Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

« Nous avons choisi la désinfection par électrolyse »

Au Gaec Girault, en Mayenne, des problèmes de débit et de qualité d’eau ont été résolus par l’installation d’un déferriseur, d’une cuve de stockage et d’une désinfection par électrolyse en ligne.

« Il y a une trentaine d’années, nous avons fait cinq forages avant de trouver le bon endroit », se remémore Dominique Girault, en Gaec avec Michèle son épouse et leurs deux enfants, Annie et Fabrice. D’une profondeur de 70 mètres, il a fallu descendre traquer l’eau jusqu’à 120 mètres dix ans plus tard pour en fournir suffisamment à l’élevage. « Quand notre atelier naisseur-engraisseur est passé de 50 à 120 truies, le forage ne fournissait plus assez d’eau. » D’autant qu’à ces besoins s’ajoutent ceux du troupeau laitier (70 vaches laitières et leur suite) et de trois maisons d’habitation. Le tout représente une consommation totale de 25 m3 d’eau par jour, à raison d’environ 7 m3 d’eau pour l’abreuvement des vaches, 0,8 m3 d’eau pour la traite, 14 m3 d’eau pour l’atelier porcs et désormais 1 m3 d’eau pour les trois maisons.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Pas si facile de mettre en place une procédure de désinfection !
Alors que tout semble fait dans les règles, on se heurte parfois à un échec. Analyse du cas d’un élevage de 150 vaches pourtant…
[Météo agricole] 2019 : un record de chaleur en Europe
Portail réussir
2019 a été « l’année la plus chaude jamais enregistrée en Europe ». Dépassant de 1,2 °C la moyenne de 1981-2010 utilisée en…
Depuis dix jours avec un déplacement de caillette et maintenant avec un ulcère perforant. © J.-M. Nicol
Le mufle ou les naseaux sales

Quand la bête vient juste de manger de l’ensilage, il est normal que des particules restent…

Adama Ibrahim Diallo, président de l’UMPL/B, avec Fatimata Diallo et Halimata Sanné, qui dirigent chacune une mini-laiterie, au Sommet de l’élevage. © B. Griffoul
Développer le lait local au Burkina Faso
L’Afdi Auvergne aide à organiser la filière et apporte un soutien financier pour sécuriser la chaîne du froid des mini-laiteries.
Lorsque l’on réduit l’abreuvement d’une vache de 50 %, on peut diminuer sa production laitière de 20 %. © C. Pruilh
Quand l’eau génère des problèmes en cascade
Baisse de production laitière, cellules, diarrhées, mauvais nettoyage du matériel de traite… Les écueils liés à des défauts de…
Prim’Holstein, la sortie du nouvel ISU reportée en 2021
Prévu pour être appliquée lors de l’indexation d’avril 2020, la nouvelle formule de l’ISU de la race Prim’Holstein ne le sera…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière