Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

« Nous visons une rémunération constante et correcte »

Sébastien et Quentin Brousse, dans la Creuse, ont saturé l’outil laitier et développent un atelier allaitant complémentaire, tout en conservant de la souplesse pour affronter les aléas climatiques et économiques.

« Il faut toujours garder de la souplesse pour que la qualité de vie et la rémunération ne soient pas la variable d’ajustement. Nous essayons, au contraire, que la rémunération soit constante et correcte, et nous ajustons nos dépenses et nos investissements par rapport à ces objectifs. » Telle est la philosophie qui guide Sébastien et Quentin Brousse – ils sont cousins –, éleveurs à Mérinchal, dans la Creuse. Ils produisent entre 410 000 et 440 000 litres de lait avec un cheptel de 53 Prim’Holstein et élèvent 30 à 40 Charolaises. Depuis l’installation de Quentin, fin 2015, l’excédent brut d’exploitation est remarquablement stable : entre 102 000 (en 2018) et 118 000 euros (en 2016 avec un prix du lait à 306 € mais un volume plus élevé) et 40 à 44 % du produit brut. Pourtant, ces dernières années, les aléas n’ont pas manqué (crise laitière, sécheresses répétées).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Allo véto : Et si c’était du tétanos ?
Le tétanos est dû à la production d’une toxine par Clostridium tetani dans les tissus infectés. On en observe régulièrement suite…
Les Hauts-de-France sont soumis à un régime d'information, après deux ans de régime d'autorisation.  © C. Pruilh - archives
Retour à la souplesse pour les prairies permanentes dans les Hauts-de-France

Dans les Hauts-de-France, le niveau de dégradation des surfaces en prairies permanentes s'est amélioré…

Clément et Denis Chayriguès. Le Gaec produit 630 000 litres de lait pour la filière AOP bleu des causses et élève 220 brebis qui produisent de l’agneau label rouge. © B. Griffoul
« J'utilise beaucoup de semences sexées »
Le Gaec Chayriguès, en Aveyron, est un des piliers de la race Brune. Au-delà de la passion pour la génétique, c’est l’intérêt…
Vignette
« Avec 9 000 l/vache, notre exploitation a un bon bilan environnemental »
Grâce au bilan CAP’2ER, Céline et Jean-Jacques Le Ru ont évalué l’impact, positif comme négatif, de leur exploitation sur l’…
Exosquelette en agriculture : arrêt anticipé du test à la ferme expérimentale
La ferme de La blanche maison dans la Manche  a mis fin à l'expérimentation de l' exosquelette en salle de traite après un mois d…
La salle de traite du Gaec de Mont de Mangue est équipé d’un plancher mobile et de griffes légères. Les seaux des lavettes essorées sont suspendus à des chaînes réglables. © MSA Ain-Rhône
Huit points pour un meilleur confort de traite
Les troubles musculo-squelettiques, dus à des mauvaises postures, sont fréquents chez les trayeurs. Améliorer le confort de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière