Aller au contenu principal

Médecines complémentaires
" Une autre approche de la santé du troupeau "

Le Gaec de Toulanay, dans le Finistère, utilise moins d’antibiotiques, sans dégradation de la situation sanitaire de l’élevage.

© DR

« Le fait de m’être formée et de recourir aux médecines complémentaires me permet aujourd’hui de voir mes vaches différemment », témoigne Marina Le Fournis, éleveuse installée à Plougonven avec 120 vaches en conventionnel. Marina fait partie d’un groupe de huit éleveuses finistériennes qui ont décidé de réduire l’usage des antibiotiques sur leur élevage. Motivées, elles ont constitué en 2015 un groupe AEP (agriculture économiquement performante), subventionné par la région, et animé par BCEL Ouest. Au-delà des nombreuses formations dont elles ont bénéficié sur l’aromathérapie, l’acupuncture, l’homéopathie, la phytothérapie, les remèdes naturels, etc., ces éleveuses ont également pu profiter de nombreux moments d’échanges. « C’est là le vrai plus de l’expérience, estiment-elles. Il faut se former avec des gens compétents, mais il faut aussi pouvoir échanger avec d’autres éleveurs qui avancent comme nous. » Les éleveuses sont unanimes. Cette initiative a changé le regard qu’elles portent sur leur troupeau, et elles agissent aujourd’hui davantage en préventif pour limiter l’apparition des maladies. « Si elles ont suivi le même parcours de formation, elles n’appliquent pas pour autant la même solution pour un symptôme et un diagnostic donnés, relève Marlène Guiadeur, de l’Institut de l’élevage. Chacune y répond à sa manière selon sa propre expérience et les échanges qu’elle a pu avoir. » Globalement, l’aromathérapie et l’acupuncture leur semblent plus faciles d’accès et l’homéopathie uniciste plus difficile à s’approprier. « Au-delà des remèdes proposés, ces formations nous sensibilisent avant tout à l’observation des animaux et élargit notre vision de la santé du troupeau, poursuit Marina Le Fournis. Cela nous pousse à nous poser les bonnes questions avant de penser d’emblée au traitement à appliquer… Personnellement, cela a changé aussi mon rapport aux animaux. J’ai l’impression d’être plus proche d’eux et plus respectueuse de leur bien-être quand je les soigne. »

Partager ses expériences avec celles des autres pour avancer

Après trois années, les résultats techniques et la santé mammaire des élevages du groupe ne se sont pas dégradés. L’analyse des consommations d’antibiotiques montre une diminution de 50 % de l’exposition des animaux entre 2015 et 2017, alors que le pourcentage d’échantillon de lait avec un comptage cellulaire individuel inférieur à 300 cellules par millilitre est resté stable dans tous les élevages.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Le prix de revient moyen d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Le prix de revient d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Mise à part pour la filière biologique, l’actualisation des indicateurs interprofessionnels de coûts de production apporte peu d’…
Les incertitudes - météo, Covid-19, demande chinoise - pèsent sur les équilibres des marchés laitiers.
Les prix des produits laitiers très élevés en octobre novembre
Les cotations de beurre, crème, poudre de lait, de lactosérum, fromages européens... affichaient des niveaux particulièrement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière