Aller au contenu principal

Retour d'expériences sur les méteils

Quelles espèces choisir pour constituer un mélange riche en protéine ? Comment le semer et le récolter ? Les groupes d'éleveurs commencent à engranger de l'expérience.

Le mot méteil est un peu fourre-tout ! C'est un mélange de plantes annuelles, semées au printemps, en été ou à l'automne. Valorisé en ensilage ou en grain. Destiné à faire du stock, à réaliser un fourrage riche en protéine ou un concentré équilibré. Historiquement, le méteil est un mélange de céréales. Au fil des années, il a intégré de plus en plus de protéagineux et autres légumineuses. Au point qu'aujourd'hui, on trouve des "méteils" sans céréale !

Ces cinq à dix dernières années, le méteil riche en légumineuses (plus de 17 % de MAT) s'est développé pour diverses raisons dans les élevages laitiers. Il permet d'améliorer l'autonomie alimentaire en protéine des laitières. Il accompagne la réduction du travail du sol et de la fertilisation minérale. Comme tout méteil, c'est un bon couvert des sols et un moyen d'aller vers la réduction de l'usage des produits phytosanitaires. Contrairement aux méteils riches en céréales, ceux riches en légumineuses ne visent pas la sécurisation des stocks fourragers. Ceci dit, ils offrent une souplesse dans les systèmes avec maïs. En fonction du rendement et de la valeur du méteil, l’éleveur choisit le mode de récolte le plus approprié pour son maïs. Certains vont jusqu’à constituer des rations à base de méteils riches en protéine, complémentées avec de l’ensilage de maïs épi, pour des rations destinées à des hautes productrices.

Mais tout n'est pas rose dans le monde du méteil ! Les éleveurs sont parfois déçus du rendement, de la teneur en matière azotée ou de la conservation de l'ensilage. La composition des mélanges au semis joue un rôle, la conduite culturale aussi, et la chaîne de récolte est primordiale pour éviter de perdre la qualité alimentaire du fourrage par la perte de feuilles et de gousses, par les jus en cas d'ensilage trop humide, et par l'incorporation de terre.

Pour progresser, les éleveurs s'appuient beaucoup sur les expériences des groupes et les essais de terrain menés avec les chambres d'agriculture et les organismes de conseil en élevage. Le point faible du méteil est son coût de semence. Certains cherchent à produire leurs propres grains de légumineuses, mais ce n'est pas chose aisée. Là encore, les groupes et la mutualisation des moyens humains sont un atout.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière