Aller au contenu principal
Font Size

Un partenariat sur le bien-être animal entre Boehringer Ingelheimet VetAgro Sup

Le laboratoire Boehringer Ingelheim et VetAgro Sup ont annoncé le 15 juin un partenariat sur le thème du bien-être animal, avec une première coopération autour de la formation de spécialistes européens en bien-être animal.

En plein écornage : cette génisse est couchée, immobile, et ne réagit pas à la douleur © C. Fouquet
En plein écornage : cette génisse est couchée, immobile, et ne réagit pas à la douleur
© C. Fouquet

Le laboratoire Boehringer Ingelheim et  VetAgro Sup (1) partagent un même objectif :  repositionner la profession vétérinaire comme la spécialiste du bien-être animal dans une approche One Health One wellfare. Ils ont annoncé le 15 juin dernier la mise en place d’un partenariat pour  accompagner les praticiens dans une pratique du métier toujours plus soucieuse du bien-être des animaux . Le premier accord de ce partenariat est une coopération dans le cadre d’un résidanat (une formation sur trois ans) du collège européen « Bien-être animal, éthique et réglementation », au sein de la chaire de bien-être animal de VetAgroSup.

Une formation d'expert en bien-être animal, éthique et réglementation

 VetAgro Sup est la première école agréée par le collège européen ( European Board of Vétérinary Specialisation). Il s’agit de « former des experts sur le thème du bien-être animal, avec une approche multi-espèces et une vue transversale  abordant également l’éthique (vis-à-vis de l’utilisation de l’animal) et la réglementation ( vis-à-vis des pratiques). Mais aussi de faire progresser l’expertise et la connaissance scientifique », explique Luc Mounier, directeur de la chaire partenariale  bien-être animal créée en 2018 par le ministère de l’Agriculture.

« Notre mission, en tant que laboratoire, est de nous engager très fortement sur le sujet du bien-être animal, en nous associant avec des partenaires comme VetAgro Sup qui ont une vision très professionnelle et concrète du bien-être animal », assure de son côté Christophe Magaud, directeur des opérations commerciales France chez Boehringer Ingelheim. Le laboratoire réalise depuis 2017 plus de 80 réunions par an pour accompagner éleveurs et vétérinaires sur les pratiques d’écornage, « une pratique nécessaire et douloureuse ».  

Faire progresser les connaissances scientifiques

Estelle Mollmaret diplômée vétérinaire est la toute première praticienne à avoir choisi de rejoindre en octobre 2019 ce programme en France. Cette première édition allie des activités de recherche, de formations et la mise en place d’indicateurs de bien-être animal. A titre d’exemples, elle a déjà participé à l’élaboration avec la SNGTV d’une formation des vétérinaires sur le bien-être des veaux, ou collabore avec Danone à la création d’un cours en ligne à destination des éleveurs sur la prise en charge de la douleur lors de l’ébourgeonnage.

Pas de crainte à avoir au niveau des débouchés de cette formation :De plus en plus de grands groupes ont besoin de spécialistes pour les accompagner dans des démarches deRSE (Responsabilité sociale et environnementale) », », souligne Luc Mounier. 

  1. Etablissement public d’enseignement et de recherche pour la formation d’ingénieurs agronomes, de vétérinaires et d’inspecteurs en santé publique vétérinaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Dominique et Adrien Durécu « Nous valorisons beaucoup mieux nos prairies avec des petites parcelles. Les vaches pâturent plus et mieux. Et le résultat est payant ! » © E. Bignon
« Les vaches pâturent plus et mieux grâce au pâturage tournant dynamique »

La ferme de Dominique Durécu et de son fils Adrien, qui va s’installer au 1er juillet, possède un vrai…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière