Aller au contenu principal

Une baisse de 23 % d'IFT chez les polyculteurs-éleveurs du réseau Dephy

Depuis 2009, l'indicateur de fréquence de traitement dans les fermes avec de l'élevage a davantage baissé que dans les exploitations de grandes cultures. Et les polyculteurs-éleveurs ont des valeurs plus faibles.

Descriptif : Évolution de l'IFT des systèmes historiques grandes cultures et polyculture-élevageCommentaire : La baisse de l'IFT est identique en valeur absolue (-0,7 IFT/ha) mais plus marquée en pourcentage chez les polyculteurs-éleveurs.
© Réseau Dephy

L'analyse des résultats des fermes du réseau Dephy montre que les systèmes de polyculture-élevage sont plus économes en pesticides que les systèmes de grandes cultures. " Les 385 exploitations en polyculture-élevage étudiées ont un Indicateur de fréquence de traitement (IFT) inférieur de 43 % aux 608 exploitations de grandes cultures étudiées. Cette moyenne cache toutefois de grandes disparités. " Plusieurs explications sont avancées. Les assolements de polyculture-élevage sont plus favorables : les IFT des cultures fourragères (maïs, prairies temporaires) sont en effet bien plus faibles que ceux des autres cultures (1,08 contre 3,88). Les pratiques des exploitations de polyculture-élevage sont aussi moins intensives, avec un IFT du blé inférieur de 16 % et celui du maïs de 24 %. Mais l'écart ne se retrouve que partiellement au niveau des rendements : -4 % en blé et -14 % en maïs. Le non-labour est par ailleurs moins fréquent en polyculture-élevage : 20 %, contre 32 % en grandes cultures. Or, les systèmes sans labour consomment plus d'herbicides : en polyculture, l'IFT herbicide des systèmes sans labour est de 1,34 contre 1,18 avec labour. 

Entre 2009 et la moyenne 2015, 2016 et 2017, les systèmes historiques en polyculture-élevage présentent une baisse des IFT plus marquée (-23 %) que leurs homologues en grandes cultures (-10 %). Ceci s'explique en partie par un nombre de conversions à l'agriculture biologique plus important dans les systèmes avec élevage. Deux tiers de la diminution d'IFT sont liés à la baisse des IFT hors herbicides.

Changer radicalement de système pour réduire davantage

Le réseau Dephy pointe " qu'il n'y a pas de baisse des IFT sans que ne soient actionnés conjointement plusieurs leviers, au moins six dans la plupart des cas ". Il y a les leviers qui ne nécessitent pas de changement de système : utilisation pointue des phytos (bas volume, ciblé sur le rang...) ; choix de variétés résistantes ; décalage de date de semis ; apport d'un engrais starter localisé ; travail du sol ; désherbage mécanique ; utilisation de biocontrôle... Et il y a la reconception du système de culture : allongement de la rotation ; modification des espèces cultivées ; cultures associées en mélange ; agroforesterie... La modification de la succession des cultures concerne plus de deux systèmes sur trois. Elle est motivée par des impasses techniques et une recherche de meilleur résultat économique. Elle induit une combinaison d'évolutions que les agriculteurs doivent apprendre à maîtriser : gestion des intercultures, conduite et commercialisation de nouvelles cultures...

" Au-delà d'un certain seuil d'usage de produits phytosanitaires, il apparaît difficile de poursuivre la réduction sans changer radicalement de système ", indiquent les conseillers Dephy. Ils pointent aussi la difficulté pour les systèmes déjà économes en phytos (moins de 3 IFT hors biocontrôle et traitement de semence) de ne pas augmenter leur IFT les années à forte pression de bioagresseurs.

Dans les fermes ayant réduit leur IFT, les rendements se sont globalement maintenus. Ils ont même augmenté lorsque les évolutions du système ont permis de réduire les pressions de bioagresseurs. Les charges phytosanitaires ont baissé. Par contre, " dans plus d'un tiers des systèmes, les agriculteurs déclarent une augmentation des charges de mécanisation, généralement en lien avec l'introduction du désherbage mécanique " et ils témoignent aussi d'une évolution de leur charge de travail.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière