Aller au contenu principal

Filière Lait et vente directe
Un projet à moins de 50 000 euros, c´est possible !

Le montant des investissements varie selon la gamme de produits proposée, le circuit de commercialisation, le statut sanitaire.


«Les investissements liés à la vente directe peuvent être au départ assez limités pour évoluer ensuite en fonction du développement de l´activité », souligne Emmanuel Béguin. C´est notamment le cas de l´élevage de M. et Mme Juste dans le Pas de Calais (lire article« Une gamme diversifiée ... »).

Il est recommandé de contacter un conseiller (technicien d´une association de vente directe, chambre d´agriculture) pour évaluer le montant des investissements, se renseigner sur les aides existantes et se procurer la liste des fabricants de matériels.

A part le cas extrême du producteur fermier qui veut par exemple investir dans une cave d´affinage, « il est possible de démarrer une activité en investissant moins de 50 000 euros ».

Le montant dépend du type de produits fabriqués, du circuit de commercialisation et du statut sanitaire de l´atelier (lire page 38). Dans les cinq cas concrets analysés dans l´étude coordonnée par l´Institut de l´élevage(1), les investissements spécifiques à la vente directe varient de 5 000 euros à 62 000 euros. L´exemple le moins cher correspond à une exploitation transformant 35 000 litres de lait en crème et lait cru. Les produits sont essentiellement vendus auprès d´une GMS (67 %) et sur les marchés (13 %). Le gros de l´investissement est lié à l´achat d´occasion d´une machine à berlingots (2 130 euros) et d´une vitrine réfrigérée (1 100 euros) en 2001.
Une autre exploitation transforme 290 000 litres de lait en beurre (98 %) vendu à une GMS. La chambre froide (6 900 euros) et le véhicule (6 000 euros) expliquent l´essentiel des charges. L´exploitation ayant investi 62 000 euros a une gamme et un circuit de commercialisation très diversifiés. Les locaux, aménagés de manière à répondre aux normes européennes, représentent plus de la moitié de l´investissement (36 000 euros).
Ne pas oublier les investissements liés aux locaux
Le tableau ci-contre donne des prix indicatifs pour quelques équipements. Il faut ajouter à ces montants les investissements liés à l´aménagement des locaux prévus pour la transformation. Il est d´ailleurs prudent de démarrer à petite échelle, et de faire évoluer ensuite l´atelier, si l´on ne connait pas dès le départ le potentiel de vente.

Autres montants à prendre en compte : ceux liés au stockage des emballages, à la vente directe à la ferme. Sans oublier le véhicule destiné aux tournées ou à la vente sur les marchés.

(1) La vente directe de produits laitiers : c´est possible, moderne, rentable. Vivre du lait en Nord-Pas-de-Calais, Picardie et Haute Normandie. Institut de l´élevage, Chambre d´agriculture, ARVD, AVDPL - Juin 2003.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière