Aller au contenu principal

Les veaux élevés « par deux » poussent mieux et sont plus heureux !

Une nouvelle façon d'élever les veaux est testée au Canada en vue d’améliorer leurs conditions d’élevage. Loger les veaux deux par deux plutôt qu’en cases ou niches individuelles dès leur première semaine améliore leur croissance et leur bien-être.

Avez-vous déjà entendu parler de la technique d’élevage des veaux « par deux » ou « pair housing » ?  Cette nouvelle approche du logement des veaux a été présentée par Nina von Keyserlingk de l’Université de Colombie britannique au Canada (UBC) dans le cadre du projet européen Eurodairy, qui soutient le développement des échanges autour de l'innovation en élevages laitiers.

Classiquement, après la naissance, les veaux laitiers rejoignent une case ou une niche individuelle dans le but d’améliorer leur santé et de réduire les maladies, avant d’intégrer une case collective au bout de quelques semaines.  « Mais un tel schéma privant le veau de vie sociale dans les jours suivants la naissance n’est-il pas contre-nature ?, s’est interrogée la chercheuse qu travaille sur le sujet depuis une dizaine d’années. Nous nous sommes demandé si un autre mode d’élevage alternatif au logement individuel, plus proche des conditions de vie grégaire des bovins, ne pouvait pas se révéler intéressant tant pour les veaux que pour les éleveurs. »

Lire aussi Sept conseils pour élever ses veaux à l'herbe dès 15 jours

Les veaux se stimulent et s’éduquent socialement

Dans les essais, l’équipe a comparé la technique d’élevage en cases individuelles à un logement des veaux élevés deux par deux, dès leur 4ème jour.  Les cases doubles disposent d’une surface deux fois plus grande qu’une case individuelle, et chacune est munie de double-équipements (seaux, tétines, abreuvoirs). Différentes séries d’expérimentations ont été conduites. Celles-ci ont amené les chercheurs canadiens à affirmer que loger les veaux par deux dans leur première semaine se montre bénéfique pour leur santé, leur croissance et leur bien-être. « Le fait de bénéficier d’un partenaire dès leur plus jeune âge éduque le veau socialement parlant, et stimule ses apprentissages, en particulier celui de l’alimentation, ainsi que le développement cognitif », explique Nina von Keyserlingk. Ce mode d’élevage rend les veaux moins peureux, plus faciles à gérer, et plus à même de s’adapter aux nouvelles situations et environnements qu’ils rencontrent.

Meilleure tolérance au stress du sevrage

Pendant la phase lactée, les veaux élevés à deux ingèrent notamment davantage d’aliments solides et affichent un GMQ supérieur. « Ils prennent exemple l’un sur l’autre et commencent à manger du concentrés plus précocément que les veaux élevés en solo. »  Ils se montrent également moins sensibles au stress au moment du sevrage, ce qui affecte moins leur croissance. « Lorsqu’ils intègrent un groupe, les veaux élevés par deux s’avèrent plus téméraires, notamment pour l’accès au premier repas, comparé aux veaux élevés seuls. » Dans les essais menés, ces derniers restent 50 h avant d’oser prendre leur premier repas (et perdent 5 kg dans les deux premiers jours suivant le regroupement), contre seulement 9 h pour les veaux élevés par deux. De plus, ces derniers affichent un gain de poids très stables comparés aux veaux élevés seuls.

Mais quid des risques sanitaires ? L’élevage par deux semble un compromis entre le sanitaire et le « social », cette solution intermédiaire présentant moins de risques qu’un élevage en case collective à huit veaux ou plus. « Il faut se demander de quel contact les veaux ont-ils besoin car il y a un vrai enjeu technique derrière cette question », conclut Nina von Keyserlingk en invitant les éleveurs à réfléchir aux solutions de mise en œuvre pratiques possibles chez eux. Et de préciser que « l’effet positif lié à la sociabilisation des veaux se retrouve encore, même si c’est à un degré moindre, lorsque celle-ci intervient tardivement deux semaines avant le sevrage ». Une problématique à laquelle il est bon d’être sensibilisé quand on sait que la séparation précoce du veau de sa mère reste un sujet sensible, soumis à la pression sociétale.

Pour en savoir plus

Une vidéo webinar en anglais sur le site d'Eurodairy présente les différents essais réalisés sur le logement des veaux par deux.

Retrouvez aussi le protocole des essais « pair housing » menés par l’équipe de chercheurs canadiens sur le site de l’Institut de l’Elevage.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Le prix de revient moyen d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Le prix de revient d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Mise à part pour la filière biologique, l’actualisation des indicateurs interprofessionnels de coûts de production apporte peu d’…
Les incertitudes - météo, Covid-19, demande chinoise - pèsent sur les équilibres des marchés laitiers.
Les prix des produits laitiers très élevés en octobre novembre
Les cotations de beurre, crème, poudre de lait, de lactosérum, fromages européens... affichaient des niveaux particulièrement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière