Aller au contenu principal

Travaillez l’efficacité alimentaire

Associée au coût alimentaire, l’efficacité alimentaire est un critère pertinent pour piloter la ration. Elle traduit la capacité de la vache à transformer les aliments en lait.

Bien connue en production hors-sol, l’efficacité alimentaire l’est moins en production laitière. Elle correspond au rapport entre la quantité de lait produite corrigée des taux et la quantité de matière sèche ingérée. Cet indicateur permet d’estimer la capacité à valoriser la ration proposée. Son calcul implique de peser les quantités distribuées ainsi que les refus, et de disposer d’analyses régulières du taux de matière sèche des fourrages. Des contraintes qui compliquent fortement le calcul sur les élevages non équipés de mélangeuses peseuses. Même s’ils peuvent recourir à d’autres solutions ne nécessitant pas d’investissements lourds (lire p 81). Plus que la valeur obtenue, c’est l’évolution de ce critère au fil du temps qui sert d’indicateur de pilotage.

D’autant plus précieux quand les aliments sont chers, ce critère apporte un nouvel angle d’analyse de la performance des rations. D’une manière générale, l’améliorer se révèle positif pour le porte-monnaie. Plus l’efficacité alimentaire est élevée, plus le coût alimentaire diminue. De nombreuses enquêtes en témoignent. Mais pour autant, ce critère seul ne peut suffire pour juger de la rentabilité de la ration. En effet, une bonne efficacité alimentaire n’est pas synonyme d’efficacité économique. Tout dépend du coût de la ration ingérée. La base d’une bonne efficacité repose sur des fourrages de qualité.

Au-delà des gains de rentabilité, l’efficacité alimentaire présente aussi un enjeu environnemental. Car qui dit vache plus efficace, dit aussi moins d’émissions de gaz à effet de serre et moins de rejets azotés, grâce à une meilleure conversion des aliments.

Améliorer l’efficacité alimentaire revient à améliorer la durabilité de l’élevage. C’est la raison pour laquelle l’Agence nationale de la recherche finance le projet Deffilait, lancé pour quatre ans et coordonné par l’Inra. À terme, l’objectif est de développer une sélection génétique pour améliorer l’efficacité des vaches laitières sans altérer leur santé et leur reproduction. Des travaux sont en cours pour mieux comprendre les mécanismes impliqués dans les différences d’efficacité entre animal, et définir un indicateur robuste de l’efficience alimentaire. Demain, l’alimentation de précision permettra aussi d’offrir de nombreuses possibilités de pilotage en exploitant la variabilité individuelle des animaux.

Bien valoriser la ration
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière