Aller au contenu principal

Filière Lait et vente directe
Un projet à moins de 50 000 euros, c´est possible !

Le montant des investissements varie selon la gamme de produits proposée, le circuit de commercialisation, le statut sanitaire.


«Les investissements liés à la vente directe peuvent être au départ assez limités pour évoluer ensuite en fonction du développement de l´activité », souligne Emmanuel Béguin. C´est notamment le cas de l´élevage de M. et Mme Juste dans le Pas de Calais (lire article« Une gamme diversifiée ... »).

Il est recommandé de contacter un conseiller (technicien d´une association de vente directe, chambre d´agriculture) pour évaluer le montant des investissements, se renseigner sur les aides existantes et se procurer la liste des fabricants de matériels.

A part le cas extrême du producteur fermier qui veut par exemple investir dans une cave d´affinage, « il est possible de démarrer une activité en investissant moins de 50 000 euros ».

Le montant dépend du type de produits fabriqués, du circuit de commercialisation et du statut sanitaire de l´atelier (lire page 38). Dans les cinq cas concrets analysés dans l´étude coordonnée par l´Institut de l´élevage(1), les investissements spécifiques à la vente directe varient de 5 000 euros à 62 000 euros. L´exemple le moins cher correspond à une exploitation transformant 35 000 litres de lait en crème et lait cru. Les produits sont essentiellement vendus auprès d´une GMS (67 %) et sur les marchés (13 %). Le gros de l´investissement est lié à l´achat d´occasion d´une machine à berlingots (2 130 euros) et d´une vitrine réfrigérée (1 100 euros) en 2001.
Une autre exploitation transforme 290 000 litres de lait en beurre (98 %) vendu à une GMS. La chambre froide (6 900 euros) et le véhicule (6 000 euros) expliquent l´essentiel des charges. L´exploitation ayant investi 62 000 euros a une gamme et un circuit de commercialisation très diversifiés. Les locaux, aménagés de manière à répondre aux normes européennes, représentent plus de la moitié de l´investissement (36 000 euros).
Ne pas oublier les investissements liés aux locaux
Le tableau ci-contre donne des prix indicatifs pour quelques équipements. Il faut ajouter à ces montants les investissements liés à l´aménagement des locaux prévus pour la transformation. Il est d´ailleurs prudent de démarrer à petite échelle, et de faire évoluer ensuite l´atelier, si l´on ne connait pas dès le départ le potentiel de vente.

Autres montants à prendre en compte : ceux liés au stockage des emballages, à la vente directe à la ferme. Sans oublier le véhicule destiné aux tournées ou à la vente sur les marchés.

(1) La vente directe de produits laitiers : c´est possible, moderne, rentable. Vivre du lait en Nord-Pas-de-Calais, Picardie et Haute Normandie. Institut de l´élevage, Chambre d´agriculture, ARVD, AVDPL - Juin 2003.

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Christophe Baudoin, 36 ans, et son frère Vincent, 40 ans, ne craignent pas d’essayer de nouvelles pratiques pour produire plus de lait et maîtriser les charges.
« Avec un seul robot, nous produisons 1 million de litres de lait »
Le Gaec des sapins, en Loire-Atlantique, produit 1 million de litres de lait avec 83 vaches et un seul robot tout en…
Jérôme Curt, éleveur à la ferme du trèfle.
Bâtiments pour bovins : « Notre stabulation se rapproche du plein air »

La Ferme du trèfle, dans l’Ain, a monté un bâtiment novateur axé sur le bien-être animal. Pad cooling, toiture en Bartic,…

Selon Cyril Bapelle, vétérinaire nutritionniste (à gauche), « il faut réfléchir la gestion des mycotoxines en particules ingérées par vache et par jour ».
Mycotoxines : « Nous avons perdu 4 litres de lait par vache »

Dans la Manche, Romain Boudet, installé en individuel, a vu ses résultats techniques chuter après l’ouverture du silo de maïs…

Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Robot de traite : quel gain de production laitière lors du passage de la salle de traite au robot ?

Le passage de la salle de traite au robot de traite s’accompagne d’un gain de production par vache laitière. À paramètres…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière