Aller au contenu principal

L’UPLV en route vers un statut d’OP commerciale

L’Union des producteurs de lait des Vosges devrait prendre la main sur la gestion des volumes à la fin de l’année.

Les adhérents de l’Union des producteurs de lait des Vosges ne livrent pas tous leur lait à la même laiterie, mais à trois entreprises différentes : Savencia, Triballat Rians et Lactalis. Celles-ci se partagent les 180 millions de litres produits par les 330 exploitations laitières adhérentes à l’Union. Quoi de plus logique que d’imaginer un transfert de propriété des volumes de lait à l’UPLV. « Historiquement, c’était le cas. Mais à la fin des quotas, sous la pression de deux des trois entreprises — Lactalis qui voulait prendre la main sur la gestion des volumes et Savencia dans l’optique de travailler avec l’OP nationale — l’UPLV s’est vue obligée d’abandonner ce transfert de propriété, résume Yohann Barbe, président de l’UPLV.

Deux raisons  font que l’UPLV œuvre aujourd’hui pour récupérer le transfert de propriété et devenir une OP commerciale. « La première est que Lactalis refuse de reconnaître notre OP parce qu’elle concerne trois acheteurs, et donc de négocier le prix du lait avec l’UPLV (c’est le prix négocié par l’Unel qui est appliqué unilatéralement aux 80 exploitations livrant à Lactalis). La seconde est que Triballat Rians et Savencia n’achètent pas de lait bio : nous voulons permettre aux producteurs qui le souhaitent de se convertir en bio, explique-t-il. La solution est de passer en OP commerciale en donnant la possibilité de choisir l’acheteur de lait et de négocier le prix du lait, à l’exemple de ce que fait l’ULM (Union laitière de la Meuse). L’objectif est que tous nos coopérateurs connaissent le prix moyen annuel et, en fonction de ce prix, décident ou pas de produire.»

Un gros travail sur les statuts en cours

Triballat Rians et Savencia se sont engagés à continuer à collecter le lait de leurs producteurs après le passage en OP commerciale. L’UPLV est à la recherche de nouveaux acheteurs pour les producteurs Lactalis qui voudront rester adhérents à l’UPLV. « Nous avons des pistes hors du territoire national, et des pistes plus locales via la grande distribution et d’autres laiteries du département ; c’est la solution que nous privilégions.»

Mi-août, les nouveaux statuts étaient en cours d’écriture en vue d’une adoption en fin d’année. L’UPLV travaille notamment sur des règles de respect des volumes  « pour éviter une explosion et bien valoriser les volumes actuels ; nous nous orientons vers des prix différenciés ». Les premières réunions se sont tenues en avril. Une réunion d’information avec la présentation d’un premier projet de statut est prévue en septembre ainsi que l’envoi d’une demande d’engagement aux producteurs. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
L'aide couplée aux UGB bovins lait et mixtes sera de 57 €/UGB, avec un plafond de 40 UGB.
Elevage laitier : Où va la PAC version française ?
Entrer dans les écorégimes sera un enjeu fort pour tous les agriculteurs. Voici les grandes lignes du Plan stratégique français (…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière