Aller au contenu principal

Un partenariat sur le bien-être animal entre Boehringer Ingelheimet VetAgro Sup

Le laboratoire Boehringer Ingelheim et VetAgro Sup ont annoncé le 15 juin un partenariat sur le thème du bien-être animal, avec une première coopération autour de la formation de spécialistes européens en bien-être animal.

En plein écornage : cette génisse est couchée, immobile, et ne réagit pas à la douleur © C. Fouquet
En plein écornage : cette génisse est couchée, immobile, et ne réagit pas à la douleur
© C. Fouquet

Le laboratoire Boehringer Ingelheim et  VetAgro Sup (1) partagent un même objectif :  repositionner la profession vétérinaire comme la spécialiste du bien-être animal dans une approche One Health One wellfare. Ils ont annoncé le 15 juin dernier la mise en place d’un partenariat pour  accompagner les praticiens dans une pratique du métier toujours plus soucieuse du bien-être des animaux . Le premier accord de ce partenariat est une coopération dans le cadre d’un résidanat (une formation sur trois ans) du collège européen « Bien-être animal, éthique et réglementation », au sein de la chaire de bien-être animal de VetAgroSup.

Une formation d'expert en bien-être animal, éthique et réglementation

 VetAgro Sup est la première école agréée par le collège européen ( European Board of Vétérinary Specialisation). Il s’agit de « former des experts sur le thème du bien-être animal, avec une approche multi-espèces et une vue transversale  abordant également l’éthique (vis-à-vis de l’utilisation de l’animal) et la réglementation ( vis-à-vis des pratiques). Mais aussi de faire progresser l’expertise et la connaissance scientifique », explique Luc Mounier, directeur de la chaire partenariale  bien-être animal créée en 2018 par le ministère de l’Agriculture.

« Notre mission, en tant que laboratoire, est de nous engager très fortement sur le sujet du bien-être animal, en nous associant avec des partenaires comme VetAgro Sup qui ont une vision très professionnelle et concrète du bien-être animal », assure de son côté Christophe Magaud, directeur des opérations commerciales France chez Boehringer Ingelheim. Le laboratoire réalise depuis 2017 plus de 80 réunions par an pour accompagner éleveurs et vétérinaires sur les pratiques d’écornage, « une pratique nécessaire et douloureuse ».  

Faire progresser les connaissances scientifiques

Estelle Mollmaret diplômée vétérinaire est la toute première praticienne à avoir choisi de rejoindre en octobre 2019 ce programme en France. Cette première édition allie des activités de recherche, de formations et la mise en place d’indicateurs de bien-être animal. A titre d’exemples, elle a déjà participé à l’élaboration avec la SNGTV d’une formation des vétérinaires sur le bien-être des veaux, ou collabore avec Danone à la création d’un cours en ligne à destination des éleveurs sur la prise en charge de la douleur lors de l’ébourgeonnage.

Pas de crainte à avoir au niveau des débouchés de cette formation :De plus en plus de grands groupes ont besoin de spécialistes pour les accompagner dans des démarches deRSE (Responsabilité sociale et environnementale) », », souligne Luc Mounier. 

  1. Etablissement public d’enseignement et de recherche pour la formation d’ingénieurs agronomes, de vétérinaires et d’inspecteurs en santé publique vétérinaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière