Aller au contenu principal

Marion Henry, en Gaec avec Benjamin Henry et Pierre-Yves Le Panse dans les Côtes-d’Armor
« Nous avons choisi la Bretonne Pie Noir »

Marion Henry, en Gaec avec Benjamin Henry et Pierre-Yves Le Panse dans les Côtes-d’Armor.
© DR

« Je connaissais la Bretonne Pie Noir grâce à mes grands-parents ; c'est pour cette raison que nous l'avons choisie plutôt que la Froment du Léon ou l’Armoricaine. Mais toutes ces races sont très intéressantes et auraient pu convenir à notre projet. Nous voulions travailler avec des races locales et participer à leur sauvegarde. Ce sont des vaches mixtes, rustiques, bien adaptées à leur territoire et avec une grande longévité. Nous aimons à dire que la Bretonne Pie Noir est à « taille humaine » (1,17 m au garrot). Notre moyenne d’étable est de 2 800 à 3 000 litres pour les multipares, mais avec un lait de qualité ; et ramené à ce qu’elles mangent, cela fait beaucoup. Il a fallu deux ans et demi pour constituer notre troupeau de 25 vaches. Les femelles sont recherchées, il faut donc être patient. Elles se vendent autour de 200 euros à 8-15 jours et 1 300 euros pour les amouillantes. Nous transformons 60 000 litres de lait et produisons aussi des porcs en plein-air de race Porc blanc de l’Ouest. Le Gwell (lait fermenté) est notre produit laitier phare. Nous fabriquons aussi du fromage blanc, du beurre, de la crème, des fromages… Nos produits sont vendus à la ferme le vendredi, sur le marché de Rostrenen, sur internet via les paniers KBTP, mais aussi à des restaurateurs, des épiceries et une école. Depuis deux ans, nous faisons partie d’un groupe travaillant sur un projet Agriculture écologiquement performante « Optimiser la conduite des races locales ». Il est soutenu par la Fédération des races de Bretagne et les associations de races locales bretonnes. Il vise à créer des référentiels pour les personnes voulant s’installer avec des races locales. Le plus important est que chaque ferme s’adapte à ses atouts et contraintes. Nous avons aussi bénéficié du soutien de la Coopérative d’installation en agriculture paysanne 44 avant notre installation en 2016. Enfin, la ferme appartient à une SCI agricole et citoyenne (122 membres) qui nous a permis de nous installer sans être écrasés par les investissements. "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière