Aller au contenu principal

Pas d’inquiétude sur les débouchés du lait bio

Les acteurs du secteur semblent davantage craindre pour l’avenir un manque de lait bio qu’une production excédentaire.

L’avenir semble sourire au lait bio. C’est ce qui ressort de la conférence organisée au Space par Interbio Bretagne. Si les acteurs du secteur ont eu quelques craintes de production excédentaire pour le printemps 2019, tous s’accordent aujourd’hui sur la bonne dynamique de la consommation qui permettra d’absorber les volumes supplémentaires. « La stagnation du lait liquide bio en 2017, qui avait inquiété les transformateurs, était plus liée à un problème d’offre », explique Benoit Baron, d’idele. La gestion des volumes mise en place par Biolait en 2019 a porté ses fruits. « Nous avons eu moins de volume de lait déclassé et le marché a mieux tiré que prévu ; le prix du lait 2019 sera d’un montant comparable à celui de 2018, nous gardons la stabilité du prix, c’est important », affirme Ludovic Billard, président de Biolait.

Craintes sur le renouvellement des générations

Sa crainte pour demain est même plutôt de manquer de lait bio. Un avis partagé par les autres acteurs présents. « La visibilité à cinq ans est encore limitée, mais la ressource pourrait manquer », avance Benoit Baron. La consommation ne faiblit pas : les produits laitiers bio gagnent tous des parts de marché. Le lait de consommation reste le gros débouché en volume mais la gamme s’étend. Le marché des fromages bio est appelé à se développer, il y a eu un élargissement récent de l’offre. La part des ventes réalisées en grandes surfaces est particulièrement importante pour les produits laitiers bio (62 %) et encore plus pour le lait liquide (82 %).

Face à cet essor de la demande, se pose pour l’avenir la question du renouvellement des générations. Le réservoir des producteurs prêts à se convertir s’épuise alors que la moyenne d’âge des producteurs de lait bio est importante, les conversions se faisant sur le tard. Autre point de vigilance soulevé : la lisibillité des produits bio. «Rien n'est acquis, il faut rassurer le consommateur, bien communiquer, défend Bruno Martel, d’Agrial, qui craint plus une crise d'image. Aux États-Unis, ils n’hésitent pas à surinscrire sans BST, sans OGM… sur les produits bio. On ne le fait peut-être pas assez. » « Attention aussi à ne pas perdre le consommateur avec des segmentations supplémentaire en bio, met en garde de son côté Yannick Auffret, de la Sill. Et aux prix de vente. »

1,1 milliard de litres de lait bio mi-2021

La production de lait bio française devrait franchir la barre du milliard de litres en 2020. Suite à la vague de conversions de 2016, la progression a été très forte en 2018 : +33 %, soit +200 millions de litres. Elle va se réduire en 2019-2020. On s’attend à une hausse de 30 % sur deux ans et à un volume de lait bio mi-2021 de 1,158 milliard de litres. Le nombre de producteurs de lait bio devrait passer de 3 500 aujourd’hui à 4 120 (enquête conversion Cniel).

Chiffres clés

843 Ml de lait bio (2018)
3 500 livreurs de lait bio
7 % des producteurs de lait
105 €/1 000 l d’écart avec le prix en conventionnel
66 % de la collecte par 3 collecteurs (Biolait, Lactalis, Sodiaal)
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
De meilleures carrières avec des vêlages précoces
La ferme expérimentale des Trinottières publie une synthèse de ses vingt années d’essais sur l’élevage des génisses. Le parcours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière