Aller au contenu principal

[Sélection] « Le génotypage nous permet d’être très réactifs »

Vincent Rétif, éleveur dans le Maine-et-Loire et président d’Evolution, a décrit sa stratégie d’utilisation du génotypage lors du webinaire Grande Angle lait sur la sélection génomique organisé par l'Institut de l'élevage.

© Evolution

Anecdotique en 2011, le génotypage de femelles dans les élevages laitiers a atteint la barre des 260 000 génotypages en 2020. Plus de races concernées, nouveaux index, propositions de nouveaux services (plans d'accouplement, détection des vaches à mammites avec Génocellules...), baisse des tarifs... sont autant d'éléments qui ont contribué à cet engouement.

« Sur mon exploitation le génotypage a démarré il y a 8-9 ans avec quelques génisses d’intérêt pour le schéma de sélection. Et depuis 7 ans, toutes les génisses du troupeau sont génotypées tous les ans, ce qui fait qu’aujourd’hui l’ensemble des vaches en production (70-75 Holstein) sont des animaux génotypés », a expliqué Vincent Rétif, éleveur et président de l’entreprise de sélection Evolution lors de son intervention au webinaire Grande Angle lait dédié à la sélection génomique.

Le prix du génotypage varie de 34 € à 39 €

« Les génisses de renouvellement ont leur carte génétique dès les premiers mois de leur vie. Cela donne la possibilité dans les élevages de hiérarchiser par centre d’intérêt l’ensemble de nos génisses pour répondre au mieux aux différentes stratégies de conduite de l’élevage. » Chez Evolution, le prix du génotypage varie de 34 € à 39 € suivant les quantités et l’organisation des chantiers en race laitière. Il revient à 42 € en Charolais.

Dans cet élevage, 80 % des génisses et quelques primipares sont inséminées avec de la semence sexée issue des meilleurs taureaux Holstein proposés par Evolution. Un tiers des vaches sont inséminées en race pure avec de la semence conventionnelle. Le dernier tiers est croisé avec des taureaux de race Blanc Bleu Belge, voire Inra 95 ou limousine.

 

Pour en savoir plus sur le programme des webinaires Grand Angle lait de l'Institut de l'élevage

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière