Aller au contenu principal

Un premier vaccin contre les mammites à Streptococcus uberis

Le principe du vaccin du laboratoire Hipra est d'empêcher le germe d’adhérer à l’épithélium mammaire et de s'organiser en biofilm.

Le protocole vaccinal d’Ubac prévoit trois injections à chaque gestation.
© Hipra

Lancé en septembre 2018 en France par Hipra, Ubac est le premier vaccin spécifique à Streptococcus uberis (S. Uberis), l'un des trois germes majeurs impliqués dans les mammites. Il n'utilise pas le même principe qu'un vaccin classique (bactérie ou virus délété ou mort), mais repose sur des antigènes BAC (Biofilm Adhesion Component), composants structuraux de la paroi de Streptococcus uberis. Celui-ci (comme le staphylocoque doré) peut en effet produire du « slime », un mucus qui le protège de la dessication et de la phagocytose et qui lui permet de s’accrocher à l’épithélium mammaire et de s’organiser en biofilm. " Les anticorps anti-BAC produits suite à la vaccination empêchent l'adhésion à l’épithélium mammaire et facilitent la destruction par les globules blancs », a expliqué Stéphanie D’Esquermes, responsable gamme ruminants France chez Hipra, lors d'une conférence de presse en mars dernier. " Toutes les souches de Streptococcus uberis sont reconnues par les anticorps vaccinaux d’Ubac, quelles que soient leur origine géographique et leur capacité à faire du biofilm. » Les adjuvants combinent une émulsion complexe très fine qui permet une présentation optimale au système immunitaire, et un immunostimulant (MPLA) qui attire et active les cellules dendritiques impliquées dans le déclenchement de la réponse immunitaire.

Faire un bilan mammites, cellules et réformes

Une étude clinique a été menée par le laboratoire pendant un an sur six élevages espagnols de 200 à 600 vaches. " 30 % des vaches non vaccinées ont eu une mammite, 10 % une mammite à Streptococcus uberis. La vaccination Ubac a réduit de moitié les mammites cliniques à Streptococcus uberis et de 56 % l’utilisation d’antibiotiques contre ces mammites. Elle a divisé les cellules par trois sur les quartiers infectés (1 million contre 3 millions). Et elle a réduit les pertes de production de lait des vaches ayant eu au moins un épisode de mammite subclinique à Streptococcus uberis (+3,1 l/j sur les 147 jours de suivi pour les vaches vaccinées). "

Le protocole individuel d’Ubac prévoit trois injections en intramusculaire (60 jours avant vêlage, 21 jours avant vêlage, 14 jours après vêlage), le programme complet devant être répété à chaque gestation. « Nos deux vaccins Startvac et Ubac permettent donc une protection contre les trois germes impliqués dans 80 % des mammites ", souligne Stéphanie D’Esquermes. La décision de vacciner implique de faire au préalable un bilan de la situation.

www.hipra.com

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Christophe Vermet. « Nous inséminons des vaches dès 45-60 jours avec un niveau de production laitière de 50 kg. » © F. Mechekour
« Nous misons sur des inséminations précoces après vêlage »
Le Gaec des Onze Ecluses, en Ille-et-Vilaine, produit 815 000 l de lait avec un robot. Pour y parvenir, les associés font en…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière