Aller au contenu principal

Sodiaal s'apprête à reprendre Yoplait

Sodiaal a annoncé le 23 mars être entrée en négociation exclusive avec General Mills pour reprendre le contrôle de Yoplait. Plus précisément, General Mills aurait la pleine propriété aux Etats-Unis, prendrait le contrôle complet des activités canadiennes et ne reverserait plus de royalties à terme à Sodiaal. Sodiaal reprendrait le contrôle sur le reste : la partie France, Europe et la gestion des autres franchises dans le monde.

"Yoplait, la petite fleur de nouveau 100% coopérative", tweete Sodiaal en ce 23 mars 2021. "C'est une fierté pour les 17600 éleveurs et les 9000 salariés Sodiaal, de récupérer Yoplait qui a été créée par les sociétaires Sodiaal", résume Damien Lacombe, président de la coopérative.

L'Amérique du Nord à General Mills

Sodiaal annonce être en négociation exclusive avec General Mills pour reprendre le contrôle de Yoplait. Aujourd'hui, Yoplait c'est deux sociétés co-détenues par l'Américain General Mills et le groupe Sodiaal. Le projet prévoit la reprise par Sodiaal des parts de General Mills. Puis la cession de Sodiaal à General Mills de la totalité des activités Canada. General Mills resterait le franchisé du périmètre nord-américain. L'accord prévoit aussi une baisse du niveau des royalties venant du Canada et des USA, jusqu'à leur disparition. "Au final, notre accord permettra à Sodiaal de réaliser cette opération sans sortie de cash", indique Damien Lacombe.

L'Europe et le reste du monde à Sodiaal

Le projet prévoit que les activités Yoplait de General Mills en France, au Royaume-Uni et en Irlande, ainsi que les activités de franchises soient transférées à Sodiaal. La cession intégrerait les 3 sites industriels de Yoplait implantés en France (Vienne, Monéteau et Le Mans). "Les sites sont en très bon état ; il n'y a pas d'investissement d'urgence à y réaliser", ajoute Jorge Boucas, directeur général de Sodiaal. Cet accord se traduirait par la reprise de contrôle par Sodiaal de l’ensemble du périmètre européen de Yoplait ainsi que la gestion des franchises dans 40 pays : Mexique, Corée du sud, Israël, Japon, Chine... "Nous poursuivrons le développement à l'international de Yoplait ; il y a encore des pays où la marque n'est pas présente", souligne Jorge Boucas.

Une mise en oeuvre opérationnelle d'ici fin 2021

Yoplait et son portefeuille de marques (Perle de Lait, Panier de Yoplait, Yop, Petits Filous, Câlin, Liberté) viendraient renforcer le pôle grande consommation de Sodiaal (PGC). En 2020, Yoplait a sur performé (+8% de ventes) dans un marché de l'ultra frais qui a bénéficié des perturbations liées au Covid-19 (+5%). "Ce projet est une très bonne nouvelle pour Sodiaal et les éleveurs sociétaires. Il s'inscrit dans notre plan #Value, car Yoplait ce sont des produits à bonne valorisation. Notre mix produits va donc évoluer favorablement, avec un effet sur notre prix du lait", souligne Damien Lacombe.

La valeur de la transaction n'est pas dévoilée. "Le chiffre d'affaires de l'activité Europe est de 660 millions d'euros au 31 mai 2020. La France représente 70% de ce montant", indique Damien Lacombe.

Il reste à présent aux deux groupes à informer et consulter les salariés, et aux autorités de la concurrence de s'exprimer sur le projet. L'objectif est de mettre en oeuvre le projet d'ici la fin 2021.

Lire aussi Le résultat de Sodiaal recule mais l'EBE progresse

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière