Aller au contenu principal

Vaches laitières : Un coup de pouce au pâturage avec Herby

En Deux-Sèvres et en Vendée, un projet porté par une coopérative et cofinancé par l’Europe a permis de relancer l’intérêt pour l’herbe et le pâturage.

À l’initiative du Pays de Gâtine dans les Deux-Sèvres, un projet de développement a été lancé pour proposer une technique de pâturage durable permettant d’améliorer la productivité fourragère. Porté par une coopérative, la Caveb, et cofinancé par les fonds européens Life +(1), il a mobilisé pendant six ans 131 éleveurs de Poitou-Charentes et de Vendée et de nombreux partenaires financiers, scientifiques et techniques. La technique développée, pour laquelle la Caveb a ensuite créé une marque — Herby — est celle du pâturage tournant dynamique. Pendant six ans, les 131 éleveurs ont testé la technique sur une partie de leurs prairies avec l’appui de 22 conseillers de sept structures en bovin lait, bovin viande, ovin et caprin. De nombreuses études et analyses ont par ailleurs été réalisées par les partenaires scientifiques du projet (Inrae, université de Rennes, Cirad…).

Un gain d’intérêt et de technicité

Si la diversité des exploitations ne permet pas de tirer de conclusions technico-économiques généralisables, les constats sont positifs sur de nombreux aspects, en termes de production fourragère, valeur nutritive de l’herbe, marge sur coût alimentaire, stockage carbone, lombrics, maillage bocager, efficacité énergétique… Surtout, le projet a créé une dynamique autour du pâturage. Aucun des éleveurs engagés dans la démarche ne veut aujourd’hui l’abandonner, la plupart souhaitant au contraire augmenter la part de prairies en pâturage tournant dynamique. Aux bénéfices techniques et économiques mesurés au niveau individuel s’ajoute un ressenti positif. Les éleveurs ont le sentiment d’avoir gagné en technicité sur le pâturage, grâce notamment à l’appui technique. « Herby nous a fait progresser sur l’ensemble de l’exploitation et nous amène à repenser globalement le système », déclare un éleveur. « Il faut être très rigoureux, observer chaque parcelle une fois par semaine et anticiper », souligne un autre. En exploitant davantage certaines prairies, la technique permet de faire plus de stocks sur les autres. Certains éleveurs notent que la portance des sols est améliorée, du fait d’un meilleur développement racinaire et d’un temps de séjour plus court sur chaque paddock.

« La technique est basée sur la physiologie des graminées, rappelle Alice Poilane, de la Caveb. Les animaux entrent donc dans le paddock à 3 feuilles, n’y restent pas plus de trois jours, et sortent avant d’attaquer la gaine. » « Herby a remis le pâturage et l’herbe au centre de l’exploitation comme étant l’option la plus rentable et la meilleure pour le bien-être animal et l’environnement », résume Anne Farrugia, d’Inrae. Le pâturage s’inscrit aussi dans le projet de parc naturel régional de la Gâtine, dans l’objectif de transition écologique de la région Nouvelle-Aquitaine et dans les objectifs d’adaptation au changement climatique et de paiement pour services écosystémiques de l’agence de l’eau Loire-Bretagne. Enfin, l’objectif pour la Caveb serait de pouvoir valoriser auprès des acheteurs et des consommateurs le fait d’élever des animaux en pâturage durable.

(1) 2,7 M€ cofinancés par Life+ (50 %), la région Nouvelle-Aquitaine et l’agence de l’eau Loire-Bretagne.

Avis d’éleveur : Guillaume Rivet, dans les Deux-Sèvres, engagé dans Herby en 2014

« Le travail est plus agréable »

Guillaume Rivet, éleveur dans les Deux-Sèvres, engagé dans Herby en 2014. © V. Bargain

« J’élève 70 vaches sur 84 hectares, avec une production de 9 500 litres par vache. Je pratiquais déjà du pâturage tournant, sur des parcelles de 2 à 2,5 hectares avec un temps de séjour d’une semaine. J’exploite désormais des parcelles de 60 ares, sur lesquelles je mets les 70 vaches pendant un jour ou deux nuits, de mi-septembre à fin novembre, et du 20 février à début juillet. L’été, j’y mets aussi les taries et les génisses pendant trois à quatre jours. La production de lait en quantité n’a pas changé, mais il y a plus de régularité. La marge augmente aussi au printemps et à l’automne : je fais moins d’ensilage et j’utilise moins de concentré. Les vaches sont beaucoup plus dociles, car elles changent de paddock tous les jours. Et je préfère aller voir les prairies et les clôtures plutôt que faire du tracteur ou travailler en bâtiment. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
« Veaux laitiers, il est urgent d'agir ! » selon la Confédération Paysanne

« Après une période difficile au printemps dernier, le marché des veaux laitiers connaît un niveau de saturation…

Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
 © B. Griffoul
Dans la nurserie, des plafonds relevables pour les veaux
Au Gaec des congères, dans l’Aveyron, des treuils de voilier, peu coûteux, permettent de relever sans forcer des plafonds qui…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière