Aller au contenu principal

L’UPLV en route vers un statut d’OP commerciale

L’Union des producteurs de lait des Vosges devrait prendre la main sur la gestion des volumes à la fin de l’année.

Les adhérents de l’Union des producteurs de lait des Vosges ne livrent pas tous leur lait à la même laiterie, mais à trois entreprises différentes : Savencia, Triballat Rians et Lactalis. Celles-ci se partagent les 180 millions de litres produits par les 330 exploitations laitières adhérentes à l’Union. Quoi de plus logique que d’imaginer un transfert de propriété des volumes de lait à l’UPLV. « Historiquement, c’était le cas. Mais à la fin des quotas, sous la pression de deux des trois entreprises — Lactalis qui voulait prendre la main sur la gestion des volumes et Savencia dans l’optique de travailler avec l’OP nationale — l’UPLV s’est vue obligée d’abandonner ce transfert de propriété, résume Yohann Barbe, président de l’UPLV.

Deux raisons  font que l’UPLV œuvre aujourd’hui pour récupérer le transfert de propriété et devenir une OP commerciale. « La première est que Lactalis refuse de reconnaître notre OP parce qu’elle concerne trois acheteurs, et donc de négocier le prix du lait avec l’UPLV (c’est le prix négocié par l’Unel qui est appliqué unilatéralement aux 80 exploitations livrant à Lactalis). La seconde est que Triballat Rians et Savencia n’achètent pas de lait bio : nous voulons permettre aux producteurs qui le souhaitent de se convertir en bio, explique-t-il. La solution est de passer en OP commerciale en donnant la possibilité de choisir l’acheteur de lait et de négocier le prix du lait, à l’exemple de ce que fait l’ULM (Union laitière de la Meuse). L’objectif est que tous nos coopérateurs connaissent le prix moyen annuel et, en fonction de ce prix, décident ou pas de produire.»

Un gros travail sur les statuts en cours

Triballat Rians et Savencia se sont engagés à continuer à collecter le lait de leurs producteurs après le passage en OP commerciale. L’UPLV est à la recherche de nouveaux acheteurs pour les producteurs Lactalis qui voudront rester adhérents à l’UPLV. « Nous avons des pistes hors du territoire national, et des pistes plus locales via la grande distribution et d’autres laiteries du département ; c’est la solution que nous privilégions.»

Mi-août, les nouveaux statuts étaient en cours d’écriture en vue d’une adoption en fin d’année. L’UPLV travaille notamment sur des règles de respect des volumes  « pour éviter une explosion et bien valoriser les volumes actuels ; nous nous orientons vers des prix différenciés ». Les premières réunions se sont tenues en avril. Une réunion d’information avec la présentation d’un premier projet de statut est prévue en septembre ainsi que l’envoi d’une demande d’engagement aux producteurs. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
De meilleures carrières avec des vêlages précoces
La ferme expérimentale des Trinottières publie une synthèse de ses vingt années d’essais sur l’élevage des génisses. Le parcours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière