Aller au contenu principal
Font Size

Retour d'expériences sur les méteils

Quelles espèces choisir pour constituer un mélange riche en protéine ? Comment le semer et le récolter ? Les groupes d'éleveurs commencent à engranger de l'expérience.

Le mot méteil est un peu fourre-tout ! C'est un mélange de plantes annuelles, semées au printemps, en été ou à l'automne. Valorisé en ensilage ou en grain. Destiné à faire du stock, à réaliser un fourrage riche en protéine ou un concentré équilibré. Historiquement, le méteil est un mélange de céréales. Au fil des années, il a intégré de plus en plus de protéagineux et autres légumineuses. Au point qu'aujourd'hui, on trouve des "méteils" sans céréale !

Ces cinq à dix dernières années, le méteil riche en légumineuses (plus de 17 % de MAT) s'est développé pour diverses raisons dans les élevages laitiers. Il permet d'améliorer l'autonomie alimentaire en protéine des laitières. Il accompagne la réduction du travail du sol et de la fertilisation minérale. Comme tout méteil, c'est un bon couvert des sols et un moyen d'aller vers la réduction de l'usage des produits phytosanitaires. Contrairement aux méteils riches en céréales, ceux riches en légumineuses ne visent pas la sécurisation des stocks fourragers. Ceci dit, ils offrent une souplesse dans les systèmes avec maïs. En fonction du rendement et de la valeur du méteil, l’éleveur choisit le mode de récolte le plus approprié pour son maïs. Certains vont jusqu’à constituer des rations à base de méteils riches en protéine, complémentées avec de l’ensilage de maïs épi, pour des rations destinées à des hautes productrices.

Mais tout n'est pas rose dans le monde du méteil ! Les éleveurs sont parfois déçus du rendement, de la teneur en matière azotée ou de la conservation de l'ensilage. La composition des mélanges au semis joue un rôle, la conduite culturale aussi, et la chaîne de récolte est primordiale pour éviter de perdre la qualité alimentaire du fourrage par la perte de feuilles et de gousses, par les jus en cas d'ensilage trop humide, et par l'incorporation de terre.

Pour progresser, les éleveurs s'appuient beaucoup sur les expériences des groupes et les essais de terrain menés avec les chambres d'agriculture et les organismes de conseil en élevage. Le point faible du méteil est son coût de semence. Certains cherchent à produire leurs propres grains de légumineuses, mais ce n'est pas chose aisée. Là encore, les groupes et la mutualisation des moyens humains sont un atout.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière