Aller au contenu principal

Près de 400 éleveurs de bovins engagés dans le label bas carbone

Faire reconnaître l'effort de réduction de l'empreinte carbone de 391 éleveurs bovin lait et viande, notamment via la vente de crédits carbone ; tel est l'objectif du projet de l'association France Carbon Agri.

© A. Conté

Les résultats du premier appel à projets agricoles du label Bas carbone a été présenté le 23 février au Salon de l'agriculture, en présence de la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne. Vingt-deux porteurs de projets, accompagnant 391 éleveurs de bovins lait et viande , ont été sélectionnés pour être rémunérés de leurs efforts de réduction d'émissions de carbone (GES) et de stockage de carbone dans les prairies. L’appel à projet a été porté par France Carbon Agri Association , composée de la FNPL (bovins laitiers), la FNB (bovins allaitants), la FNEC (caprins) et la FNO (ovins) . L'association est officiellement validée par l’Etat : elle répond au référentiel « Label bas carbone » créé en novembre 2018 par le ministère de la transition écologique. L’offre porte sur 71 000 tonnes de CO2 évitées. A présent, les porteurs de projet ont six mois pour réaliser des Cap'2ER de niveau 2 dans les élevages engagés et pour bâtir les plans d'actions.

« L’objectif de France carbon Agri est de servir d’interface entre les porteurs de projets qui offrent les crédits carbone et les acheteurs de crédits carbone (entreprises, collectivités locales)», explique Marie-Thérèse Bonneau, présidente de France Carbon Agri. Elle permet aux éleveurs via les porteurs de projets, de valoriser le carbone évité ou stocké et de contractualiser avec des opérateurs. Les élevages bovins, mis à part la forêt, sont les premiers à avoir un label bas carbone ».

Les premiers acheteurs ont été la Caisse des Dépôts et le groupe La Poste. La tonne d’équivalent carbone a été vendue 35 €. A titre d’exemple selon la ministre, une réduction de 20 % des émissions de GES (au terme des 5 ans du plan d’actions mis en place suite au CAP’2ER) se traduit sur une ferme de 100 bêtes par une rémunération de 6 000 €. Un acompte sera versé à mi-parcours au bout de deux ans et demi pour accompagner les éleveurs dans la démarche de progrès. Quant aux exploitations qui se trouvent déjà dans une situation très favorable vis-à-vis du carbone, elles pourraient faire reconnaître leurs efforts passés en prenant en référence la moyenne de leur zone, estime Marie-Thérèse Bonneau. Plus de 10% des élevages sont engagés dans le plan carbone. France Carbon Agri annonce que d'ici la fin de l'année 2020, l'ensemble des éleveurs ruminants (bovins, ovins, caprins) pourront réaliser un diagnostic Cap’2er et prétendre au label.

« L’enjeu, pour notre association, est de se placer dans une logique territoriale. Nous servons d’interface pour regrouper des éleveurs qui proposent des crédits carbone et qui ont face à eux des acheteurs ayant envie d’interagir avec le territoire. C’est une façon de rajouter de l’intensité économique dans les surfaces mais aussi au niveau de l’économie locale, souligne Marie-Thérèse Bonneau.  Nous ne demandons qu’ à ouvrir nos portes à des porteurs de projets autres que ruminants pour élargir l’offre et avoir une dimension territoriale très affichée. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière