Aller au contenu principal

Pas si facile de mettre en place une procédure de désinfection !

Alors que tout semble fait dans les règles, on se heurte parfois à un échec. Analyse du cas d’un élevage de 150 vaches pourtant très rigoureux.

© Chene vert conseil

Dans cet élevage robotisé à plus de 10 000 kilos, les pratiques sont au top : box de vêlage nickel, colostrum contrôlé et drenché, niches individuelles jusqu’à 3 semaines, matériel de buvée nettoyé et désinfecté, dépistage des malades, mères vaccinées… Une procédure de nettoyage-double désinfection (avec un premier produit très actif sur virus et bactérie, puis un second contre les coccidies) et un vide sanitaire sont en place. Il y a malgré tout des problèmes de diarrhées néonatales en nurserie intérieure et niches extérieures depuis des années. Cryptosporidium et E. Coli non typés ont été isolés à plusieurs reprises.Tous les veaux sont atteints, mais jusqu’à récemment il y avait très peu de mortalité, moins de 5 %. L’été dernier, la situation s’est brutalement aggravée avec une forte mortalité.

La situation était sous contrôle, mais…

« Voilà ce qui arrive lorsqu’on lave plus blanc que blanc, vous dites-vous », lance Jean-Marc Héliez, vétérinaire, en s’empressant d’ajouter : « non, l’éleveur aurait eu encore plus de mortalité s’il n’avait pas mis en place toutes ces pratiques ».

Une salmonelle (S. typhimurium) a fini par être isolée et des recherches dans l’environnement (technique des ‘chiffonnettes’) ont alors été réalisées un peu partout. « On s’attendait à en trouver dans les box de vêlage, il n’y en avait pas. Par contre, on en a trouvé sur les caillebotis bois des cases à veaux qui étaient pourtant inoccupées en fin de vide sanitaire, sur le sol à l’entrée de la laiterie, là où sont posées les niches extérieures pour les veaux mâles, mais pas au niveau du matériel de buvée, du stockage des aliments, du bâtiment des vaches… »

Comment expliquer cet échec de désinfection ? « L’humidité persistante dans la nurserie, y compris pendant le vide sanitaire, était favorable à la survie des germes, mais aussi la difficulté à désinfecter des surfaces telles que le bois et les cases impossibles à démonter. Il y avait une charge microbienne autoentretenue par les diarrhées (même bégnines) présentes en continu depuis des années, explique le vétérinaire. Avec les bonnes pratiques, la situation était sous contrôle, mais le jour où un pathogène majeur est entré, ça a explosé. »

Une mesure simple a été prise : l’éleveur a acheté de nouvelles niches et les a mises dans une zone totalement saine. Des mesures de biosécurité ont été mises en place pour « sécuriser » : chaulage des abords, « bottes » pour les veaux… Aujourd’hui, la situation s’est considérablement améliorée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

 © E. Bignon
Vaches laitières : Faut-il remettre en cause la notion d’alimentation à volonté ?
Restreindre l’alimentation des vaches les moins efficientes pour la ramener au niveau de celle des plus efficientes permettrait-…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au début d’année
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Un fort amaigrissement en début de lactation: mieux vaut contrôler le taux de BHB de ces vaches. © O. Crenn
Pourquoi ces vaches démarrent-elles mal leur lactation ?
Depuis trois mois, les vaches fraîches vêlées ne démarrent pas en lait, les chaleurs sont discrètes… Dans le cas de cet élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière