Aller au contenu principal

Quatre points clés pour implanter des graminées estivales à petites graines

Pour le teff grass, le moha et le millet perlé, réussir l'implantation est aussi délicat que crucial.

Semis de l'essai sur les dérobées estivales à la ferme expérimentale des Bordes, dans l'Indre. © Ferme expérimentale des ...
Semis de l'essai sur les dérobées estivales à la ferme expérimentale des Bordes, dans l'Indre.
© Ferme expérimentale des Bordes

Le moha, comme le millet perlé et le teff grass doivent démarrer vite en végétation, car ils ne peuvent résister à la sécheresse que si leur système racinaire est bien installé. Ainsi, ces plantes couvriront bien le sol et limiteront le salissement. Mais les conditions d'implantation de ces petites graines sont exigeantes.

1 - Un sol chaud et humide

Il faut que le sol soit suffisamment chaud pour le millet perlé et le teff grass : au moins 12 °C, voire 15 °C. Il faut semer dans un sol encore humide, ou la veille de précipitations.

Cette année, il a fallu attendre tard pour semer dans de bonnes conditions. À la ferme expérimentale des Bordes, dans l'Indre, le semis a eu lieu le 28 mai. « Avant il faisait trop froid. Notre sol est de type battant, donc il fallait trois jours sans pluie pour pouvoir bien préparer le sol », ajoute Carole Gigot, de la ferme des Bordes. 

2 - Un lit de semence fin et rappuyé

La préparation du sol doit être très soignée. Il faut un lit de semence très fin car les graines de millet perlé (PMG : 5g), de moha (PMG : 2,3 g) et de teff grass (PMG : 0,4 g) sont très petites.

Rappuyer avant le semis. Semer au semoir à céréales à 1 cm de profondeur. Rappuyer après le semis, pour un bon contact sol-graine et pour faciliter la remontée de l'eau par capillarité.

3 - Semer à 1 cm de profondeur

L'objectif est d'imiter un semis à la volée, mais sans risque de dispersion non homogène des graines. La préconisation est de semer entre 1 et 2 cm de profondeur pour le millet perlé et le moha. Et entre 0 et 1 cm pour le teff grass.

D'après les retours d'éleveurs et conseillers, il vaut mieux éviter de semer à l'épandeur Delimbe d'antilimace. Pour l'instant, le meilleur compromis semble être d'utiliser un semoir à céréale dont on débranche le tube amenant aux élements semeurs, pour réaliser un semis en « nappe » ou « en pluie ». Il ne faut pas semer en ligne, pour une meilleure dispersion et occupation du sol.

4 - L'importance de la fertilisation

Les éleveurs ont tendance à ne mettre qu'une fumure. Mais la fertilisation azotée au semis (juste avant, pendant, juste après, en fonction de la météo) donne un vrai coup de pouce à l'implantation : 30 à 40 UN si le sol est riche en azote et 50 à 70 UN sinon. En cas de plusieurs exploitations et d'absence de trèfles, il faudra aussi fertiliser après la première exploitation : 30 - 40 UN. « Aux Bordes, en 2020, nous avons vu un effet positif sur la valeur alimentaire d'un apport de 50 UN, deux semaines après le semis, pour le millet perlé et le teff grass. Mais il faut encore mener des essais sur la valorisation de la fertilisation (combien, quand...) par ces graminées en période estivale », développe Carole Gigot.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Une enquête auprès de 456 éleveurs laitiers français ayant construit un bâtiment depuis moins de dix ans a été menée au printemps…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière