Aller au contenu principal

Les prix des tourteaux et des céréales en hausse

Les prix des matières premières augmentent : tourteaux de soja, colza, blé, maïs... La demande mondiale dynamique et les aléas climatiques dans plusieurs régions du monde participent à cette montée des cotations.  

Courbes cotations tourteau de soja et tourteau de colza Montoir
Evolution des cotations du tourteau de soja et colza, départ Montoir, été 2020
© Réussir - Les Marchés - La Dépêche -Le Petit Meunier

Cela fait plusieurs semaines que les cotations montent sur le marché des matières premières. Une situation qui serait surtout due à une demande mondiale dynamique, tirée par l'appétit chinois.

Le tourteau de soja Montoir est passé de 320 euros à 418 €/t entre la mi-août et la mi-octobre. Atteignant "un niveau de prix qu'elle n'avait pas atteint depuis le printemps 2018, souligne l'Institut de l'élevage. Ce mouvement semble mettre fin à deux années de prix du tourteau de soja bas et stables". En cause, la forte demande chinoise. Et un climat qui restait encore sec au Brésil à la mi-octobre, ce qui retarde les semis de soja, et "qui pourrait retarder la future récolte de plusieurs semaines."

Vers des tensions en tourteau non OGM

Le prix du tourteau de colza suit celui du soja. Et "pour la 3e année consécutive, la récolte de colza en France et dans l'Union européenne a reculé et atteint un niveau très bas : 3,3 Mt pour la France et 17,6 Mt pour l'UE à 28. L'Ukraine, premier fournisseur de l'UE de graines de colza a aussi vu sa récolte chuter", indique l'Institut de l'élevage, qui estime qu'il pourrait donc y avoir des tensions sur l'offre en tourteau de colza non OGM. "Face au déficit hydrique durant la période de semis (août), une nouvelle diminution des surfaces de colza est attendue en France pour la récolte 2021."

Le blé et le maïs craignent les aléas climatiques

Pour les céréales - blé, orge fourragère, maïs -, les cotations françaises montent aussi. La production française de blé est en net repli et la récolte de l'UE à 28 est inférieure à 2019.

Lire aussi : Prix du blé à plus de 200 €/t : le prix du blé rendu Rouen a atteint son plus haut niveau depuis deux ans

La Russie a réalisé une récolte en hausse, mais la très forte demande en origine mer Noire soutient les prix. D'autre part, le climat sec en Argentine a entamé le potentiel de rendement des blés qui seront récoltés cet hiver. En Russie, le déficit hydrique pourrait pénaliser la récolte 2021 (mauvaise levée, moindre résistance hivernale).

Pour le maïs, les productions des Etats-Unis, de l'Europe et de l'Ukraine sont finalement moins bonnes qu'attendues, du fait entre autres d'accidents climatiques : sécheresse, tempête. Et les achats chinois sont importants.La hausse actuelle des cotations tiendra t-elle ? Cela dépendra de la poursuite ou non de la frénésie d'achats chinois. Et des conditions climatiques en Amérique du Sud cet automne - hiver.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière