Aller au contenu principal

Rompre l’isolement avec Solidarité Paysans

3 000 familles en difficulté sont accompagnées chaque année par les 80 salariés et 1 000 bénévoles de l’association.

Défendre et aider les agriculteurs en détresse à surmonter leurs difficultés, telle est la philosophie de Solidarité Paysans depuis ses premiers pas il y a plus de vingt-cinq ans. L’association est implantée sur tout le territoire, excepté en Ile de France, Champagne et Corse. L’accompagnement est réalisé en binôme salarié-bénévole, les bénévoles étant des agriculteurs ou actifs du para-agricole ou des retraités. « Nous nous appuyons sur une charte éthique nationale, a souligné Jean-Yves Pailleux, bénévole de Solidarité Paysans Auvergne et chercheur à l’Inra, lors des Rencontre recherche ruminants. Nous intervenons quel que soit l’appel, dans la confidentialité  et sans porter de jugement. Nous respectons les choix et le rythme des personnes même si l’on estime parfois que cela ne va pas assez vite. Les difficultés sont abordées de manière globale : l’accompagnement porte sur l’activité agricole mais aussi sur la famille et la santé. » Trois à quatre fois par an, des réunions animées par un psychologue permettent aux accompagnants d’analyser en groupe les pratiques d’accompagnement, en examinant des situations particulièrement difficiles. 

Les associations du réseau Solidarité Paysans travaillent en partenariat avec la MSA, les chambres d’agriculture, les GDS, les centres de gestion, les AFOCG, les Civam, etc. Solidarité Paysans est une association indépendante, financée principalement par les collectivités territoriales. L’accompagnement est gratuit ; l'adhésion à l'association est proposée aux personnes accompagnées.   

L’écoute est un véritable outil de prévention

« La première demande est économique dans 90 % des cas, constate Véronique Louazel, chargée de mission à Solidarité Paysans. Mais les agriculteurs nous parlent très vite d’autre chose. Parfois cela peut prendre du temps, il faut qu’une relation de confiance s’installe. Pour débloquer une situation, un seul rendez-vous peut parfois suffire quand il s’agit de régler un problème technique, mais cela peut demander beaucoup de temps, jusqu’à quinze ans pour un suivi de redressement judiciaire. »

Solidarité Paysans a mené une enquête auprès de vingt-sept agriculteurs en détresse pour mieux comprendre les mécanismes psychosociaux et améliorer la réponse apportée. « Ces agriculteurs décrivent des symptômes de dépression, anxiété, épuisement, troubles du sommeil, idées suicidaires, etc. », explique-t-elle. Face à ce mal être, l’entrée dans un système de soin n’est pas une évidence. L’entourage reste la principale ressource : les proches mais aussi les professionnels agricoles jouent un rôle majeur pour favoriser la demande d'aide. L’intervention d’un tiers permet la recherche de solutions. « Cela prend du temps pour accepter la situation, se remettre en question et prendre une décision. » Faut-il arrêter ou continuer l’activité, la transformer ? Le choix est difficile, il ne doit pas être imposé. « En Auvergne, 70 % des fermes continuent, précise Jean-Yves Pailleux. Mais celles qui arrêtent ne sont pas en échec si c’est pour repartir vers autre chose. »

www.solidaritepaysans.orgContact@solidaritepaysans.orgTél. 01 43 63 83 83

Quatre formes de pression

D’après une étude menée par Solidarité Paysans, quatre formes de pression s’exercent sur les agriculteurs en détresse. 

Une tension familiale omniprésente, avec une pression liée au patrimoine à garder et à transmettre. « Quand on est en difficulté, il est difficile de faire des choix en dehors de cet enchevêtrement intergénérationnel », souligne Véronique Louazel.
2 Une pression financière qui s’exprime de deux façons. Au niveau de l’endettement : « les personnes que j’ai rencontrées avaient des niveaux d’endettement très différents allant de 3 000 € à 900 000 €. C’est la pression quotidienne des créanciers qui est difficile à vivre ». Au niveau de la précarité sociale : ne pas pouvoir faire vivre sa famille avec le travail fourni.
Des conditions de travail dégradées, qui ont un gros impact sur la vie de famille et la vie de couple.
Une forte loi du silence : les familles ne parlent pas des difficultés financières ni aux voisins, ni aux parents ou frères et sœurs. L’accumulation des obstacles les isole encore plus.

http://www.solidaritepaysans.org/parlons-difficultes/index.html

 

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière