Aller au contenu principal

Une expérience à l'étranger très positive

Trois jeunes de BTS ACSE, encouragés par leur lycée, le Gros Chêne dans le Morbihan, sont partis à l'étranger grâce à Erasmus et des contacts au Québec.

Maël Razavet, Léo Bardouil et Alexandre Stéphan, en BTS ACSE au lycée le Gros Chêne, dans le Morbihan.
© DR

Élèves en BTS ACSE, Léo Bardouil, Maël Razavet et Alexandre Stéphan ont choisi trois destinations différentes en juin 2017. Un retour d'expérience très positif.

Léo Bardouil a traversé l'Atlantique, direction Québec. « Au départ, j'avais un peu d'appréhension. Mais cela m'a permis de partir loin, dans un pays aux habitudes différentes des nôtres, mais où les personnes parlent la même langue que nous. Ils sont parfois difficiles à comprendre surtout quand ils parlent vite entre eux. Ils ont leurs propres expressions. Par exemple, pour dire accrocher le pulvérisateur, ils disent piner l'arrosoir. »

Première surprise, la taille moyenne des élevages québécois n'est que de 70 vaches. Seconde source d'étonnement, les quarante Holstein du troupeau restent en étable entravée toute l'année. « C'est très courant là-bas, mais ça fait bizarre. »

Léo ne s'attendait pas plus à la quantité de travail réalisé manuellement. « Ils traient dans la stabulation. Les logettes sont nettoyées à la fourche trois fois par jour. Les bouses sont poussées dans une douve. Un convoyeur les achemine ensuite vers une fumière. Le foin et la paille sont récoltés en petites bottes (7 000 bottes par an). Les fourrages sont enrubannés en big-bags et distribués à la fourche. Comme leur bâtiment est ancien, il n'y a qu'un robot pour distribuer les concentrés cinq fois par jour. »

Lorsqu'il s'installera sur l'exploitation familiale, Léo envisage de creuser la valorisation des associations légumineuses-graminées. « Ils ont des Holstein à 10 200 kilos de lait sans utiliser d'ensilage de maïs. Ce n'est pas complètement transposable ici parce qu'ils distribuent beaucoup de concentrés. Mais, avec un prix du lait à 430-450 euros pour 1 000 litres, c'est rentable pour eux, même sans avoir l'équivalent des primes PAC. »

Alexandre Stéphan a choisi la Belgique. Cap vers la région flamande, dans un élevage de 230 Holstein à 10 000 kilos. « La première chose qui m'a marquée, c'est qu'ils traient trois fois par jour. C'est un système très intensif parce que le prix des terres est très élevé », souligne Alexandre. En Flandre, le prix moyen est supérieur à 50 000 euros par hectare.

Avec une 2x10, la traite dure trois heures. « Ils emploient deux salariés roumains pour traire. Le premier commence à traire à 5 h du matin. Ils traient ensemble vers 13 h. Puis le second salarié trait seul le soir vers 21 h. »

Maël Razavet a pris de l'altitude en Suisse, à une trentaine de kilomètres de Lausanne. Dans une exploitation de 100 hectares, les deux associés gèrent un troupeau de 70 Holstein de très haut niveau génétique. « Les éleveurs participent à des concours comme Swiss Expo. » Le lait est transformé en AOP gruyère. « Le prix du lait est très élevé (730 €/1 000 l en mai 2018). Ils n'ont pas le droit d'utiliser des fourrages fermentés. Mais ils arrivent à faire produire 10 000 kilos de lait à leurs vaches grâce à la qualité du foin qu'ils distribuent. Avec leur séchoir en grange, la préparation de la ration hivernale est simple. Il n'y a pas besoin de démarrer un tracteur, de faire tourner une mélangeuse... C'est une technique très intéressante », estime Maël.

En revanche, côté salle de traite, c'est un peu le désenchantement. « Avec une 2x3 en tandem, la traite dure 2 h 30. C'est long. Ils traient à 5 h du matin puis à 16 h 30. Les associés envisagent d'investir dans une 2x7 quand leurs annuités auront baissé. Ils ont préféré investir d'abord dans le séchoir. » Maël s'est tellement plu dans cette exploitation qu'il y est resté trois semaines de plus pour travailler. « On est très bien payé. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière