Aller au contenu principal

Quel est l’emploi du temps optimal d’une vache sur une journée ?

Pour assurer la santé, la productivité et la longévité de nos vaches laitières, des conditions d’élevage confortables sont fondamentales. En conditions optimales, voici comment s’organise l’emploi du temps quotidien d’une vache laitière.

En stabulation libre et dans un environnement optimal, une vache laitière passera 12 à 14 heures de repos en position couchée, 5 à 6 heures à s’alimenter et s’abreuver, et 2 à 3 heures pour ses déplacements et autres activités sociales. Pour ne pas perturber cet emploi du temps très riche et atteindre un objectif de couchage d’au moins 12 heures par jour, le temps disponible pour la contention et la traite ne devrait pas dépasser les 3 heures et demie.

Atteindre un objectif de couchage d’au moins 12 heures

Ces différentes périodes se retrouvent dans un cycle de base de 2 heures environ, réparties de la manière suivant : un repas normal dure environ 30 minutes au cours desquelles elle ingère tranquillement deux à trois kilos de matière sèche et produit cinq à six litres de salive ; quand elle a fini de manger, si elle passe à proximité d’un point d’eau, elle s’abreuve et aspire une dizaine de gorgées d’un litre d’eau en 40 secondes environ ; elle se dirige ensuite vers la zone de couchage et se couche rapidement pour une période de repos d’une durée de 1 heure en logettes matelas à 1 heure et demie en logettes creuses ou en aire paillée. C’est à ce moment que les cycles de rumination interviennent pour une durée totale de 50 à 80 minutes par phase de repos, avec un minimum de soixante coups de mâchoire par bol de rumination et environ quinze litres de salive produits.

Des cycles de base d’environ deux heures

Au final, le cycle de base efficace correspond à un petit repas, un ou deux passages à l’abreuvoir et une bonne sieste. La priorité absolue est donc le repos en position couchée. Des études concordantes ont démontré que 1 heure de couchage supplémentaire permet de produire jusqu’à 1,7 kg de lait en plus par jour.

En un peu moins de 2 heures, la vache a ingéré deux à trois kilos de matière sèche, produit plus de vingt litres de salive et bu autant d’eau ! Dans ce cas, les conditions de fermentations dans le rumen sont optimales et le pH du rumen très stable. Ces deux éléments sont à rechercher pour permettre à nos vaches d’exprimer pleinement leur potentiel de production et rester en bonne santé.

Les vaches laitières n’ont pas le temps d’attendre

Les perturbations les plus fréquemment observées, génératrices de stress et d’inconfort, sont un temps de couchage insuffisant, de longues périodes de station debout et des modifications du modèle de repas. En particulier de gros repas peu nombreux et espacés par une période de jeûne entraînant une instabilité du pH du rumen, quelle que soit la composition de la ration. Il est donc nécessaire, pour ne pas réprimer le potentiel des vaches laitières, de leur procurer des conditions de logement compatibles avec l’organisation optimale de leur emploi du temps. On se rend compte facilement que nos vaches laitières n’ont pas le temps d’attendre. Une bonne circulation des animaux (liée à la conception du bâtiment), l’accès à l’eau, à l’auge, le nombre et la qualité du couchage, le dimensionnement de l’aire d’attente et de la salle de traite… sont des axes majeurs de prévention de l’inconfort, du stress et de leurs conséquences.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière