Aller au contenu principal

Un escape game à la ferme

Enfermés dans une ancienne grange, les visiteurs de la ferme « Chez Sancet » découvriront au fil des énigmes la tradition beurrière de la vallée de Lesponne, dans les Hautes-Pyrénées.

Enfermés dans une salle symbolisant un lieu clos, comme un château ou une pyramide égyptienne, des joueurs doivent collaborer pour résoudre des énigmes en un temps limité et arriver à se libérer. Ces escape games font fureur chez les ados et les jeunes adultes. S’ils sont surtout présents en milieu urbain ou dans les zones commerciales, le concept est déclinable à l’envi. Pourquoi alors ne pas inviter l’escape game à la ferme ?

C’est le pari que fait Romain Soucaze, jeune éleveur à Beaudéan dans les Hautes-Pyrénées. « L’envie de faire quelque chose d’amusant pour attirer du monde sur la ferme nous est venue en voyant un reportage sur « le cabaret à la ferme »», se souvient le jeune éleveur. Son exploitation, la ferme « Chez Sancet », a la chance d’être à proximité d’un chemin de randonnée. « On s’est dit qu’un escape game sortait de l’ordinaire et permettait de faire découvrir l’agriculture autrement tout en mettant en valeur le patrimoine bâti de la ferme », explique-t-il.

Pendant le premier confinement, Romain Soucaze et son associé ont testé une version virtuelle via les réseaux sociaux. « Nous avons proposé des énigmes autour du pastoralisme, de l’histoire de notre vallée. L'expérience a bien fonctionné. Ce succès nous a confortés dans notre projet. »

Des énigmes autour du beurre

Lui-même producteur de beurre et de lait cru en vente directe, Romain Soucaze a à cœur de partager les spécificités de sa vallée. « La vallée de Lesponne a une tradition de production beurrière. Alors que les autres vallées pyrénéennes étaient plutôt tournées vers la production de fromage pour valoriser leur lait. Dans notre vallée, la présence de nombreux cours d’eau a permis de produire et de conserver au frais du beurre », retrace-t-il. C’est autour de cette tradition qu’il a construit son escape game. Les visiteurs devront percer les secrets de la fabrication du beurre.

Pour les accueillir, une des granges de l’exploitation a été aménagée grâce à une dotation gagnée lors d’un concours de projets agricoles innovants. « Mon associé a élaboré les énigmes. L’idée est de faire un jeu accessible à tous, partage l’éleveur. Pour la décoration, nous avions d’anciens outils à mettre en valeur. Nous souhaitons des aménagements temporaires pour faire évoluer les énigmes et le jeu. »

Si l’escape game est presque prêt, reste à trouver la main-d’œuvre nécessaire à son animation pour accueillir les premiers visiteurs. « Accueillir et être le maître du jeu demandent de la disponibilité, reconnaît Romain Soucaze. En été, entre les fenaisons, la traite et la transformation, c’est compliqué sans une personne supplémentaire. » Mais bientôt, les randonneurs pyrénéens devront percer les secrets du beurre s’ils ne veulent pas rester enfermés dans la grange !

Imaginer de nouvelles activités pour élargir le public accueilli sur les fermes

 

 
Disponible au sein du réseau Bienvenue à la ferme, l'escape game demande de suivre une formation pour apprendre à devenir le maître du jeu. © Chambre d'agriculture de Bretagne

 

À la demande de fermes pédagogiques, le réseau breton de Bienvenue à la ferme, en relation avec l’écocentre du Trégor, s’est penché sur les escape games comme moyen d’attirer un public différent. « Les ados, les jeunes adultes, les familles sans enfants ne se retrouvent pas forcément dans les activités traditionnellement proposées, constate Marie-Paule Fouquin, chef de projet agritourisme à la chambre d’agriculture de Bretagne. Les escape games sont un loisir qui leur plaît. D’où l’idée d’en créer un pour que chaque ferme du réseau puisse le proposer de façon récurrente ou ponctuelle. »

Le jeu met les joueurs dans la peau d’un agriculteur qui prépare son assolement pour les années à venir, face à un climat perturbé et des ressources en eau à préserver. Cela permet de faire connaître le métier de façon ludique. S’il peut être organisé en intérieur comme en extérieur, l’escape game à la ferme garde les principes des énigmes, avec des codes à trouver et des boîtes à ouvrir. Il faudra trouver les cinq qualités de la graine du futur en une heure. Disponible au sein du réseau Bienvenue à la ferme, le jeu demande de suivre une formation pour apprendre à devenir le maître du jeu.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Une action de relevé de prix en supermarché. L'objectif est de faire passer des hausses de prix des produits laitiers et qu'elles soient répercutées aux producteurs.
Prix du lait : Les éleveurs français s'impatientent
Avec 428,5 €/1000 l pour Lactalis de prix de base en 38/32 sur juin-juillet-août en moyenne nationale et environ 415 € de prix…
Les betteraves fourragères sont majoritairement mélangées à de la paille, du foin ou de l’ensilage de maïs.
Les éleveurs laitiers sont de plus en plus séduits par la betterave fourragère
La betterave fourragère assure une sécurité alimentaire à l’élevage, tant en volume qu’en valeur nutritionnelle. Quelle que soit…
Dans les conditions climatiques actuelles, de nombreux chantiers de récoltes de maïs commenceront avant le 15 août.
Les récoltes de maïs fourrage ont déjà commencé
Les premiers chantiers d’ensilage de maïs fourrage ont déjà débuté.
En aménageant une ancienne grange en escape game, Romain Soucaze entend attirer un nouveau public sur sa ferme où il vend du lait cru et du beurre.
Un escape game à la ferme
Enfermés dans une ancienne grange, les visiteurs de la ferme « Chez Sancet » découvriront au fil des énigmes la tradition…
La FNPL promet des manifestations si le prix du lait n’augmente pas à la rentrée
Le syndicat met la pression sur les distributeurs : si le prix de la brique de lait n’augmente pas d’ici le 1er
Stéphane Luet, éleveur dans le Maine-et-Loire. " Depuis début juillet, les laitières sont passées à 100 % en ration hivernale. Les génisses et les vaches taries ont commencé à être complémentées depuis mi- juin, soit trois semaines plus tôt que d'habitude."
« Je m’attends à un hiver compliqué pour produire du lait »
Installé à Noyant la Gravoyère dans le Maine-et-Loire sur un élevage de 75 Prim'Holstein à 8500 litres, Stéphane Luet n'avait…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière