Aller au contenu principal

« Nous avons des parcs de quarantaine »

À la SCEA Blanche Bannière, dans le Nord, pour éviter d’introduire des maladies via l’achat d’animaux, les éleveurs ont investi dans des parcs de quarantaine.

« Nous sommes peut-être enfin venus à bout de l’IBR dans notre troupeau laitier (300 bovins dont 125 vaches traites) et allaitant (350 animaux) », espère Franck Leroy, un des trois associés de la SCEA Blanche Bannière, à Comines dans le Nord. L’IBR est arrivée en 2014 quand l’élevage s’est agrandi et que les éleveurs ont dû acheter des animaux, en viande et en lait. La mortellaro et la BVD sont également entrées dans le troupeau à cette période. La BVD a pu être éradiquée quelques années plus tard. Ces événements aux lourdes conséquences ont motivé les éleveurs à investir dans des parcs de quarantaine.

De même, à l’époque, les éleveurs n’avaient pas l’habitude de demander des garanties sanitaires. Aujourd’hui, ils en demandent pour l’IBR, la BVD et la paratuberculose. « Si des résultats sont positifs, nous pouvons renvoyer les animaux concernés et nous nous faisons rembourser. »

Une case vide ne suffit pas

Avant le parc de quarantaine, « ce qui péchait, c’était qu’il manquait un endroit vraiment isolé des autres animaux de la ferme », pointe Franck Leroy. En 2015, « les génisses pleines achetées pour l’atelier lait ont été mises directement avec les nôtres. Nous n’avions pas de place en bâtiment, ni d’équipement pour les séparer ». Dans le bâtiment des vaches allaitantes, avec onze parcs alignés, « pour isoler les animaux introduits, nous les mettions dans un parc et nous laissions un parc vide entre ce parc et les autres parcs contenant nos animaux. Mais ce n’était visiblement pas suffisant. En plus, il pouvait arriver que, par manque de place, il n’y ait pas de parc vide entre les animaux achetés et les nôtres ». De plus, il peut aussi y avoir des contacts indirects, notamment via le matériel d’élevage. Les conseillers préconisent de privilégier du matériel spécifique pour les animaux introduits. Ou de nettoyer le matériel entre deux lots.

Un parc isolé, des parois pleines

En 2019, le parc de quarantaine a été installé dans le bâtiment des bovins viande, à côté des box d’engraissement. Les parois sont pleines pour éviter tout contact. Un portillon plein empêche le contact entre animaux de cases adjacentes quand ils sont à l’auge. « Il peut se rabattre pour pouvoir distribuer l’alimentation plus facilement, et pour pouvoir nettoyer devant les cases », commente l’éleveur.

Réduire le stress de l’animal introduit

La quarantaine a d’autres avantages comme l’acclimatation de l’animal à son nouvel environnement (microbisme, alimentation, logement…) qui se fait plus en douceur que s’il était directement envoyé dans le troupeau, confronté aux vaches dominantes. En effet, cette période provoque un stress chez l’animal acheté ce qui entraîne un déséquilibre immunitaire et une augmentation des risques de transmission de maladie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Une action de relevé de prix en supermarché. L'objectif est de faire passer des hausses de prix des produits laitiers et qu'elles soient répercutées aux producteurs.
Prix du lait : Les éleveurs français s'impatientent
Avec 428,5 €/1000 l pour Lactalis de prix de base en 38/32 sur juin-juillet-août en moyenne nationale et environ 415 € de prix…
Les betteraves fourragères sont majoritairement mélangées à de la paille, du foin ou de l’ensilage de maïs.
Les éleveurs laitiers sont de plus en plus séduits par la betterave fourragère
La betterave fourragère assure une sécurité alimentaire à l’élevage, tant en volume qu’en valeur nutritionnelle. Quelle que soit…
Dans les conditions climatiques actuelles, de nombreux chantiers de récoltes de maïs commenceront avant le 15 août.
Les récoltes de maïs fourrage ont déjà commencé
Les premiers chantiers d’ensilage de maïs fourrage ont déjà débuté.
En aménageant une ancienne grange en escape game, Romain Soucaze entend attirer un nouveau public sur sa ferme où il vend du lait cru et du beurre.
Un escape game à la ferme
Enfermés dans une ancienne grange, les visiteurs de la ferme « Chez Sancet » découvriront au fil des énigmes la tradition…
La FNPL promet des manifestations si le prix du lait n’augmente pas à la rentrée
Le syndicat met la pression sur les distributeurs : si le prix de la brique de lait n’augmente pas d’ici le 1er
Stéphane Luet, éleveur dans le Maine-et-Loire. " Depuis début juillet, les laitières sont passées à 100 % en ration hivernale. Les génisses et les vaches taries ont commencé à être complémentées depuis mi- juin, soit trois semaines plus tôt que d'habitude."
« Je m’attends à un hiver compliqué pour produire du lait »
Installé à Noyant la Gravoyère dans le Maine-et-Loire sur un élevage de 75 Prim'Holstein à 8500 litres, Stéphane Luet n'avait…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière