Aller au contenu principal

Prix du lait FranceAgriMer : à quoi correspondent-ils ?

Prix standard du lait conventionnel ou prix réel payé moyen toutes filières confondues : FranceAgriMer publie des prix qui ont un sens différent.

tank à lait
© J. Chabanne

Un producteur de lait dans le Tarn nous a écrit pour nous faire part de son interrogation. En comparant le prix du lait de FranceAgriMer que notre newsletter Cot'hebdo relaye de temps à autre (pas chaque semaine), il trouve une « sacrée différence » avec son prix du lait. Par exemple, pour le mois d'août dernier, le prix FAM relayé par Cot'hebdo était de 365,45 €/1 000 l. Bien loin de son prix de 337,26 €, sans pénalités de qualité.

Le prix FAM publié par ce Cot'hebdo est un prix réel payé, "toutes primes comprises, toutes qualités confondues, cotisations non déduites, avances ou récupérations d'avances comprises, TVA non comprise ; ce prix est à teneurs réelles en matière grasse et matière protéique. Il inclut tous les types de lait : AOP, IGP, conventionnel, biologique, et toutes les segmentations : pâturage, sans OGM, équitable...", précise l'office FranceAgriMer. Ce prix montre la capacité de la filière française à valoriser l’ensemble du lait de vache. En France, en 2020, le bio représente environ 4% du lait collecté, et le lait sous cahier des charges AOP ou IGP représente environ 16% de la collecte.

La part d'AOP - IGP fait la différence

FranceAgriMer donne aussi les moyennes par région. Le prix de l’Occitanie est de 353,97 €/1 000 l en réel payé. Un chiffre inférieur à 365,45 €, lié à une part de lait AOP-IGP dans la collecte totale moins élevée dans cette région qu’en moyenne en France. L'office publie aussi ces prix ramenés en 38-32, pour pouvoir comparer des laits à teneurs en protéine et matière grasse équivalentes.

Dans notre Baromètre publié chaque mois dans notre édition papier, nous présentons deux graphiques avec des prix du lait FranceAgriMer : le prix du lait standard (38-32) conventionnel et le prix du lait biologique.

graphiques prix du lait France

L'office FranceAgriMer publie aussi le prix du lait réel payé en filière conventionnelle. C'est à celui-ci que peut se comparer l'éleveur du Tarn qui nous a contacté. Pour le mois d’août, le prix FAM était de 346,70 €/1 000 l ; celui de l'éleveur à 337,26 €. Par contre, FAM ne détaille pas les prix conventionnels par région.

Un indice d'évolution des prix en AOP - IGP

Enfin, l'office ne publie pas de prix moyens AOP - IGP. "Le prix AOP étant calculé à l’échelle nationale uniquement, il inclut toutes les AOP lait de vache françaises, y compris le beurre et la crème. Une moyenne de tous ces prix, très divergents selon les produits et les régions, n’a pas de sens en soi ; c’est l’évolution de ce prix qui présente un intérêt. C’est pour cette raison que la donnée est présentée en indice. Le mois de janvier 2017 (1ère donnée disponible dans notre série) sert de base 100", développe FranceAgriMer.

Pour 2020, les indices d'évolution nationale sont en hausse sur le premier trimestre par rapport à 2019. Et en baisse d'avril à septembre, marqués par les effets du confinement dû au coronavirus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière