Aller au contenu principal

« Nous avons choisi la désinfection par électrolyse »

Au Gaec Girault, en Mayenne, des problèmes de débit et de qualité d’eau ont été résolus par l’installation d’un déferriseur, d’une cuve de stockage et d’une désinfection par électrolyse en ligne.

« Il y a une trentaine d’années, nous avons fait cinq forages avant de trouver le bon endroit », se remémore Dominique Girault, en Gaec avec Michèle son épouse et leurs deux enfants, Annie et Fabrice. D’une profondeur de 70 mètres, il a fallu descendre traquer l’eau jusqu’à 120 mètres dix ans plus tard pour en fournir suffisamment à l’élevage. « Quand notre atelier naisseur-engraisseur est passé de 50 à 120 truies, le forage ne fournissait plus assez d’eau. » D’autant qu’à ces besoins s’ajoutent ceux du troupeau laitier (70 vaches laitières et leur suite) et de trois maisons d’habitation. Le tout représente une consommation totale de 25 m3 d’eau par jour, à raison d’environ 7 m3 d’eau pour l’abreuvement des vaches, 0,8 m3 d’eau pour la traite, 14 m3 d’eau pour l’atelier porcs et désormais 1 m3 d’eau pour les trois maisons.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Nous sommes passés en monotraite cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
En Europe, les prix du lait montent mais la collecte baisse encore
Les cotations des produits laitiers sont à des niveaux très élevés.
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière