Aller au contenu principal

Redynamiser l’installation en Poitou-Charentes

L’Association centrale des laiteries coopératives des Charentes et du Poitou cherche par tous les moyens à maintenir ses ressources laitières. Elle vient d’accueillir pendant trois jours une douzaine de Néerlandais pour les inciter à s’installer.

En Poitou-Charentes, le renouvellement des générations est un enjeu important pour les filières laitières bovine et caprine. Au manque d’attractivité de l’élevage laitier pour les jeunes s’ajoute la concurrence des grandes cultures. Mi-2019, l’Association centrale des laiteries coopératives des Charentes et du Poitou) (ACLCCP (1)) a donc constitué au sein de son conseil d’administration une commission « Ressources laitières et communication ». « L’objectif est de travailler sur tous les moyens possibles pour redynamiser l’installation, explique Laurent Chupin, directeur de service à l’ACLCCP. Différents axes sont travaillés : la transmission, l’organisation du travail, la formation, le salariat, la communication sur les métiers. » Ainsi un voyage pour des porteurs de projets néerlandais a été organisé mi-novembre 2019 pour les inciter à s’installer en Poitou-Charentes. « Aux Pays-Bas, les surfaces limitées et les problèmes de gestion des effluents font que l’accès au foncier et l’installation sont de plus en plus difficiles, souligne Laurent Chupin. L’idée a donc été de faire venir des porteurs de projet néerlandais pour leur présenter les possibilités de reprise d’exploitations. Le but n’est pas de remplacer l’installation d’éleveurs français ni d’augmenter le prix des terres, mais bien d’élargir les possibilités pour les cédants de transmettre leur exploitation. »

Mettre en avant toutes les opportunités

L’originalité de la démarche a été de regrouper des porteurs de projet au sein d’un collectif. Douze candidats de 25 à 55 ans ont été invités à découvrir pendant trois jours l’éventail des possibilités de reprise en Poitou-Charentes. « Le bassin présente une grande diversité en termes de paysages, de type et de taille d’exploitation, avec des possibilités de reprise ou d’intégration dans des Gaec, en élevage bovin et caprin, détaille Laurent Chupin. Il y a aussi de nombreuses laiteries et fromageries, des produits sous signes de qualité… » Après une présentation du bassin laitier, les porteurs de projets ont rencontré la Safer et les banques, qui leur ont parlé du foncier et des possibilités de financement. Ils ont visité une laiterie et quelques exploitations à céder. Les aspects non agricoles ont également été évoqués : vie économique, écoles, commerces, loisirs, vacances, environnement… Une visite de La Rochelle a été organisée. « Pour inciter des éleveurs à s’installer, il faut aussi envisager ce qui se passe à côté de l’exploitation, notamment parce que de plus en plus de conjoints travaillent à l’extérieur. » Les éleveurs néerlandais se sont dans l’ensemble montrés intéressés par la région. Certains ont déjà engagé des démarches de candidature à la reprise, d’autres des stages sur des exploitations. Ils ont aussi constitué un groupe WhatsApp pour échanger entre eux, et certains commencent à apprendre le français. La démarche s’avère donc plutôt positive et pourrait être renouvelée.

(1) Elle défend les intérêts des coopératives depuis 1893 et crée des services communs (laboratoire d’analyse, recherche, mutuelle…).

Élargir les possibilités de salariat

Un autre axe travaillé par l’ACLCCP est la formation des salariés. « Les exploitations laitières du bassin ont grandi et ont de plus en plus recours au salariat, analyse Laurent Chupin. Beaucoup d’éleveurs aspirent aussi à avoir plus de temps libre. Les éleveurs laitiers ont toutefois de plus en plus de mal à recruter et garder des salariés. L’idée est donc d’élargir les possibilités de recrutement en proposant des formations à des personnes n’ayant pas forcément de formation agricole de base. » Une formation de salarié en élevage laitier pourrait être proposée en 2020, sous la forme peut-être d’un certificat de qualification professionnelle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
« Veaux laitiers, il est urgent d'agir ! » selon la Confédération Paysanne

« Après une période difficile au printemps dernier, le marché des veaux laitiers connaît un niveau de saturation…

Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
 © B. Griffoul
Dans la nurserie, des plafonds relevables pour les veaux
Au Gaec des congères, dans l’Aveyron, des treuils de voilier, peu coûteux, permettent de relever sans forcer des plafonds qui…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière