Aller au contenu principal

Financement innovant : bientôt un crédit-bail pour le cheptel bovin

La société Gestel spécialisée dans la location de cheptel a annoncé le lancement prochain d’une solution de financement innovante pour les bovins avec une formule de location avec option d’achat (LOA).

vaches laitières au cornadis
La location de vaches avec option d’achat cible à la fois les éleveurs qui s’installent, mais aussi ceux qui souhaitent développer rapidement leur troupeau en limitant la charge mensuelle, et les exploitations qui ont besoin de cash sans vouloir faire appel à leur banque.
© E. Bignon

Sur le même principe que le crédit-bail pour le matériel ou les voitures, la location de cheptel avec option d’achat (LOA) devrait voir le jour très prochainement. Cette solution de financement innovante en élevage, lancée par Gestel est la première du genre en France. « La grande différence avec la location de vaches classique (ndlr : bail à cheptel) est que la location avec option d’achat est payée uniquement en euros, quand la location classique implique un paiement du loyer en génisses pleines et des frais de location annuels. Avec la LOA, la descendance reste la pleine propriété de l’éleveur, décrypte Frédéric Senan, Directeur d’Elevage et Patrimoine, société qui rassemble le pool d’investisseurs rattachée à Gestel. Nous sommes les seuls à proposer la LOA sur les vaches, et qui plus est, à disposer d’une régulation par l’autorisation des marchés financiers (AMF). »

Le dispositif présente un fonctionnement contractuel entre l’éleveur et Gestel. Deux cas de figure se distinguent.

Le premier est celui d’un éleveur disposant déjà de vaches et souhaitant disposer rapidement de trésorerie. Dans ce cas, Gestel réalise un « leaseback ». Pour l’éleveur, cette opération consiste, dans un premier temps, à céder son propre actif (son cheptel) pour le reprendre en location dans un second temps. Ce dispositif lui permet d'améliorer la trésorerie immédiate de l’exploitation tout en permettant de garder à disposition l'actif de sa société. « Ainsi, sans avoir à changer quoi que ce soit, ses vaches sont refinancées à 90 % de leur valeur et l’argent est versé en 48 heures, sans avoir besoin de changer de banque », décrit Frédéric Senan. Evidemment, les vaches ne doivent pas être données en garantie (warrants) à un autre établissement.

La seconde situation intéresse les éleveurs qui souhaitent s’installer ou agrandir leur troupeau. Dans ce cas, ils choisissent eux-mêmes leurs bêtes et demandent un financement à Gestel, quelle que soit la race.

Le loyer payé inclut une part de remboursement du capital

« Dans les deux cas de figure, les animaux deviennent notre propriété mais demeurent bel et bien dans l’EDE de l’éleveur », précise-t-il. Pendant toute la durée du contrat, un loyer est payé par l’éleveur entre 15 et 30 euros par vache par mois, selon la durée du contrat (3 à 8 ans). « A son terme, l’éleveur rachète ses vaches à une valeur convenue au démarrage du contrat, cette valeur ne pouvant excéder 30 % de la valeur initiale. » Il peut aussi le faire en cours de contrat mais avec une pénalité de 10 % des loyers restants dus.

Reste qu’aujourd’hui pour beaucoup d’éleveurs, la location de vaches revêt plutôt une connotation négative, souvent associée aux éleveurs en difficulté. « Cela change, répond Frédéric Senan. Avec la LOA, le loyer comporte une part de remboursement de capital, ce qui constitue une différence majeure avec les systèmes de location pure existants. » Et, autre avantage et non des moindres avec le dispositif proposé, les charges de loyer sont intégralement déductibles du résultat et donc de l’assiette de calcul des cotisations sociales et de l’impôt.

 

« Il faut voir la location de cheptel avec option d’achat comme un vrai outil d’installation mais aussi un vrai levier d’économie de MSA et d’impôt. » 

Frédéric Senan, Diecteur d’Elevage et Patrimoine

Les grandes lignes du contrat

Tout n’est encore connu et Gestel ne communique pas encore sur des exemples et comparatifs chiffrés par rapport au crédit bancaire et au bail à cheptel, mais voici les grandes lignes du contrat proposé en location avec option d'achat. Il porte sur un nombre minimal de 10 animaux, toutes races confondues, pour une durée pouvant varier de 3 à 8 ans. Le loyer, payé en euros, inclut une assurance mortalité et perte financière. Le dépôt de garantie s’élève à 10%. L’éleveur est soumis aux obligations sanitaires classiques pour les animaux.

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
 Chauffeur-Ramasseur de lait
Lactalis veut réduire sa collecte de lait en France

La dernière médiation avec l’Unell le laissait présager, Lactalis l’a officialisé lors de la présentation de ses résultats…

Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Guillaume Dousset, éleveur à Frossay en Loire-Atlantique
« Nos bœufs prim’Holstein croisés hereford sont finis un an avant nos autres bœufs »

En Loire-Atlantique, les parcelles de marais de Guillaume et Maxime Dousset sont valorisées avec des bœufs croisés prim’…

Soins vétérinaires : « Nous avons opté pour un forfait de 37 euros par vêlage pour le suivi de nos vaches »

Certains éleveurs contractualisent les soins de leur troupeau avec leur vétérinaire. Le forfait permet un suivi régulier des…

Franck Bonraisin, associé du Gaec La Morice
« Nous avons gagné 10 €/1 000 l grâce à une vraie stratégie de renouvellement »

Depuis deux ans, le Gaec La Morice utilise le génotypage et la semence sexée pour limiter le nombre de génisses de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière