Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Filière Lait et vente directe
Un projet à moins de 50 000 euros, c´est possible !

Le montant des investissements varie selon la gamme de produits proposée, le circuit de commercialisation, le statut sanitaire.


«Les investissements liés à la vente directe peuvent être au départ assez limités pour évoluer ensuite en fonction du développement de l´activité », souligne Emmanuel Béguin. C´est notamment le cas de l´élevage de M. et Mme Juste dans le Pas de Calais (lire article« Une gamme diversifiée ... »).

Il est recommandé de contacter un conseiller (technicien d´une association de vente directe, chambre d´agriculture) pour évaluer le montant des investissements, se renseigner sur les aides existantes et se procurer la liste des fabricants de matériels.

A part le cas extrême du producteur fermier qui veut par exemple investir dans une cave d´affinage, « il est possible de démarrer une activité en investissant moins de 50 000 euros ».

Le montant dépend du type de produits fabriqués, du circuit de commercialisation et du statut sanitaire de l´atelier (lire page 38). Dans les cinq cas concrets analysés dans l´étude coordonnée par l´Institut de l´élevage(1), les investissements spécifiques à la vente directe varient de 5 000 euros à 62 000 euros. L´exemple le moins cher correspond à une exploitation transformant 35 000 litres de lait en crème et lait cru. Les produits sont essentiellement vendus auprès d´une GMS (67 %) et sur les marchés (13 %). Le gros de l´investissement est lié à l´achat d´occasion d´une machine à berlingots (2 130 euros) et d´une vitrine réfrigérée (1 100 euros) en 2001.
Une autre exploitation transforme 290 000 litres de lait en beurre (98 %) vendu à une GMS. La chambre froide (6 900 euros) et le véhicule (6 000 euros) expliquent l´essentiel des charges. L´exploitation ayant investi 62 000 euros a une gamme et un circuit de commercialisation très diversifiés. Les locaux, aménagés de manière à répondre aux normes européennes, représentent plus de la moitié de l´investissement (36 000 euros).
Ne pas oublier les investissements liés aux locaux
Le tableau ci-contre donne des prix indicatifs pour quelques équipements. Il faut ajouter à ces montants les investissements liés à l´aménagement des locaux prévus pour la transformation. Il est d´ailleurs prudent de démarrer à petite échelle, et de faire évoluer ensuite l´atelier, si l´on ne connait pas dès le départ le potentiel de vente.

Autres montants à prendre en compte : ceux liés au stockage des emballages, à la vente directe à la ferme. Sans oublier le véhicule destiné aux tournées ou à la vente sur les marchés.

(1) La vente directe de produits laitiers : c´est possible, moderne, rentable. Vivre du lait en Nord-Pas-de-Calais, Picardie et Haute Normandie. Institut de l´élevage, Chambre d´agriculture, ARVD, AVDPL - Juin 2003.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Loren Duhameau. « Pour faire ce métier, il faut vraiment être mordu. Il y a des jours où j’ai envie de tout arrêter. Mais tant que j’ai du soutien, ça va. » © J. Pertriaux
« Les femmes ont autant leur place que les hommes ! »
À Caligny dans l’Orne, Loren Duhameau s’est installée en individuel à 25 ans. Une installation précipitée par des circonstances…
Michel Nalet, directeur général relations externes et communication du Groupe Lactalis
Lactalis : "La crise liée au Covid-19 nous fait craindre une baisse de la valorisation du lait à moyen terme"
Michel Nalet, du groupe Lactalis, craint l'effet du gonflement des stocks de poudre, beurre et fromage. Et l'…
Un rail électrifié fixé à al charpente guide la pailleuse. © C. Armager
Bâtiment d’élevage : « La pailleuse suspendue améliore nos conditions de travail »
À la tête d'un troupeau de 85 laitières, les associés du Gaec Amarger, dans le Cantal, ont investi dans une pailleuse suspendue…
L'élevage de 380 vaches de Henning Münster,  380 vaches dans le Schleswig-Holstein. © Élevage Münster
Allemagne : prix du lait à 280 à 300 €/1 000 l dès mai ?
Avril n’est que le début de la crise. En Allemagne, les perspectives de prix du lait à six mois ne sont guère enthousiasmantes.
Faneuse et andaineur : les bons réglages pour un bon fourrage
Machinisme
La qualité des fourrages secs ou ensilés dépend bien sûr du niveau de maturité de l’herbe, des espèces présentes dans la parcelle…
 © F. Mechekour
Trois caméras dans la désileuse pour plus de sécurité et de confort
Chez Gilbert Lucas, dans le Pas-de-Calais. La vie et la santé n’ayant pas de prix, l’éleveur a décidé d'installer trois caméras…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière