Aller au contenu principal

Filière Lait et vente directe
Un projet à moins de 50 000 euros, c´est possible !

Le montant des investissements varie selon la gamme de produits proposée, le circuit de commercialisation, le statut sanitaire.


«Les investissements liés à la vente directe peuvent être au départ assez limités pour évoluer ensuite en fonction du développement de l´activité », souligne Emmanuel Béguin. C´est notamment le cas de l´élevage de M. et Mme Juste dans le Pas de Calais (lire article« Une gamme diversifiée ... »).

Il est recommandé de contacter un conseiller (technicien d´une association de vente directe, chambre d´agriculture) pour évaluer le montant des investissements, se renseigner sur les aides existantes et se procurer la liste des fabricants de matériels.

A part le cas extrême du producteur fermier qui veut par exemple investir dans une cave d´affinage, « il est possible de démarrer une activité en investissant moins de 50 000 euros ».

Le montant dépend du type de produits fabriqués, du circuit de commercialisation et du statut sanitaire de l´atelier (lire page 38). Dans les cinq cas concrets analysés dans l´étude coordonnée par l´Institut de l´élevage(1), les investissements spécifiques à la vente directe varient de 5 000 euros à 62 000 euros. L´exemple le moins cher correspond à une exploitation transformant 35 000 litres de lait en crème et lait cru. Les produits sont essentiellement vendus auprès d´une GMS (67 %) et sur les marchés (13 %). Le gros de l´investissement est lié à l´achat d´occasion d´une machine à berlingots (2 130 euros) et d´une vitrine réfrigérée (1 100 euros) en 2001.
Une autre exploitation transforme 290 000 litres de lait en beurre (98 %) vendu à une GMS. La chambre froide (6 900 euros) et le véhicule (6 000 euros) expliquent l´essentiel des charges. L´exploitation ayant investi 62 000 euros a une gamme et un circuit de commercialisation très diversifiés. Les locaux, aménagés de manière à répondre aux normes européennes, représentent plus de la moitié de l´investissement (36 000 euros).
Ne pas oublier les investissements liés aux locaux
Le tableau ci-contre donne des prix indicatifs pour quelques équipements. Il faut ajouter à ces montants les investissements liés à l´aménagement des locaux prévus pour la transformation. Il est d´ailleurs prudent de démarrer à petite échelle, et de faire évoluer ensuite l´atelier, si l´on ne connait pas dès le départ le potentiel de vente.

Autres montants à prendre en compte : ceux liés au stockage des emballages, à la vente directe à la ferme. Sans oublier le véhicule destiné aux tournées ou à la vente sur les marchés.

(1) La vente directe de produits laitiers : c´est possible, moderne, rentable. Vivre du lait en Nord-Pas-de-Calais, Picardie et Haute Normandie. Institut de l´élevage, Chambre d´agriculture, ARVD, AVDPL - Juin 2003.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière