Aller au contenu principal

Tondez-vous la ligne de dos de vos veaux ?

Cette pratique permet notamment d’éviter l’effet « pull mouillé » en hiver. Les poils favorisent en effet l’accumulation de l’humidité liée à la condensation dans les bâtiments mal ventilés.

© F. Mechekour
 

 

 

Pascal Pottier, éleveur en Mayenne

Oui

J’élève une soixantaine de veaux montbéliards par an (vêlages étalés) dans une nurserie fermée mais bien ventilée. Je leur tonds la ligne de dos sur 15 cm de largeur depuis une quinzaine d’années pour éviter que l’humidité stagne sur leur dos. Mais j’attends qu’ils soient âgés d’au moins un mois et demi. Je ne veux pas les tondre quand ils sont trop jeunes pour éviter qu’ils tombent malades en cas de forte amplitude thermique dans la nurserie. C’est rare que cela arrive, mais je préfère être prudent. Je les tonds deux fois entre l’âge de 1,5 et 6 mois. Cela me prend une heure à chaque fois.

 

 

Célestin Rose, éleveur dans le Nord

Non

Nous avons un troupeau de 115 vaches avec des vêlages étalés. Nous élevons environ 65 génisses par an. Nous ne tondons pas la ligne de dos des veaux parce qu’ils ne suent pas. Leur poil n’est jamais humide. Globalement, ils n’ont pas de problèmes pulmonaires. Les cinq premières semaines, ils sont élevés en cases individuelles (20 cases) dans une nurserie correctement ventilée. Cette dernière est incluse dans le bâtiment des vaches. On peut augmenter si nécessaire la ventilation en ouvrant la porte de la nurserie qui donne sur le couloir d’alimentation des vaches. L’air circule plutôt bien, d’autant que le faux plafond de la nurserie est fait avec du bardage en bois ajouré et qu’une partie d’un des deux pignons est faite avec un filet. En hiver, nous mettons une bâche sur le faux plafond pour éviter que le froid leur tombe dessus. Après cinq semaines, les veaux sont élevés jusqu’au sevrage (environ 2 mois) dans un ancien poulailler. Nous y avons installé trois cases collectives de cinq places. L’ambiance y est également bonne. Les veaux passent ensuite dans une autre stabulation.

 

 

Régis Dupire, éleveur dans le Nord

Non mais

J’élève une vingtaine de femelles par an pour le renouvellement de mon troupeau (40 Prim’Holstein à 8 600 kg). Les vêlages sont très groupés d’août à novembre. Je vends tous les mâles. Les femelles sont élevées en cases individuelles (12 cases) jusqu’à 1 à 1,5 mois. Elles passent ensuite en cases collectives (3 cases de 10 places) jusqu’à l’âge de 6 mois. La nurserie est attenante à la stabulation des vaches. Dans ce bâtiment assez ancien, la ventilation n’est pas idéale. Mais comme je ne constate pas d’excès d’humidité sur le dos des veaux, je ne les tonds pas. Je l’ai déjà fait occasionnellement, mais je n’ose pas le faire en hiver, car j’ai peur qu’ils attrapent froid. Après 6 mois, selon la saison, les génisses sont logées dans une stabulation ouverte sur la face sud-sud ouest, ou sortent mais pas avant juillet. Je tonds la ligne de dos des génisses âgées de 8 à 14 mois pour éviter qu’elles transpirent trop mais aussi pour améliorer leur bien-être. Comme je les paille avec un dérouleuse-pailleuse, elles peuvent accumuler de la paille sur le dos si le poil est trop abondant. Grâce à la tonte, elle ne se grattent pas et sont plus propres. Il m’arrive de les retondre une seconde fois vers janvier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
« Veaux laitiers, il est urgent d'agir ! » selon la Confédération Paysanne

« Après une période difficile au printemps dernier, le marché des veaux laitiers connaît un niveau de saturation…

Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
 © B. Griffoul
Dans la nurserie, des plafonds relevables pour les veaux
Au Gaec des congères, dans l’Aveyron, des treuils de voilier, peu coûteux, permettent de relever sans forcer des plafonds qui…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière