Aller au contenu principal

Traite : Une pompe à vide à débit variable génère 40 % d’économie d’électricité

Les pompes à vide sont à l’origine de 15 à 20 % de la consommation électrique du bloc traite, à raison de 11 kWh/1 000 l de lait consommés en moyenne. Une pompe munie d’un variateur de vitesse ajuste son débit aux besoins instantanés de l’installation, ce qui limite sa consommation électrique.

pompe à vide à débit variable
Bien que des économies substantielles soient possibles, ce type de matériel est souvent réservé aux robots de traite et aux installations de traite de plus de 16 postes.
© D. Lecler

« Avec le renchérissement du coût de l’électricité, de plus en plus d’éleveurs nous questionnent sur l’usage et l’intérêt des pompes à vide à débit variable », rapporte Sylvain Messé, directeur des équipements d’élevage chez Lactalis. Si ce n’est pas l’équipement permettant le meilleur retour sur investissement en matière d’économie d’énergie du bloc traite, il peut se révéler intéressant, et plus particulièrement sur les grosses installations de traite et les robots.

Une pompe à vide classique tourne toujours à la même vitesse, son débit est constant. Il doit permettre de couvrir les besoins en air lors de la traite – qui varient en fonction du nombre de vaches branchées, des entrées d’air lors des branchements, des éventuelles chutes de griffes, etc. – et lors du nettoyage. Le débit de la pompe se trouve donc sous-utilisé une partie du temps.

Sur les robots et les installations d’au moins 16 postes

Une pompe munie d’un variateur de vitesse ajuste son débit aux besoins instantanés de l’installation. Le variateur électronique, couplé à un capteur de vide, adapte instantanément la vitesse de la pompe et indirectement la puissance électrique nécessaire au besoin. « Cela permet d’atteindre jusqu’à 40 % d’économie sur la consommation de la pompe à vide », indique Patrick Massabie, de l’Institut de l’élevage. A priori, il est possible d’adapter ce système sur tout type de pompes, sauf les plus anciennes.

« Aujourd’hui, si les robots sont systématiquement pourvus d’une pompe à vide à débit variable, seulement 10 à 15 % des salles de traite en sont équipées, estime Sylvain Messé. Essentiellement sur des installations de 16 postes et plus, disposant de pompes de puissance supérieures à 5,5 kW. C’est logique, plus la consommation de la pompe est importante, plus l’intérêt de réguler la puissance se justifie avec une plus grosse économie à la clé. »

« L’adéquation entre le dimensionnement de la pompe et le nombre de postes de la salle de traite entre aussi en ligne de compte pour rentabiliser au mieux l’investissement », souligne également Patrick Massabie. Pour Thomas Huneau de la ferme expérimentale de Derval, ce type de pompe reste un équipement électronique sensible qui requiert un minimum de vigilance. « La pompe que nous avions installée a grillé lors d’un orage. Vu le surcoût, mieux vaut y réfléchir à deux fois avant d’en installer une. »

Parallèlement au volet économie d’énergie, l’autre avantage des pompes à débit variable est d’améliorer grandement le confort des trayeurs en limitant le bruit.

Vos pratiques de traite comptent aussi

Pour réduire la consommation énergétique d’une pompe à vide, vous pouvez aussi optimiser sa durée de fonctionnement. Éviter de la mettre en route avant d’aller chercher les animaux (dix minutes de montée en température de l’huile suffisent largement), faciliter le déplacement des vaches dans la salle de traite, organiser du mieux possible les circuits, optimiser la cadence avec des barrières poussantes, maintenir la propreté des vaches pour limiter le temps de nettoyage des mamelles…

Côté éco

• Coût : 7 500 à 10 000 € selon le débit choisi, soit un surcoût de 2 500 à 3 500 € par rapport à une pompe à vide sans variateur de vitesse.

• Retour sur investissement : 4 ans pour 750 000 l de lait produit

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière