Aller au contenu principal

Maîtres Laitiers du Cotentin se lance dans le non-OGM et le bas-carbone

L’ensemble des producteurs de la coopérative normande va avoir la possibilité de choisir un axe de segmentation du lait.

Pour le lait de pâturage  non OGM, un accompagnement de 13 €/1 000 l est prévu.  © Maîtres Laitiers du Cotentin
Pour le lait de pâturage non OGM, un accompagnement de 13 €/1 000 l est prévu.
© Maîtres Laitiers du Cotentin

Maîtres Laitiers du Cotentin l’a annoncé en juin lors des assemblés de section, quatre propositions de laits différenciés vont être faites dans les prochaines semaines à ses 734 producteurs :

du lait conventionnel bas carbone, du lait de pâturage non OGM, du lait AOP beurre crème d’Isigny et du lait bio.

L’objectif est d’être prêt pour une mise en marché au 1er avril 2020. Une centaine d’exploitations produisent déjà du lait AOP, et une quinzaine sont actuellement en phase de conversion bio. « Pour le lait de pâturage non OGM, un accompagnement financier est prévu : 6,50 €/1 000 l pendant les six mois de période de conversion non OGM, puis 13 €/1 000 l à partir du 1er avril 2020 », précise Laurent Hédou, directeur de la production laitière. 420 exploitations répondent déjà au cahier des charges défini au niveau national pour le pâturage (minimum 120 jours, 6 h/j et 10 ares par vache en lactation). Pour le lait bas carbone, pas de seuil : « on est dans une démarche de progrès basée sur les diagnostics Cap2ER niveau1 ». Le socle de base, lait différencié ou pas, sera la charte des bonnes pratiques et un audit bien-être reposant sur les indicateurs du Cniel.

Une enquête des producteurs avant de décider

« Nous avons des demandes des marchés. Avant de prendre cette décision stratégique, nous avons interrogé cet hiver nos producteurs sur les attentes sociétales, les évolutions des marchés, les évolutions de leurs pratiques, et aussi les valeurs de MLC, souligne Laurent Hédou. 51 % des coopérateurs ont répondu à l’enquête. Nos producteurs sont plutôt prêts à s’engager. » 

88 % se sont dits " prêts à produire avec au moins 120 jours de pâturage " ; 58 % se sont dits " prêts à produire du lait non OGM ", 38 % " peut-être " ; et 47 % se sont dits " prêts à produire du lait bas carbone ", 40 % " peut-être ". À la question " selon vous, le lait demain sera produit de quelle manière ? " : 76 % ont répondu " au pâturage ", 55 % " sans OGM ", 53 % " sans pesticide " et 32 % " en bio ".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Damien Lacombe, président de Sodiaal
Sodiaal: un résultat courant 2020 tout juste à l’équilibre
La coopérative laitière annonce en 2020 un résultat courant consolidé à 1,3 millions d’euros, et un Ebitda au même niveau qu’en…
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
En dehors de la période hivernale, les veaux devront obligatoirement à partir de six semaines, avoir accès à une aire extérieure et/ou pouvoir pâturer.  © F. Mechekour
Le nouveau règlement européen bio se précise
Le règlement européen s’appliquera au 1er janvier 2022. Les changements les plus importants concernent les bâtiments.
Bcel Ouest, Evolution, GDS Bretagne et Copavenir fusionnent
Annoncée cet automne, la fusion entre Evolution, Bcel Ouest, GDS Bretagne et Copavenir sera effective à compter du 1 er…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière