Aller au contenu principal

Jean-Philippe Guines, en Gaec en Ille-et-Vilaine
" Nous distribuons la luzerne en vert "

Jean-Philippe Guines, en Gaec en Ille-et-Vilaine
© DR

" Nous sommes en conversion bio depuis janvier 2018. Nous avons un troupeau de 110 vaches à 6 500 kg. Nous exploitons 130 ha dont 10 ha de maïs ensilé, 15 ha de luzerne, 10 ha de trèfle violet et le reste en prairies. Les 42 ha de prairies (RGA-fétuque-trèfle blanc) accessibles aux vaches sont sur un secteur séchant. Les vaches peuvent sortir dès mi-février. Les vêlages étant groupés de février à début mai, cela coïncide bien avec la pousse de l’herbe. Mais à partir de fin juin, nous sommes obligés d’affourrager pour compléter le pâturage. Au début, nous leur distribuons 4 à 5 kg brut de luzerne et 3 kg MS d’ensilage de maïs en fin de journée. Fin septembre, elles consomment jusqu’à 10 kg brut de luzerne, 3 kg MS d’ensilage de maïs et un peu d’enrubannage.

Semée avec du trèfle blanc

Selon les parcelles et les coupes, la luzerne est fauchée pour de l’affourragement en vert (uniquement pour les vaches), ensilée ou enrubannée. On ne la fauche plus après septembre pour ne pas l’abîmer. Nous distribuons ensuite du trèfle violet ou un peu d’herbe de prairies temporaires. L’affourragement en vert représente environ 800 kg par vache, dont deux tiers de luzerne. Celle qui est utilisée pour l’affourragement en vert est cultivée sur un site situé à 3 km de l’exploitation. Les terres sont assez profondes. Il faut compter une heure de travail par jour pour affourager les vaches. On pourrait gagner du temps avec une remorque autochargeuse. Mais par souci d’économie, nous utilisons une faucheuse de type Taarup et distribuons la luzerne avec un godet. Nous avons estimé le coût à 25 euros par tonne en incluant l’amortissement de la faucheuse et de la remorque.

Les vaches adorent en consommer

Depuis quatre ans, nous la semons (25 kg/ha) avec un peu de trèfle blanc (2 kg/ha) pour éviter le salissement. Cette année, le mélange a été semé sous couvert d’orge (50 kg/ha). La luzerne distribuée en vert a une bonne valeur alimentaire et apporte de la fibre. Il y a moins de pertes que lorsqu’elle est conservée. Les vaches adorent ça. Elle est intéressante pour son autonomie en azote et son potentiel de production en été. Nous récoltons environ 12 à 13 t MS/ha en quatre ou cinq coupes. Nous la gardons quatre ans. Puis il faut attendre cinq à six ans avant de revenir sur la parcelle. "

Jusqu’à 10 kg brut de luzerne

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière