Aller au contenu principal
Font Size

Marion Henry, en Gaec avec Benjamin Henry et Pierre-Yves Le Panse dans les Côtes-d’Armor
« Nous avons choisi la Bretonne Pie Noir »

Marion Henry, en Gaec avec Benjamin Henry et Pierre-Yves Le Panse dans les Côtes-d’Armor.
© DR

« Je connaissais la Bretonne Pie Noir grâce à mes grands-parents ; c'est pour cette raison que nous l'avons choisie plutôt que la Froment du Léon ou l’Armoricaine. Mais toutes ces races sont très intéressantes et auraient pu convenir à notre projet. Nous voulions travailler avec des races locales et participer à leur sauvegarde. Ce sont des vaches mixtes, rustiques, bien adaptées à leur territoire et avec une grande longévité. Nous aimons à dire que la Bretonne Pie Noir est à « taille humaine » (1,17 m au garrot). Notre moyenne d’étable est de 2 800 à 3 000 litres pour les multipares, mais avec un lait de qualité ; et ramené à ce qu’elles mangent, cela fait beaucoup. Il a fallu deux ans et demi pour constituer notre troupeau de 25 vaches. Les femelles sont recherchées, il faut donc être patient. Elles se vendent autour de 200 euros à 8-15 jours et 1 300 euros pour les amouillantes. Nous transformons 60 000 litres de lait et produisons aussi des porcs en plein-air de race Porc blanc de l’Ouest. Le Gwell (lait fermenté) est notre produit laitier phare. Nous fabriquons aussi du fromage blanc, du beurre, de la crème, des fromages… Nos produits sont vendus à la ferme le vendredi, sur le marché de Rostrenen, sur internet via les paniers KBTP, mais aussi à des restaurateurs, des épiceries et une école. Depuis deux ans, nous faisons partie d’un groupe travaillant sur un projet Agriculture écologiquement performante « Optimiser la conduite des races locales ». Il est soutenu par la Fédération des races de Bretagne et les associations de races locales bretonnes. Il vise à créer des référentiels pour les personnes voulant s’installer avec des races locales. Le plus important est que chaque ferme s’adapte à ses atouts et contraintes. Nous avons aussi bénéficié du soutien de la Coopérative d’installation en agriculture paysanne 44 avant notre installation en 2016. Enfin, la ferme appartient à une SCI agricole et citoyenne (122 membres) qui nous a permis de nous installer sans être écrasés par les investissements. "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière