Aller au contenu principal

Plan d'éradication de la BVD: l'appellation non IPI bientôt obligatoire pour les mouvements d'animaux

Dans le cadre du plan d'éradication de la BVD, la sortie d'un arrêté concernant les mouvements d'animaux est attendue pour la fin de l'année. Voici en sept points, ce que prévoit la réglementation.

Pour la grande majorité des cheptels sains, le statut non IPI de l’ensemble des animaux permettra la libre circulation.
© A. Conté

Le contrôle des mouvements d’animaux, qui va être formalisé dans un nouvel arrêté, imposera de ne mettre sur le marché ou ne laisser participer à des rassemblements (concours…) que des animaux bénéficiant d’une appellation « BVD : bovin non IPI ».

1- Cheptels infectés

Aucun animal ne pourra sortir (hormis pour l’abattoir) pendant le délai d’assainissement, le temps de vérifier s’il n’y a pas d’autres IPI. Pendant un mois supplémentaire, les animaux pourront sortir moyennant un dépistage virologique dans les quinze jours précédant la sortie. Ceci pour prévenir les contaminations par des animaux virémiques transitoires. Ensuite, la circulation redeviendra libre pour tous les animaux non IPI. Ces mesures s’appliqueront pour les mâles et les femelles non gestantes.

2 - Femelles gestantes

Dans les élevages infectés, elles sont à risque car, si elles sont contaminées entre un et quatre mois de gestation, elles peuvent faire naître un veau IPI. Elles ne pourront pas sortir de l’exploitation tant qu’elles n’ont pas vêlé et que leur veau n’aura pas été dépisté. Des dérogations seront possibles si l’élevage est capable de mettre en place une quarantaine stricte de l’animal suivie d’un dépistage.

3-Troupeaux suspects

Ces élevages, soit parce qu’ils ont introduit un animal viropositif soit parce qu’ils sont dans le proche voisinage ou en lien avec un cheptel infecté, ne pourront faire sortir que des animaux bénéficiant d’une appellation non IPI.

 4-Cheptels non conformes

Les animaux des éleveurs qui refuseraient d’appliquer les mesures ne pourront aller qu’à l’abattoir avec un laissez-passer sanitaire.

5-Cheptel en situation favorable

Pour la grande majorité des cheptels sains, le statut non IPI de l’ensemble des animaux permettra la libre circulation.

6- Report possible de deux ans

Cette obligation de statut non IPI avant sortie pourra être reportée de deux ans, après parution de l’arrêté, dans les régions qui en décideront. Mais, un an au plus tard après sa parution, pour entrer dans un cheptel en carte verte, tout animal devra avoir l’appellation non IPI ou faire l’objet d’un dépistage virologique et, l’année suivante, cette appellation non IPI devra être connue avant sa sortie.

7-Statut non IPI

Pour les cheptels en dépistage virologique à la naissance, l’obtention du statut non IPI est liée à l’absence de veau viropositif. Pour les troupeaux laitiers en surveillance sérologique, la recherche des anticorps dans le lait de tank permet d’attribuer ce statut. GDS Bretagne a ainsi montré qu’avec quatre analyses par an, le statut non IPI des veaux à la naissance pouvait être garanti au cours des trois mois suivant le dernier résultat favorable.

 

Lire aussi : L'éradication de la BVD est en marche dans les élevages bovins

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
 © B. Griffoul
Dans la nurserie, des plafonds relevables pour les veaux
Au Gaec des congères, dans l’Aveyron, des treuils de voilier, peu coûteux, permettent de relever sans forcer des plafonds qui…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Brexit : qu’est-ce qui change pour l'agriculture ?
Entre le Royaume-Uni et l’Union européenne à 27, le pire n’est pas arrivé. Il n’y a ni droits de douane ni contingents sur les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière