Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Pourquoi ma vache bave-t-elle ?

Avec une salivation aussi abondante, il se passe quelque chose...
© J.-M. Nicol

Au début, c’est un petit filet de salive qui s’échappe de la commissure des lèvres ou un peu de mousse présente en dehors des phases de rumination. Avec l’aggravation, le filet devient plus important ou s’échappe en plusieurs endroits, et la bête peut aussi vous montrer d’autres signes comme une déformation de l’auge sous l’emplacement de la langue. Quand le filet de salive ne trahit pas une impossibilité de bien fermer la bouche ou de déglutir correctement, ce qu’on rencontre au cours de troubles neurologiques, heureusement rares mais dont fait partie la rage, c’est un signe fidèle d’inflammation localisée à la cavité buccale et/ou de douleur. Bien que la salivation d’une bête adulte et au comportement normal soit un signe habituel de langue de bois, ne vous dispensez pas d’inspecter la langue, les joues, les gencives, le palais et même les dents.

La langue de bois, mais pas seulement !

À l’occasion, vous pourrez découvrir une blessure du palais ou des joues, une infection de la gencive ou même de la langue particulièrement douloureuse et redoutable, alors que la langue de bois se caractérise au moins au début par une induration d’aspect jaunâtre d’une ou plusieurs zones circonscrites de la langue. Chez le jeune, la salivation trahit bien souvent une douleur dentaire, une fracture de la mâchoire, la présence d’ulcères ou, lorsque le jeune a en même temps une haleine fétide, une infection bactérienne purulente de la langue, des gencives ou du palais, c’est-à-dire un chancre.
Tous ces troubles, sauf ceux occasionnés par un traumatisme, apparaissent progressivement et s’accentuent en quelques jours. Mais si vous avez un animal qui présente à la fois de la salivation, un abattement, un piétinement ou une boiterie puis, quelques heures plus tard, plusieurs autres animaux atteints de la même façon, pensez  « fièvre aphteuse » et appelez immédiatement le véto à qui vous décrirez ce que vous avez constaté. Puis interdisez l’accès à votre exploitation car il pourrait s’agir de la maladie la plus contagieuse au monde !

Si l’animal n’est pas abattu, inspectez la bouche

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Canicule : Les vaches n’apprécient pas le stress thermique
La chaleur n’est pas bonne pour les vaches, surtout les hautes productrices. Au-delà de la baisse de l’ingestion et de la…
Vignette
Quels équilibres sur les marchés mondiaux du lait à horizon 2030 ?
L'Union européenne, deuxième zone productrice de lait et exportatrice, devrait progresser plus lentement en collecte à l'avenir…
Vignette
La brumisation, un petit confort supplémentaire
Couplée à une ventilation efficace, la brumisation peut réduire la température de quelques degrés. Mais, l’effet réel des…
Vignette
« Le passage au bio a sauvé mon exploitation robotisée »
Nicolas Roybin a mené sa conversion au bio de main de maître, tout en maintenant la productivité du troupeau et en atteignant son…
Vignette
La France, pas une terre de lait ?

«On est face à un paradoxe français. Nos produits laitiers ne sont pas portés par…

Vignette
Sodiaal attend " du mieux " en 2019
Le plan d’économies et les efforts déployés pour créer de la valeur ajoutée devraient commencer à porter leurs fruits en 2019.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière