Aller au contenu principal
Font Size

« Notre bâtiment est évolutif grâce au bloc traite indépendant »

À la SCEA de la Gare dans le Nord, les associés ont fait le choix d’un bloc traite central, déconnecté des deux stabulations qui l’entoure pour faciliter les évolutions éventuelles.

Pas moins de 3,5 millions de litres de lait sont produits à la SCEA de la Gare, située à Saint-Waast la Vallée. Le troupeau de 350 vaches à 10 700 kg de moyenne, composé à 60 % de Prim’Holstein et 40 % de Montbéliardes, est conduit en famille par Clothilde et Pascal Boez, ainsi que leurs trois enfants Charles-Edouard, Marie-Laure et Anne-Sophie. Suite à l’augmentation du volume, ils ont entièrement repensé leurs bâtiments en 2008. « À l’époque, le bâtiment constitué d’un bloc de 180 logettes paillées avec fumière couverte et salle de traite TPA 2X12, réalisé lors de la mise aux normes en 1998, n’était plus adapté pour nos 200 vaches », se souviennent les éleveurs.

Les contraintes

« Bien que nous ayons de la paille en quantité sur l’exploitation, nous avons souhaité changer de système et passer en tout lisier. La paille, c’est trop gourmand en main-d’œuvre et les fumiers fous sont difficiles à gérer », avance Clothilde Boez. Le nombre de vaches augmentant, les éleveurs se sont aussi interrogés sur l’opportunité d’investir dans un robot de traite. « Mais nous n’avons pas la fibre informatique et surtout, cela nous embêtait d’opter pour une solution qui nous figeait en termes d’effectif. Le choix du roto se révélait plus souple en termes d’évolution du cheptel. »

Autre contrainte : le manque de place à l’auge implique de travailler sans cornadis. D’où la nécessité de se donner les moyens d’isoler facilement les vaches en sortie de salle de traite.

Les objectifs

À travers le projet, la priorité a été de loger davantage de vaches pour désengorger le bâtiment initial et se laisser de la marge pour pouvoir produire plus. « Nous avons conçu un bâtiment permettant de monter en effectif au fil des années, sans avoir à tout repenser », résume Bertrand Flament de la Chambre d’agriculture du Nord-Pas-de-Calais. Le second objectif a été de valoriser le bâtiment existant, relativement récent (10 ans). Enfin, le projet devait faciliter la gestion en lots des animaux et permettre l’accès aux prairies situées côté sud et est. « Nous avons adopté une réflexion large, à long terme, en nous donnant les moyens de parvenir à un bâtiment à la fois fonctionnel pour les hommes et confortable pour les animaux. »

Les solutions

« Nous avons recyclé l’ancienne salle de traite en nurserie. Elle abrite une trentaine cases individuelles et 7 cases collectives pouvant accueillir 120 veaux, faciles à curer par un jeu de barrières fonctionnelles. »

Le second réagencement a consisté à creuser la fumière pour créer 90 nouvelles places de logettes sur caillebotis (2,50 m de profondeur), perpendiculairement aux 180 logettes existantes. Des racleurs acheminent les déjections de la stabulation existante vers les caillebotis (10 000 m3 de stockage).

Trois nouvelles constructions sont sorties de terre. La première concerne l’extension de la stabulation au-delà de l’ancienne fumière, pour loger 80 vaches taries sur aire paillée. La seconde est un bâtiment de 400 logettes pour les génisses de plus de 10 mois (photo 6).

Et au centre de ces deux stabulations siège le bloc traite, construit comme un module indépendant. Ce module abrite un roto de 31 postes intérieur, l’aire d’attente, la laiterie, 20 logettes et une trentaine de places sur aire paillée pour les fraîches vêlées et vaches à problèmes. Il communique avec la stabulation par un couloir menant à l’aire d’attente. « La position du bloc traite est stratégique. Il est à la fois accessible (côté ouest) depuis la stabulation des laitières par un couloir menant à l’aire d’attente, et, à terme, il pourra également l’être (côté Est) depuis le bâtiment des génisses, construit 15 mètres plus loin », mentionne Pascal Boez.

Combien ça coûte ?

L’intégralité du bloc traite a coûté 560 000 € en 2008.

- Terrassement (1 700 m3 fosse) + accès : 8 000 €

- Bâtiment (charpente, couverture, parois bétons, portes) : 180 000 €

- Fosse et caillebotis (sous aires d’attente et d’exercice) : 150 000 €

- Electricité : 10 000 €

- Eau : 12 000 €

- Roto et barrière poussante : 200 000 €

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière