Aller au contenu principal

" Nous voulons renforcer la formule de prix du contrat Danone "

L'OP Danone de Haute-Normandie estime que son effort de réduction de volume mérite que la formule prenne une meilleure référence de rémunération des exploitants.

L'OP Danone de Haute-Normandie propose de tenir compte davantage du temps de travail réel et d'y mettre une valeur juste du travail des exploitants.
© E. Bignon

L'OP Danone de Haute-Normandie est en pleine négociation de son contrat, qui prend fin le 30 juin 2019. La négociation porte notamment sur la formule de prix, basée à 50 % sur un " prix de revient " et à 50 % sur un prix de marché. " Nous voulons l'améliorer, indique Hubert Dion, président de l'OP de Haute-Normandie. Notre premier objectif est rempli, à savoir un prix régulier avec moins de 15 €/1 000 litres d'écart entre le maximum et le minimum sur une durée de trois ans. C'est un atout important pour faire des prévisionnels. La formule a permis de mieux rémunérer le lait de 7 €/1 000 litres par rapport au prix de marché sur trois ans. Mais par rapport à l'effort de réduction des volumes que nous faisons, c'est insuffisant. Enfin, notre deuxième objectif n'est pas abouti. La référence à la rémunération des exploitants est encore insuffisante. " L'OP propose de tenir davantage compte du temps de travail réel et d'y mettre une valeur juste du travail des exploitants ; actuellement, c'est un Smic.

L'accord avec Danone comportait une réduction du volume globale des références des adhérents de l'OP. " Nous devons descendre à 215 millions de litres au 1er janvier 2020. Le volume global était de 240 millions de litres en 2016, et 225 millions de litres en 2018. Nous avons du mal à réduire encore. Nous savons que des éleveurs ont le projet d'arrêter, donc cette année nous mettons en place une aide à la cessation, comme d'autres OP Danone, pour les aider à arrêter prématurément. "

Une aide à la cessation aussi en Basse-Normandie

En Basse-Normandie, l'OP a moins de mal à atteindre son objectif. La collecte est passée de 80 à 55 millions de litres en trois ans. Quelques adhérents ont quitté l'OP pour rejoindre la coopérative Isigny sainte mère. Danone développe sa collecte bio et certains se sont convertis. Et en 2018, " l'OP a aidé à la cessation (l'équivalent d'un 13e mois). Au final, on peut dire que les volumes globaux des adhérents de l'OP correspondent aujourd'hui aux besoins industriels de Danone ", déclare Damien Lecuir, président de l'OP Danone Basse-Normandie. Pour ce qui est de la formule du prix du lait, Damien Lecuir est pour l'instant satisfait. " Sur trois ans, elle donne un prix en moyenne supérieur au prix du marché. "

Aujourd'hui, l'enjeu est de valoriser cette formule auprès de la grande distribution, dans l'esprit des EGA. " L'accord passé avec Leclerc est un bon signal, mais il faudrait que d'autres enseignes prennent les mêmes engagements ", espère Damien Lecuir. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière