Aller au contenu principal

Mont Lait lance la raclette des producteurs

Vendue au prix conseillé de 4,20 € en barquette de 400 g, la raclette Mont Lait devrait rapidement être en rayon dans toutes les enseignes qui distribuent le lait UHT sous cette marque.
© Mont Lait

Lors du Sommet de l’élevage, l’Association des producteurs de lait de montagne (APLM) a inauguré une raclette sous sa propre marque, Mont Lait.

Présentée tranchée en barquette de 400 grammes, la raclette Mont Lait est fabriquée par la Société fromagère du Livradois (SFL) à Fournols dans le Puy-de-Dôme. Comme pour le lait de consommation, le partenariat signé entre la SFL et l’APLM permettra de remonter une plus-value à l’entreprise et aux producteurs. Sur le prix de vente, 36 centimes par barquette (soit 100 €/t de lait) - il faut 9 litres de lait pour fabriquer un kilo de raclette - sont retournés aux deux partenaires : un tiers à la SFL pour financer le surcoût de collecte et deux tiers à l’APLM. La moitié de la part producteurs est redistribuée aux 425 exploitations du Massif central engagées dans la démarche et l’autre moitié financera la communication, déduction faite d’un petit pourcentage pour le fonctionnement de l’association. La communication est assurée essentiellement sous forme d’animations en magasin par les producteurs, qui sont dédommagés du temps passé en complément du crédit d’impôt remplacement.

1000 euros par exploitation en 2017 grâce à la marque

En 2017, 425 000 euros de plus-value acquis sur les 7 millions de litres de lait de consommation Mont Lait commercialisés ont été redistribués aux producteurs (60 €/t), soit 1 000 euros par exploitation. Pour 2018, l’objectif est d’atteindre 10 millions de litres. En parallèle, un travail de recherche est en cours avec l’Inra pour caractériser le lait de montagne. Il devrait déboucher sur un cahier des charges différenciant. « Nous avons le devoir de dire en quoi le lait de montagne est différent », promet Dominique Barraud, président de l’APLM.

Les plus lus

 Chauffeur-Ramasseur de lait
Lactalis veut réduire sa collecte de lait en France

La dernière médiation avec l’Unell le laissait présager, Lactalis l’a officialisé lors de la présentation de ses résultats…

Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Guillaume Dousset, éleveur à Frossay en Loire-Atlantique
« Nos bœufs prim’Holstein croisés hereford sont finis un an avant nos autres bœufs »

En Loire-Atlantique, les parcelles de marais de Guillaume et Maxime Dousset sont valorisées avec des bœufs croisés prim’…

Soins vétérinaires : « Nous avons opté pour un forfait de 37 euros par vêlage pour le suivi de nos vaches »

Certains éleveurs contractualisent les soins de leur troupeau avec leur vétérinaire. Le forfait permet un suivi régulier des…

Franck Bonraisin, associé du Gaec La Morice
« Nous avons gagné 10 €/1 000 l grâce à une vraie stratégie de renouvellement »

Depuis deux ans, le Gaec La Morice utilise le génotypage et la semence sexée pour limiter le nombre de génisses de…

Après maïs, il est conseillé de semer dense (15 kg/ha de ray-grass pur, 13 kg/ha de ray-grass + 5 à 13 kg/ha de trèfle, 13 kg/ha de ray-grass + 8 à 10 kg/ha de vesce, ...
Quel couvert semer après un maïs ?

Très présents dans la nouvelle PAC, les couverts ont des atouts agronomiques, environnementaux et pour l’alimentation des…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière