Aller au contenu principal

Une centaine d’éleveurs laitiers changent d’OP et d’acheteur

En Normandie, plus de la moitié des adhérents de l’APLN et liés à Eurial, ont choisi de rejoindre l’APLBC, pour un contrat avec Novandie.

Bovins lait / vaches normandes et prim'holstein au pâturage en Normandie
Des éleveurs adhérents de l'APLN ont changé d'OP pour s'engager avec Novandie dans une relation contractuelle tripartite.
© S. Leitenberger

C’est un fait rare : les adhérents de l’association de producteurs de lait normands (APLN) ont eu le choix entre deux relations contractuelles : rester à l’APLN(1) et liés à Eurial ou changer d’organisation de producteurs et passer à l’APLBC (Association des producteurs de lait du bassin Centre) pour rejoindre le projet du transformateur laitier Novandie. C’est cette seconde option qu’ont choisie une centaine d’exploitations laitières et plus de 90 millions de litres de lait, sur les plus de 200 producteurs que compte l’APLN. Le changement sera effectif à partir du 1er janvier 2024.

L’OP APLBC a cherché des producteurs

Le projet de Novandie (groupe Andros) était de trouver des producteurs pour développer l’approvisionnement en direct de ses deux usines, en Seine-Maritime et en Eure-et-Loir, après la fin d’un contrat d’achat de lait. Intéressée par les tripartites de la Laiterie Saint Denis de l’Hôtel (LSDH), Novandie a pris contact avec LSDH et l’APLBC. C’est pour ce projet que l’APLBC a proposé à l’APLN de rejoindre l’OP, au sein de la section LSDH. « L’objectif est d’aller chercher ensemble la valeur auprès de la grande distribution et de la mutualiser entre les éleveurs Novandie et LSDH. Ainsi, producteurs de Novandie et de LSDH auront un contrat-cadre commun », détaille Jérôme Chapon, un des responsables de l’OP.

Le choix d’une relation plus transparente

« Ceux qui ont décidé de changer ont avant tout choisi un autre type de relation commerciale. Celle des tripartites de la LSDH colle avec nos attentes : une reconnaissance des éleveurs, des échanges directs avec la laiterie, de la transparence dans la relation commerciale et la défense de la MPA (matière première agricole) », expose Élise Héron, vice-présidente de l’APLN. « L’autre élément qui nous plaît est que les négociations partent du prix de la MPA pour construire les prix de vente à la distribution, en marche en avant, tel que l’a voulu la loi Egalim. Ce qui n’est pas le cas avec Eurial, avec une formule de prix basée sur le mix-produits de l’entreprise et une prise en compte du coût de production sur la seule partie PGC France. » Le contrat-cadre proposé par Eurial et par l’Oplase – OP dont fait partie l’APLN – est l’aboutissement de longues négociations, suite à la dénonciation de l’ancien contrat par Eurial il y a deux ans.

(1) Association adhérant à l’Oplase, qui regroupe des exploitations liées à Eurial ultrafrais (Agrial) dans 8 départements : Seine-Maritime, Eure, Oise, Somme, Meurthe-et-Moselle, Haut-Rhin, Haute-Marne et Yonne.

Les plus lus

Christophe Baudoin, 36 ans, et son frère Vincent, 40 ans, ne craignent pas d’essayer de nouvelles pratiques pour produire plus de lait et maîtriser les charges.
« Avec un seul robot, nous produisons 1 million de litres de lait »
Le Gaec des sapins, en Loire-Atlantique, produit 1 million de litres de lait avec 83 vaches et un seul robot tout en…
Jérôme Curt, éleveur à la ferme du trèfle.
Bâtiments pour bovins : « Notre stabulation se rapproche du plein air »

La Ferme du trèfle, dans l’Ain, a monté un bâtiment novateur axé sur le bien-être animal. Pad cooling, toiture en Bartic,…

Selon Cyril Bapelle, vétérinaire nutritionniste (à gauche), « il faut réfléchir la gestion des mycotoxines en particules ingérées par vache et par jour ».
Mycotoxines : « Nous avons perdu 4 litres de lait par vache »

Dans la Manche, Romain Boudet, installé en individuel, a vu ses résultats techniques chuter après l’ouverture du silo de maïs…

Robot de traite : quel gain de production laitière lors du passage de la salle de traite au robot ?

Le passage de la salle de traite au robot de traite s’accompagne d’un gain de production par vache laitière. À paramètres…

En 2023, Baptiste et Léo Blanchard ont séché 600 tonnes de foin à 87 à 93 % MS, 350 tonnes de maïs grain et 40 tonnes de bois déchiqueté.
Foin : « Avec un séchoir à plat autoconstruit dans un ancien bâtiment, nous limitons l’investissement »

Éleveurs en Mayenne, Baptiste et Léo Blanchard ont transformé un ancien bâtiment à taurillons en séchoir en grange à plat.…

vaches à la traite
Contrôle laitier : le rendement des vaches laitières a augmenté en 2023

Les résultats 2023 du contrôle laitier montrent une hausse de la productivité de 60 kg à 8938 kg de lait par lactation.…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière