Aller au contenu principal

Traite : cinq leviers pour réduire sa facture d'électricité sans investir

Avant d’investir dans des équipements pour réduire les consommations électriques du bloc traite, pensez à adopter de bons réflexes d’entretien, à assurer une ventilation correcte de la laiterie, et peut-être même à installer une partie du tank à l’extérieur. Le point avec Thomas Huneau, de la ferme expérimentale de Derval.

 

1 - Nettoyer régulièrement le condenseur du tank

Dépoussiérer le tank régulièrement peut permettre d'économiser 400 euros par an d'électricité pour un volume livré de 500 000 litres.
Dépoussiérer le tank régulièrement peut permettre d'économiser 400 euros par an d'électricité pour un volume livré de 500 000 litres. © T. Huneau
Les ailettes du condenseur doivent être régulièrement dépoussiérées : une fois par trimestre dans des conditions optimales, tous les mois dans un environnement salissant. Vous pouvez intervenir vous-mêmes avec une brosse à poils souples dans le sens des ailettes et parfaire le dépoussiérage avec la soufflette du compresseur. Mieux vaut éviter la brosse en nylon car elle pousse la poussière à l’intérieur et proscrire tout ustensile métallique. De même, un nettoyeur haute pression mal utilisé peut produire un écrasement irréversible des ailettes. Vous pouvez contrôler que l’intérieur du condenseur est bien propre avec une lampe : on doit voir passer la lumière à travers.

En cas d’encrassement trop important, il est préférable de faire appel à un technicien du service froid qui emploiera des moyens appropriés et sécurisés.

« À Derval, la consommation du tank a diminué d’un quart après le nettoyage du condenseur que nous avions volontairement laisser s’encrasser pendant un an. C’est énorme ! Et il y a sans doute plus à gagner encore dans un environnement plus poussiéreux que celui de Derval où il n’y a pas de pailleuse et où la cour est bitumée. »

 

2 - Ventiler le plus possible le condenseur

Tank "à cheval" avec partie arrière positionnée à l'extérieur sous un abri
Positionner la partie arrière du tank à l’extérieur sur une dalle béton et sous abri clos et bien ventilé est un bon compromis. © Ferme la Garlais
La chaleur excessive dans la laiterie et notamment au niveau des condenseurs entraîne une surconsommation électrique du tank à lait. « À Derval, nous avons économisé presque 20 % de sa consommation uniquement par l’effet ventilation. »

Lorsque le groupe frigorifique est à l’intérieur de la laiterie, le volume du local doit être suffisant et la pièce bien ventilée, avec au minimum une entrée d’air de 0,85 m2 en partie basse et une sortie d’air d’au moins la surface des condenseurs et située en face d’eux. Si votre laiterie est devenue trop petite par rapport au volume du tank, pourquoi ne pas faire « déborder » l’arrière du tank à l’extérieur, la partie avant d’accès au tank restant à l’intérieur du local ?

Autre possibilité : positionner le groupe frigorifique à l’extérieur en le dissociant du tank. « Certains éleveurs négocient cette solution avec leur laiterie moyennant un surcoût, mais ces dernières se montrent assez réticentes avec cette opération qui nécessite d’intervenir sur le circuit frigorifique et complique la manutention lors des changements de tank. »

 

3 - Bien isoler le chauffe-eau

isolation de chauffe-eau
Isoler le chauffe-eau et les canalisations réduit les pertes de calories. © T. Huneau
L’isolation du chauffe-eau, du ballon et des canalisations est primordiale. Souvent ce n’est pas le cas, alors que cela peut-être facilement réalisé. « En isolant de façon rudimentaire le chauffe-eau des veaux avec de la laine de verre de 200 mm, sa consommation a quasiment été réduite de moitié, passant de 3,1 à 1,7 kWh/j pour une consommation d’eau chaude de cinq litres dans le cadre de l’essai. » Par contre, attention à ne pas générer de la condensation sur la carte électronique (positionnée dessous ou sur le côté) en l’enveloppant complètement.

Autre solution pour éviter les déperditions de chaleur et une consommation inutile : placer les systèmes de production d’eau chaude dans un local isolé, et si possible, au plus près des points d’utilisation.

Si vous agrandissez votre salle de traite, pensez à dimensionner le chauffe-eau en conséquence. Sinon il va tourner en continu toute la journée.

 

 

 

4 - Protéger le chauffe-eau du calcaire

Chauffer le même volume d’eau avec une résistance entartrée nécessite 30 % d’énergie supplémentaire. Selon la dureté de votre eau, mieux vaut faire entretenir le chauffe-eau et vérifier l’état de la résistance au bout d’un an. En fonction de l’état d’entartrage, vous pourrez ajuster la fréquence d’intervention du plombier. 

Le chauffe-eau n’est pas le seul impacté par le calcaire. « À Derval, nous nous sommes rendu compte que notre récupérateur de chaleur ne fonctionne plus à sa pleine performance en raison de canaux bouchés par le calcaire. Nous allons le détartrer nous-mêmes avec une solution d’acide diluée à 10 %. »  

 

5 - Traquer les fuites

« Nous avons repéré une augmentation anormale de la consommation du robot liée à un temps de fonctionnement plus long du compresseur nécessaire à l’ouverture et à la fermeture des portes entre autres. Il y avait deux hypothèses : soit le compresseur perdait en débit et compensait en fonctionnant davantage, soit les besoins se révélaient plus importants en raison de fuites de la distribution d’air comprimé et le compresseur devait ajuster sa production. » La ferme a d’abord fait appel à un technicien machine à traire pour réaliser un diagnostic du circuit. Équipé d’un casque et d’un microphone, il a pu repérer différentes fuites d’air. « Plutôt que changer le compresseur (8 000 €), nous avons réglé 1 000 € pour son intervention et le remplacement de plusieurs raccords, régulateurs de pression et autres tuyaux. »

Des fuites d’eau peuvent aussi être à l’origine d’une surconsommation électrique des surpresseurs, pouvant représenter quelques centaines de kilowattheures par an.

 

Mise en garde

compteur d'énergie
Un compteur d’énergie permet de suivre précisément la consommation électrique d'un équipement. © T. Huneau

Pour cibler et mesurer vos efforts, il est essentiel de suivre vos consommations. L’idéal est de s’équiper de compteurs d’énergie (250 € hors main-d’œuvre) qui mesurent précisément la consommation électrique de chaque équipement. À défaut, mesurer les heures de fonctionnement du tank par rapport au volume refroidi, ou effectuer un relevé du compteur horaire à chaque maintenance (compresseur du robot de traite par exemple) donne une tendance. 

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière