Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

« Notre bâtiment est évolutif grâce au bloc traite indépendant »

À la SCEA de la Gare dans le Nord, les associés ont fait le choix d’un bloc traite central, déconnecté des deux stabulations qui l’entoure pour faciliter les évolutions éventuelles.

Pas moins de 3,5 millions de litres de lait sont produits à la SCEA de la Gare, située à Saint-Waast la Vallée. Le troupeau de 350 vaches à 10 700 kg de moyenne, composé à 60 % de Prim’Holstein et 40 % de Montbéliardes, est conduit en famille par Clothilde et Pascal Boez, ainsi que leurs trois enfants Charles-Edouard, Marie-Laure et Anne-Sophie. Suite à l’augmentation du volume, ils ont entièrement repensé leurs bâtiments en 2008. « À l’époque, le bâtiment constitué d’un bloc de 180 logettes paillées avec fumière couverte et salle de traite TPA 2X12, réalisé lors de la mise aux normes en 1998, n’était plus adapté pour nos 200 vaches », se souviennent les éleveurs.

Les contraintes

« Bien que nous ayons de la paille en quantité sur l’exploitation, nous avons souhaité changer de système et passer en tout lisier. La paille, c’est trop gourmand en main-d’œuvre et les fumiers fous sont difficiles à gérer », avance Clothilde Boez. Le nombre de vaches augmentant, les éleveurs se sont aussi interrogés sur l’opportunité d’investir dans un robot de traite. « Mais nous n’avons pas la fibre informatique et surtout, cela nous embêtait d’opter pour une solution qui nous figeait en termes d’effectif. Le choix du roto se révélait plus souple en termes d’évolution du cheptel. »

Autre contrainte : le manque de place à l’auge implique de travailler sans cornadis. D’où la nécessité de se donner les moyens d’isoler facilement les vaches en sortie de salle de traite.

Les objectifs

À travers le projet, la priorité a été de loger davantage de vaches pour désengorger le bâtiment initial et se laisser de la marge pour pouvoir produire plus. « Nous avons conçu un bâtiment permettant de monter en effectif au fil des années, sans avoir à tout repenser », résume Bertrand Flament de la Chambre d’agriculture du Nord-Pas-de-Calais. Le second objectif a été de valoriser le bâtiment existant, relativement récent (10 ans). Enfin, le projet devait faciliter la gestion en lots des animaux et permettre l’accès aux prairies situées côté sud et est. « Nous avons adopté une réflexion large, à long terme, en nous donnant les moyens de parvenir à un bâtiment à la fois fonctionnel pour les hommes et confortable pour les animaux. »

Les solutions

« Nous avons recyclé l’ancienne salle de traite en nurserie. Elle abrite une trentaine cases individuelles et 7 cases collectives pouvant accueillir 120 veaux, faciles à curer par un jeu de barrières fonctionnelles. »

Le second réagencement a consisté à creuser la fumière pour créer 90 nouvelles places de logettes sur caillebotis (2,50 m de profondeur), perpendiculairement aux 180 logettes existantes. Des racleurs acheminent les déjections de la stabulation existante vers les caillebotis (10 000 m3 de stockage).

Trois nouvelles constructions sont sorties de terre. La première concerne l’extension de la stabulation au-delà de l’ancienne fumière, pour loger 80 vaches taries sur aire paillée. La seconde est un bâtiment de 400 logettes pour les génisses de plus de 10 mois (photo 6).

Et au centre de ces deux stabulations siège le bloc traite, construit comme un module indépendant. Ce module abrite un roto de 31 postes intérieur, l’aire d’attente, la laiterie, 20 logettes et une trentaine de places sur aire paillée pour les fraîches vêlées et vaches à problèmes. Il communique avec la stabulation par un couloir menant à l’aire d’attente. « La position du bloc traite est stratégique. Il est à la fois accessible (côté ouest) depuis la stabulation des laitières par un couloir menant à l’aire d’attente, et, à terme, il pourra également l’être (côté Est) depuis le bâtiment des génisses, construit 15 mètres plus loin », mentionne Pascal Boez.

Combien ça coûte ?

L’intégralité du bloc traite a coûté 560 000 € en 2008.

- Terrassement (1 700 m3 fosse) + accès : 8 000 €

- Bâtiment (charpente, couverture, parois bétons, portes) : 180 000 €

- Fosse et caillebotis (sous aires d’attente et d’exercice) : 150 000 €

- Electricité : 10 000 €

- Eau : 12 000 €

- Roto et barrière poussante : 200 000 €

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

La vache en fin de gestation est plus lourde et a besoin de plus de confort. Elle se couche différemment par rapport à une vache en lactation : elle s’allonge plus sur le flanc. © B. Griffoul
Préparation au vêlage : peut mieux faire !
Une enquête dans le Rhône révèle qu’un tiers seulement des élevages préparent les vaches au vêlage en lot jusqu’à leur mise bas,…
« Cohérence, adaptabilité des systèmes, savoir-faire sont des facteurs clés de la réussite économique », affirment les experts des Cerfrance d’Auvergne-Rhône-Alpes. © B. Griffoul
En lait bio, des revenus qui vont du simple au triple
Une étude des Cerfrance d’Auvergne-Rhône-Alpes montre de grandes disparités de performance économique au sein des exploitations…
logo Sodiaal
Sodiaal et Intermarché Netto trouvent un accord sur les tarifs
Une hausse des prix des fromages, du lait et des yaourts a été acté, qui permettra à Sodiaal de revaloriser le prix du lait à 380…
Dégâts sur maïs : les corbeaux ont été dupés par le blé
Le blé ou l’orge, utilisés comme plantes-appâts contre les taupins, ont aussi un intérêt pour protéger les semis…
Au Salon de l’agriculture : Girly, la star des Vosgiennes
Vingt-cinq Vosgiennes ont participé le 24 février à l'édition 2020 du concours de la race Vosgienne jugé par Bruno Lambert. Les…
Frédéric (à gauche) et Damien Tijs (à droite), éleveurs. « Notre passage au bio ne chamboulera pas notre système mais c’est un nouveau défi. » © E. Bignon
« Du tout herbe au bio, il n’y a plus qu’un pas »
Au Gaec de la Grosse Haie, en Meurthe-et-Moselle, les associés ont bâti un système tout herbe, autonome et économe, qui résiste…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière