéficier de 12 000 € en moyenne de crédits carbone pour 400 t de carbone évitées par exploitation. Nous sommes sur une bonne dynamique. Un second appel à projet vient d’être lancé. On pense avoir au moins autant d’exploitations impliquées. 

https://www.reussir.fr/france-carbone-agri-lance-un-second-appel-projets-pour-le-paiement-de-la-reduction-des-emissions-de

 

Chiffres-clés de l'AOPen Dairy

3 OP lait

700 producteurs

300 millions de litres de lait

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
 © B. Griffoul
Dans la nurserie, des plafonds relevables pour les veaux
Au Gaec des congères, dans l’Aveyron, des treuils de voilier, peu coûteux, permettent de relever sans forcer des plafonds qui…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Brexit : qu’est-ce qui change pour l'agriculture ?
Entre le Royaume-Uni et l’Union européenne à 27, le pire n’est pas arrivé. Il n’y a ni droits de douane ni contingents sur les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière