Aller au contenu principal

Négociations commerciales: "Les coopératives seront très offensives"

Pour Damien Lacombe, président de Coop de France Métiers du lait, les négociations commerciales représentent un enjeu majeur pour la filière.

© JC. Gutner

Pour Damien Lacombe, les négociations commerciales qui ont débuté en novembre représentent « un enjeu majeur de filière qui dépasse les enjeux particuliers. On est à un moment clé, il ne faut pas le gâcher si on veut garder des exploitations à taille humaine, en phase avec les attentes des consommateurs. »

Le président de Coop de France Métier du lait affirme que « les coopératives vont être très offensives par rapport aux négociations tarifaires ». Il y a « un grand pas à faire » pour que les tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs permettent d'atteindre 396EUR/1000 litres de prix de revient (méthode couprod de l'institut de l'élevage basé sur le Rica 2016), vu "la valorisation moyenne actuelle sur le marché intérieur « autour de 330-340 EUR/1000 litres ».

Transparentes sur le retour aux producteurs

« Les coopératives sont transparentes  sur le retour aux coopérateurs. Car elles ont toutes des formules de prix basées sur leur mix produits (GMS, RHF, export). Cela nous donne une légitimité pour dire que les hausses de tarif sont bien appliquées », affirme-t-il. La hausse ne doit pas se limiter aux produits sous marque. « On fait beaucoup de cas des marques mais les premiers prix et les marques de distributeurs sont très importantes pour les coopératives. En 2019, tous les segments de marché devront être abordés ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Une action de relevé de prix en supermarché. L'objectif est de faire passer des hausses de prix des produits laitiers et qu'elles soient répercutées aux producteurs.
Prix du lait : Les éleveurs français s'impatientent
Avec 428,5 €/1000 l pour Lactalis de prix de base en 38/32 sur juin-juillet-août en moyenne nationale et environ 415 € de prix…
Les betteraves fourragères sont majoritairement mélangées à de la paille, du foin ou de l’ensilage de maïs.
Les éleveurs laitiers sont de plus en plus séduits par la betterave fourragère
La betterave fourragère assure une sécurité alimentaire à l’élevage, tant en volume qu’en valeur nutritionnelle. Quelle que soit…
Stéphane Luet, éleveur dans le Maine-et-Loire. " Depuis début juillet, les laitières sont passées à 100 % en ration hivernale. Les génisses et les vaches taries ont commencé à être complémentées depuis mi- juin, soit trois semaines plus tôt que d'habitude."
« Je m’attends à un hiver compliqué pour produire du lait »
Installé à Noyant la Gravoyère dans le Maine-et-Loire sur un élevage de 75 Prim'Holstein à 8500 litres, Stéphane Luet n'avait…
Dans les conditions climatiques actuelles, de nombreux chantiers de récoltes de maïs commenceront avant le 15 août.
Les récoltes de maïs fourrage ont déjà commencé
Les premiers chantiers d’ensilage de maïs fourrage ont déjà débuté.
En aménageant une ancienne grange en escape game, Romain Soucaze entend attirer un nouveau public sur sa ferme où il vend du lait cru et du beurre.
Un escape game à la ferme
Enfermés dans une ancienne grange, les visiteurs de la ferme « Chez Sancet » découvriront au fil des énigmes la tradition…
La FNPL promet des manifestations si le prix du lait n’augmente pas à la rentrée
Le syndicat met la pression sur les distributeurs : si le prix de la brique de lait n’augmente pas d’ici le 1er
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière