Aller au contenu principal

Prospérité fermière renforce sa collecte de colostrum

Doubler les volumes et améliorer la qualité du colostrum collecté sont les deux objectifs de la coopérative des Hauts de France.

réfractomètre
Le réfractomètre permet d'évaluer la qualité du colostrum
© A. Conté

Prospérité fermière Ingredia (1) achète du colostrum à des éleveurs normands pour développer cette activité de diversification, à compter de ce mois de novembre. Le colostrum est acheté en moyenne à 2 €/l à des éleveurs adhérents de la coopérative des Maîtres laitiers du Cotentin, de l'ECEL Littoral normand et de Sodiaal (Haute-Normandie). "Nous avons une clientèle et une unité de traitement et de séchage du colostrum depuis longtemps, pour des produits destinés à l'alimentation humaine et à la nutrition animale. Entre 2014 et 2017, nous avons développé la collecte de colostrum sur notre région, auprès de nos adhérents et d'autres éleveurs (Sodiaal, Danone...), pour atteindre environ 300 000 litres par an collectés. Nous souhaitons multiplier la collecte par deux pour répondre à la demande. Nous élargissons donc notre zone géographique d'approvisionnement, avec la Normandie, mais aussi Eurial en Loire-Atlantique et l'ULM en Lorraine", expose la direction de la Prospérité fermière.

Une prime à la qualité

L'autre enjeu à relever pour la Prospérité est de collecter du colostrum de bonne qualité (teneur supérieure à 50 g/l d'immunogloguline). "Pour inciter les éleveurs à améliorer qualité du colostrum, en plus d'une prime au volume, nous avons mis une prime à la qualité (taux de non refus)." Le colostrum est trié à l'aide des mesures effectuées au réfractomètre par les éleveurs. Les organismes de conseil en élevage - Oxygen, Littoral normand... - font des protocoles de tarissement en vu d'améliorer la qualité des colostrum. "Aujourd'hui, 400 exploitations qui nous livrent sont dans un plan d'amélioration de la qualité du colostrum. Nous voulons toucher tous nos livreurs. Nous allons les sensibiliser à la préparation des vaches taries." Ce travail bénéficie à la fois à la coopérative et à l'éleveur pour améliorer l'immunité de ses veaux.

(1) 415 millions de litres en 2018 pour 900 fermes, soit 1500 adhérents

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Brexit : qu’est-ce qui change pour l'agriculture ?
Entre le Royaume-Uni et l’Union européenne à 27, le pire n’est pas arrivé. Il n’y a ni droits de douane ni contingents sur les…
David Barbot. « C’est un mode d’élevage simple qui n’apporte que du positif. » © F. Mechekour
[Elevage bio] À l'EARL de l'Epannerie, les veaux commencent à pâturer à 15 jours
Installé en bio dans la Manche, David Barbot élève ses veaux femelles nés au printemps dans un enclos aménagé, dès l’âge de 10…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière