Aller au contenu principal
Font Size

Prospérité fermière renforce sa collecte de colostrum

Doubler les volumes et améliorer la qualité du colostrum collecté sont les deux objectifs de la coopérative des Hauts de France.

réfractomètre
Le réfractomètre permet d'évaluer la qualité du colostrum
© A. Conté

Prospérité fermière Ingredia (1) achète du colostrum à des éleveurs normands pour développer cette activité de diversification, à compter de ce mois de novembre. Le colostrum est acheté en moyenne à 2 €/l à des éleveurs adhérents de la coopérative des Maîtres laitiers du Cotentin, de l'ECEL Littoral normand et de Sodiaal (Haute-Normandie). "Nous avons une clientèle et une unité de traitement et de séchage du colostrum depuis longtemps, pour des produits destinés à l'alimentation humaine et à la nutrition animale. Entre 2014 et 2017, nous avons développé la collecte de colostrum sur notre région, auprès de nos adhérents et d'autres éleveurs (Sodiaal, Danone...), pour atteindre environ 300 000 litres par an collectés. Nous souhaitons multiplier la collecte par deux pour répondre à la demande. Nous élargissons donc notre zone géographique d'approvisionnement, avec la Normandie, mais aussi Eurial en Loire-Atlantique et l'ULM en Lorraine", expose la direction de la Prospérité fermière.

Une prime à la qualité

L'autre enjeu à relever pour la Prospérité est de collecter du colostrum de bonne qualité (teneur supérieure à 50 g/l d'immunogloguline). "Pour inciter les éleveurs à améliorer qualité du colostrum, en plus d'une prime au volume, nous avons mis une prime à la qualité (taux de non refus)." Le colostrum est trié à l'aide des mesures effectuées au réfractomètre par les éleveurs. Les organismes de conseil en élevage - Oxygen, Littoral normand... - font des protocoles de tarissement en vu d'améliorer la qualité des colostrum. "Aujourd'hui, 400 exploitations qui nous livrent sont dans un plan d'amélioration de la qualité du colostrum. Nous voulons toucher tous nos livreurs. Nous allons les sensibiliser à la préparation des vaches taries." Ce travail bénéficie à la fois à la coopérative et à l'éleveur pour améliorer l'immunité de ses veaux.

(1) 415 millions de litres en 2018 pour 900 fermes, soit 1500 adhérents

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière