Aller au contenu principal

Un projet d’ampleur pour prévenir les mammites grâce aux plantes

Le laboratoire Biodevas, avec la caution scientifique d’Inrae, teste sur cent fermes Sodiaal l’efficacité de solutions naturelles dans la prévention des mammites.

Le projet Néolac a pour ambition de diminuer de 30 à 50 % l’utilisation d’intrants chimiques pour le traitement des mammites dans la filière laitière.
Le projet Néolac a pour ambition de diminuer de 30 à 50 % l’utilisation d’intrants chimiques pour le traitement des mammites dans la filière laitière.
© A. Juanchich

L’institut de recherche Inrae, le laboratoire spécialiste des biosolutions Biodevas ainsi que la coopérative Sodiaal ont donné le coup d’envoi du projet Néolac (1). Doté d’un budget de 2,5 millions d’euros sur quatre ans, il vise à réduire l’utilisation des antibiotiques en élevage afin de lutter contre l’antibiorésistance.

Concrètement, l’objectif est de valider scientifiquement l’efficacité de solutions naturelles à base d’extraits de plantes dans la prévention des mammites, que cela soit au tarissement, lors de la période peripartum ou en lactation. Pour cette dernière phase, un premier essai de terrain est d’ores et déjà en cours sur cent fermes Sodiaal volontaires.

« Le coût annuel des mammites pour une exploitation est de 5 000 à 7 000 euros », témoigne Sébastien Serieye, chargé du projet Néolac pour la coopérative. Soit près de dix millions par an rien que pour l’ensemble des adhérents Sodiaal. « À cela s’ajoutent, pour tout l’hexagone, trois millions d’euros de détournement des citernes qui sont pris en charge par l’interprofession », renchérit Damien Lacombe, président de la coopération laitière.

Des économies pour toute la filière

Outre l’intérêt économique de la prévention des mammites, les solutions proposées par Biodevas sont simples d’utilisation pour les éleveurs. Il suffit, quotidiennement, de les incorporer directement dans l’alimentation avec la mélangeuse. « Cela ne nous demande aucun travail supplémentaire », explique Joël Clavreuil, associé coopérateur chez Sodiaal, qui teste actuellement la solution sur son Gaec de 140 vaches. « Il ne s’agit pas d’un traitement individuel, ni devant être pris à des moments très spécifiques. Cela facilite grandement la gestion, alors que les traitements curatifs désorganisent complètement le travail sur l’exploitation », renchérit-il.

Enfin, la forte odeur d’huiles essentielles que dégagent les flocons ne semble pas déranger les vaches. « Lors des premiers tests, il n’y a eu aucun effet sur la prise alimentaire », assure Marion Boutinaud, scientifique en charge d’un essai en conditions contrôlées à la ferme expérimentale de Mejusseaume, en Bretagne.

(1) Nouveaux produits pour la réduction des antibiotiques, la durabilité de la filière laitière et sa compétitivité.
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Nous sommes passés en monotraite cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
L'accord n'est pas contraignant pour l'OP : depuis deux ans, le volume global de l'OPLGO affiche une sous-réalisation de la référence de 4 %.
Lactalis teste le volume collectif avec l'OPLGO
L'accord conclu entre l'Organisation de producteurs de lait Grand Ouest (OPLGO) et Lactalis montre l'évolution du transformateur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière