Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Suite de l'incendie de Lubrizol : « Moralement, c’est très dur »

Patrick Planchon, en Gaec à trois associés, en Seine-Maritime © Planchon
Patrick Planchon, en Gaec à trois associés, en Seine-Maritime
© Planchon

Patrick Planchon, en Gaec en Seine-Maritime

"Notre exploitation (210 vaches laitières) est en limite de zone concernée par l’arrêté de Seine-Maritime. Nous n’avons pas vu de suie, juste senti l’odeur. Je pensais que la laiterie collecterait et que le lait serait géré par elles : transformé en poudre consignée. Comme ça, en cas de bonnes analyses, il n’y aurait pas eu de gaspillage. C’est très dur : nous avons dû jeter environ 90 000 litres de lait : un aliment et le fruit de notre travail ! Les analyses ont montré que le lait était sain ; l’administration a organisé du gaspillage alimentaire ! Mes fils ont mesuré l’importance d’être en société : cela aide de se soutenir moralement entre associés."

Guillaume Leroy, en Gaec en Seine-Maritime.

"Notre Gaec est à 20 kilomètres au Nord-Est de Rouen, donc en plein sur la trajectoire du nuage de fumée suite à l’incendie de Lubrizol. Le jeudi 26 septembre, nous avons senti l’odeur d’huile brûlée vers 9 h, puis nous avons vu les dépôts de suie suite à une averse. Nos 140 vaches laitières sortent peu au pâturage, et elles étaient rentrées en bâtiment depuis le retour de la pluie. Nous n’avons donc rien eu à modifier dans notre conduite du troupeau.

Par contre, nous avons acheté du fourrage par sécurité. Nous n’avions ensilé que 10 ha de maïs avant l’incendie. Et il ne restait du stock 2018 que jusqu’au 5 octobre. Il restait 30 hectares à ensiler, et nous avons hésité à les récolter quand le deuxième arrêté du 2 octobre a autorisé les récoltes. On craignait de devoir détruire ces silos en cas de mauvaises analyses. Finalement, on les a ensilés le 12 octobre, car notre syndicat indiquait que les premiers résultats d’analyses étaient bons. Entre-temps, pour anticiper et se couvrir en cas de manque de fourrages, on a acheté, via l’opération fourrages du syndicat, 10 hectares de maïs sur pied (1200 €/ha) hors zone de consignation, et 100 tonnes d’ensilage de maïs 2018 (40 €/t sans compter le transport). On a pris un prêt bancaire pour ne pas plomber la trésorerie.

Nous avons jeté 60 000 litres de lait dans la fosse à lisier. Comme d’autres, nous comptons sur une dérogation pour tenir compte de ce lait dans nos effluents."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

tank à lait
[Coronavirus] La transformation laitière bouleversée par le Covid-19
En plein pic de production laitière, les usines doivent collecter et transformer, tout en réorientant leur…
 © F. Mechekour
Un système pour couper les filets et ficelles des balles
À l’EARL Lucas Gilbert, dans le Pas-de-Calais. Gilbert Lucas a adapté un système sur sa désileuse pour enlever les filets et…
Coronavirus : Mobilisation chez Sodiaal

Les laiteries mettent en œuvre des  mesures pour sécuriser l’activité. Exemple chez la coopérative Sodiaal dans le Nord de la…

Le Covid-19 menace les AOP laitières
Les AOP laitières sont touchées de plein fouet par la crise du coronavirus. Le Conseil national des appellations…
Gisèle Barret, éleveuse du Gaec des deux frères. « La préparation au vêlage est une réponse à beaucoup de problèmes. » © B. Griffoul
Elevage laitier : « J’ai appris à être autonome sur le troupeau »
Dans cette exploitation très diversifiée, les 85 vaches laitières côtoient vergers de pruniers et grandes cultures. Un système…
Covid-19 : quelles mesures s'appliquent aux vétérinaires ?
La profession vétérinaire a pour mission d’assurer la continuité du service auprès des animaux nécessitant des soins qui ne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière