Aller au contenu principal

Médecines complémentaires
" Une autre approche de la santé du troupeau "

Le Gaec de Toulanay, dans le Finistère, utilise moins d’antibiotiques, sans dégradation de la situation sanitaire de l’élevage.

© DR

« Le fait de m’être formée et de recourir aux médecines complémentaires me permet aujourd’hui de voir mes vaches différemment », témoigne Marina Le Fournis, éleveuse installée à Plougonven avec 120 vaches en conventionnel. Marina fait partie d’un groupe de huit éleveuses finistériennes qui ont décidé de réduire l’usage des antibiotiques sur leur élevage. Motivées, elles ont constitué en 2015 un groupe AEP (agriculture économiquement performante), subventionné par la région, et animé par BCEL Ouest. Au-delà des nombreuses formations dont elles ont bénéficié sur l’aromathérapie, l’acupuncture, l’homéopathie, la phytothérapie, les remèdes naturels, etc., ces éleveuses ont également pu profiter de nombreux moments d’échanges. « C’est là le vrai plus de l’expérience, estiment-elles. Il faut se former avec des gens compétents, mais il faut aussi pouvoir échanger avec d’autres éleveurs qui avancent comme nous. » Les éleveuses sont unanimes. Cette initiative a changé le regard qu’elles portent sur leur troupeau, et elles agissent aujourd’hui davantage en préventif pour limiter l’apparition des maladies. « Si elles ont suivi le même parcours de formation, elles n’appliquent pas pour autant la même solution pour un symptôme et un diagnostic donnés, relève Marlène Guiadeur, de l’Institut de l’élevage. Chacune y répond à sa manière selon sa propre expérience et les échanges qu’elle a pu avoir. » Globalement, l’aromathérapie et l’acupuncture leur semblent plus faciles d’accès et l’homéopathie uniciste plus difficile à s’approprier. « Au-delà des remèdes proposés, ces formations nous sensibilisent avant tout à l’observation des animaux et élargit notre vision de la santé du troupeau, poursuit Marina Le Fournis. Cela nous pousse à nous poser les bonnes questions avant de penser d’emblée au traitement à appliquer… Personnellement, cela a changé aussi mon rapport aux animaux. J’ai l’impression d’être plus proche d’eux et plus respectueuse de leur bien-être quand je les soigne. »

Partager ses expériences avec celles des autres pour avancer

Après trois années, les résultats techniques et la santé mammaire des élevages du groupe ne se sont pas dégradés. L’analyse des consommations d’antibiotiques montre une diminution de 50 % de l’exposition des animaux entre 2015 et 2017, alors que le pourcentage d’échantillon de lait avec un comptage cellulaire individuel inférieur à 300 cellules par millilitre est resté stable dans tous les élevages.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière